Carton plein pour les femmes ! Cette année, dans le palmarès des meilleurs « dircoms » des grandes entreprises publiques réalisé par l’agence VcomV et révélé en exclusivité par Forbes, il y a quatre femmes dans le top 5. Dans les entreprises du CAC 40, elles sont cinq à figurer dans les dix premières places. Par Jean-Jacques Manceau.

 


Une véritable consécration ! Car ce palmarès des « dircoms les plus influentes » n’est pas un énième exercice de communication. Il analyse « en profondeur et de façon qualitative ce qui fonde la stratégie des grands groupes publics et ceux du CAC 40, mais également ce qui fait le profil de celles et ceux qui les dirigent », explique Vincent de la Vaissière, son auteur. À mi- chemin entre le « benchmark » et de l’intelligence économique, cette étude utilise une méthodologie redoutable : elle donne la parole à un panel de 200 journalistes français et étrangers. Le classement est le résultat de citations nominatives positives spontanées (retranchées des négatives), sur les critères du professionnalisme et de l’influence. Dans les grandes entreprises publiques, la très discrète mais efficace Marie-Aude Dubanchet, La Poste, prend la première place, devant la benjamine du secteur, Élise Hermant (Aéroports de Paris), et l’incontournable Béatrice Mandine chez Orange. Coté CAC 40, la première femme est Fabienne de Brébisson chez Valeo (troisième au classement général), ex æquo avec Adeline Challon-Kemoun, à Michelin. Caroline Guillaumin de la Société générale et Laurence Pernot (Saint-Gobain) complètent le palmarès. Points communs de ces « super dircoms », leur périmètre est souvent très large. Véritables chefs d’orchestre, elles gèrent souvent la marque, la RSE, les communications interne et externe, voire les RH, comme c’est le cas de Caroline Guillaumin à la Société générale. Autre clé de l’influence en interne, la présence au comité exécutif ou équivalent. Presque toutes nos lauréates y figurent.

Pour le reste, malgré des profils et des parcours différents, on retrouve quelques constantes. Le passage par Sciences Po reste une valeur sûre, de même que le passage en cabinet ministériel en début de carrière. Élise Hermant (ADP), Anaïs Lançon (RATP) et Sophie Quatrehomme (Caisse des dépôts) en sont les meilleures illustrations. De même, beaucoup se sont frottées aux grandes agences de communication. Adeline Challon-Kemoun a fait ses armes chez Image 7, aux côtés de l’incontournable Anne Méaux. Élise Hermant est passée chez Havas Paris et Anaïs Lançon chez TBWA Corporate.

Elles sont évidemment actives hors de leur entreprise, notamment dans le milieu de la communication. Marie-Aude Dubanchet est administratrice de l’association Com-Ent, Béatrice Mandine d’Entreprise et médias. Certaines sont également administratrices d’autres sociétés, comme Sophie Quatrehomme chez Icade ou Adeline Challon-Kemoun qui siège aux conseils de Groupe Bourbon et d’Econocom.

 

Marie-Aude Dubanchet est directrice adjointe de la communication Groupe, La Poste.

Après un DUT de marketing et une maîtrise de communication des entreprises, elle a démarré sa carrière en agence de communication et au sein d’une association d’aide aux personnes fragiles. En 1989, elle met un pied au Crédit agricole par le biais de sa filiale d’édition Uni-Éditions. En 1992, elle devient attachée de presse puis chef du service de presse de la banque verte. Elle accompagne la Caisse nationale du groupe jusqu’à sa cotation et le rachat du Crédit lyonnais (LCL). Celle qui est aussi certifiée par l’Institut français des administrateurs (l’association professionnelle de référence des administrateurs en France) entre en 2003 à La Poste pour prendre en charge la direction de l’information en pleine période d’effervescence (fin du monopole, création de la Banque postale, changement de statut, etc.). Elle est, depuis 2015, directrice adjointe de la communication du Groupe La Poste.

 

Elise Hermant, 38 ans, est directrice de la communication du groupe ADP (Aéroport de Paris), membre du comité exécutif.

Elle a commencé sa carrière en 2008 en prenant en charge les relations presse et les campagnes gouvernementales au sein du cabinet de Xavier Bertrand au ministère du Travail, des Relations sociales, de la Famille et de la Solidarité, puis au cabinet de Martin Hirsch, haut-commissaire aux Solidarités actives contre la pauvreté, haut-commissaire à la jeunesse. Cette diplômée du Celsa et de Sciences Po Paris a intégré en 2010 le groupe Havas Paris en tant que directrice conseil au sein du pôle Influence et a travaillé sur les grands comptes de l’agence en aidant à la structuration de l’expertise et de l’offre en communication de crise et communication publique. Elle a rejoint en 2013 le Groupe ADP (Aéroport de Paris), comme directrice du pôle Médias et Réputation du Groupe ADP, regroupant les relations presse, la communication de crise, le pilotage des réseaux sociaux et médias digitaux ainsi que les relations aux actionnaires individuels. Arrivée chez ADP au moment du déploiement du programme stratégique Connect 2020, elle a notamment mis en œuvre le déploiement des marques Paris Aéroport et Groupe ADP. Elle a également développé la marque employeur pour améliorer la visibilité du groupe auprès des jeunes diplômés. Élise Hermant fait partie des dircoms les plus actifs sur les réseaux sociaux.

 

Béatrice Mandine est la directrice exécutive d’Orange, en charge de la communication et de la marque.

Cette diplômée de l’ESJ Paris et de l’Institut des hautes études internationales a commencé sa carrière comme journaliste en 1988 au Figaro et à La Cinq avant de rejoindre le monde de l’entreprise. Un début de carrière qui lui permettra d’acquérir une compétence rare, « savoir écrire, argumenter et convaincre ». Entrée par la porte de la communication interne chez Alcatel, elle est rapidement happée par le service de presse puis la communication d’une ligne de produits internet. En 2002, elle tente l’aventure du travail indépendant dans une agence de communication. La suite, ce sera chez l’équipementier automobile Faurecia, ou elle gère les relations presse puis la communication institutionnelle et l’image. En 2007, la direction de la communication du groupe France Télécom-Orange lui confie les clés du service de presse. Elle est nommée, en 2010, directrice déléguée à la communication externe, puis, en juillet 2012, directrice adjointe de la communication externe avant d’intégrer le comité exécutif du groupe le 1er mai 2013 pour s’occuper de la communication et de la marque. Elle « conçoit le rôle du directeur de la communication comme celui d’un chef d’orchestre » et a également pris les rênes de la communication interne du groupe. Influente en interne chez Orange, celle qui est aussi administratrice d’Entreprises & Médias et de l’Union des annonceurs (UDA), pèse également en externe.

 

Anaïs Lançon est directrice de la communication et de la marque et membre du comité exécutif du groupe RATP.

Titulaire d’un DEA de droit social et d’une maîtrise de l’université de Bologne, elle a commencé sa carrière professionnelle en 2002 au service de presse de la mairie de Paris, puis au cabinet du maire. En 2005, elle rejoint l’agence TBWA Corporate en tant que directrice de clientèle. De septembre 2008 à mai 2012, elle est directrice adjointe de la direction de l’information et de la communication de la mairie de Paris. Elle intègre ensuite le cabinet du ministre de l’Éducation nationale en tant que conseillère communication et presse, poste qu’elle occupe jusqu’en avril 2014. Elle sera par la suite conseillère communication et presse du président de l’Assemblée nationale. Depuis le 1er octobre 2015, Anaïs Lançon est directrice de la communication et de la marque et membre du comité exécutif du groupe RATP (61 000 collaborateurs dans 14 pays). « Le rôle de la dircom est d’être une sorte de miroir de la société et d’être en capacité d’entendre les signaux faibles pour éclairer les décisions de l’entreprise et nourrir un véritable dialogue avec toutes nos parties prenantes », expliquait-elle aux Échos. Anaïs Lançon est notamment à l’origine de la nouvelle « plateforme de marque » de la RATP conçue pour, à la fois, signifier le chemin parcouru en 70 ans d’histoire, affirmer un positionnement stratégique différent et unique, accompagner et servir la réussite du plan stratégique, fédérer les collaborateurs et attirer les talents de demain.

 

Sophie Quatrehomme est directrice de la communication du groupe et membre du comité exécutif de la Caisse des dépôts.

Après un parcours en lettres modernes, puis un DESS de géopolitique européenne, cette passionnée de littérature et de politique entame sa carrière comme assistante parlementaire à l’Assemblée nationale. Deux ans plus tard, elle devient conseillère auprès d’Henri Cuq, alors ministre des Relations avec le Parlement. Sophie Quatrehomme intègre ensuite le cabinet de Jean-Pierre Jouyet, secrétaire d’État aux Affaires européennes. En 2008, elle devient conseillère parlementaire de Bruno Lemaire, alors ministre de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche. En 2010, elle intègre l’autorité des marchés financiers (AMF) pour y développer la communication. En 2012, elle suit son président Jean-Pierre Jouyet, qui passe de l’AMF à la Caisse des dépôts dont elle est directrice de la communication depuis 2016. Elle encadre une équipe de 50 personnes structurée autour de la création, la communication interne, les relations presse, l’événementiel et le mécénat. Elle est administratrice de la société Icade et du théâtre des Champs-Élysées.

 

Fabienne de Brébisson est directrice de la communication de Valeo.

Diplômée de l’université d’Ottawa puis de l’École supérieure des sciences économiques et commerciales (ESSEC), elle est titulaire d’un diplôme d’études approfondies de relations économiques internationales de l’Institut d’études politiques de Paris (IEP) et d’un MBA de l’université d’Illinois. Fabienne de Brébisson a commencé sa carrière chez Air France en 1984 comme chef adjoint du cabinet du président, avant d’être nommée responsable de la presse internationale en 1994, puis chef du service de presse en 1997. Deux ans plus tard, elle rejoint le groupe Pechiney en tant que directrice de la communication Europe. En 2000, elle effectue un saut de puce chez Dassault Systèmes avant de devenir directrice des relations presse de Michelin à partir de 2001. Dix ans plus tard, Jacques Aschenbroich, directeur général du Groupe Valeo, la recrute pour moderniser l’image de l’équipementier automobile.

 

Depuis 2018, Adeline Challon-Kemoun est directrice des marques, du développement durable, de la communication et des affaires publiques, membre du comité exécutif du groupe.

Diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris et de la Société française d’analyse financière (Sfaf), elle a commencé sa carrière aux côtés d’Anne Méaux, chez Image 7, puis comme conseillère technique en charge de la presse économique et financière au sein du cabinet du ministre de l’Économie et des Finances. Elle a ensuite occupé des postes de direction générale du groupe d’investissement Euris avant de devenir directrice de la communication et du marketing ou des marques de Casino. En 2011, elle devient directrice de la communication externe et du marketing image et membre du comité exécutif de France Télévisions. Avant d’intégrer Air France, d’abord comme directrice de la communication puis comme directrice générale adjointe marketing, digital et communication d’Air France-KLM, membre du comité exécutif du groupe. Adeline Challon-Kemoun a rejoint Michelin pour accompagner la vaste réorganisation engagée. Elle est également administratrice du groupe Bourbon et d’Econocom.

 

Caroline Guillaumin est directrice de la communication du groupe Société générale depuis 2010 et parallèlement directrice des ressources humaines depuis 2017. Elle est aussi membre du comité de direction.

Diplômée de Sciences Po Bordeaux, titulaire d’une maîtrise de sciences politiques et d’un Master of arts en relations internationales de l’université de Boston, Caroline Guillaumin a commencé sa carrière dans les télécoms, comme chef de produit chez PC Publishing Inc puis comme directrice marketing et communication Europe d’une tech américaine, Verity Inc. La suite se passera dans le groupe Alcatel, ou elle est d’abord responsable de la communication et du marketing d’une filiale d’Alcatel puis directrice de la communication interne et externe du groupe. En 2003, elle quitte le groupe pour devenir directrice de la communication et du développement durable de SFR. Mais la patronne d’Alcatel, Patricia Russo, viendra la rechercher pour lui proposer la tête de la communication et du développement durable d’Alcatel-Lucent. En 2010, elle quitte les télécoms pour la banque.

 

Laurence Pernot est directrice de la communication de Saint-Gobain.

Elle siège également au comité de direction générale. Titulaire d’un troisième cycle en histoire et anthropologie américaine à la Sorbonne, elle a débuté sa carrière dans la pub, au sein du groupe Saatchi & Saatchi. Direction l’ouest ensuite, pour devenir directrice de la communication du conseil général de Loire-Atlantique. La suite sera chez Areva, d’abord comme directrice de la communication du site de La Hague, puis comme vice-présidente de la communication des filiales d’Areva, pour finir directrice adjointe de la communication d’Areva Inc. En 2013, elle rejoint Vallourec pour s’occuper de la communication interne et externe, des affaires publiques et de la marque. Depuis 2017, elle dirige la communication de Saint-Gobain, un des plus vieux groupes industriels français (350 ans) qui compte 180 000 collaborateurs dans 68 pays.

 

<<< A lire également :  La Transformation Digitale Perçue Par Les DirCom >>>