Ce n’est pas seulement le fait que les femmes dirigeantes ont mieux géré les premières phases de la crise du Covid-19, comme cela a été amplement décrit, débattu et prouvé. Il s’avère que les quatre pays les mieux classés dans le monde sur 50 dimensions du bien-être, dans l’indice de progrès social 2020 qui vient d’être publié, sont tous dirigés par des femmes. Désolé, je sais que cela devient un message un peu répétitif (non, en fait, je ne suis pas du tout désolé). Mais il mérite d’être répété jusqu’à ce que ses enseignements soient plus largement intégrés. Les femmes dirigeantes sont bonnes pour nous. Pour nous tous.

Qu’est-ce qui est mauvais pour nous ? Le contraire d’un leadership féminin fort : un leadership masculin toxique. Et devinez quels sont les trois seuls pays (sur 193) à avoir tellement reculé dans le classement que leur population est en moins bonne santé, moins heureuse et moins stable qu’elle ne l’était au début de l’indice en 2011 ? Les États-Unis, le Brésil et la Hongrie, les États-Unis étant le pays qui a le plus reculé. Qu’ont-ils tous en commun ? La pire sorte de leadership menée par des petits coqs machos toxiques. Les conséquences de cette situation peuvent être pires pour les personnes qui sont suffisamment en colère et humiliées pour voter pour eux. Cet indice suggère qu’ils seraient bien mieux s’ils élisaient des femmes. Mais c’est peu probable, car ils sont plus susceptibles de considérer les femmes comme une partie de leur problème, plutôt que comme le cœur de notre solution collective.


L’indice de progrès social, basé sur les recherches d’économistes lauréats du prix Nobel, va au-delà des anciennes mesures du PIB pour se concentrer sur trois niveaux de qualité de vie : les besoins humains fondamentaux, les fondements du bien-être et les opportunités. Il met en évidence les forces et les faiblesses de chaque pays par rapport à 15 pays pairs ayant des niveaux de PIB similaires. Le classement tient compte de l’équilibre entre les sexes dans un pays, couvert par une série de mesures telles que le taux de mariage précoce, l’accès à la contraception, les femmes ayant un niveau d’éducation élevé et l’égalité du pouvoir politique entre les sexes. Nous savons maintenant que l’équilibre entre les sexes n’est pas seulement bon pour les femmes, il est bon pour tout le monde.

Les États-Unis sont passés de la 19ᵉ à la 28ᵉ place sur la liste, et Nicholas Kristof, dans une chronique d’opinion du New York Times, décrit les contradictions d’un pays à la fois si riche et si mal loti. Il souligne que le bien-être aux États-Unis est classé en dessous de celui de l’Estonie, de la République tchèque et de la Grèce. Il se classe 91ᵉ pour l’accès à une éducation de base de qualité, et 97ᵉ pour les soins de santé. « Le taux de mariage précoce est élevé – la plupart des États autorisent encore le mariage des enfants dans certaines circonstances – et le pouvoir politique est loin d’être partagé équitablement entre tous les citoyens », écrit-il. « L’Amérique se classe honteusement au 100ᵉ rang en matière de discrimination envers les minorités ».

Les femmes sont comme un canari dans une mine de charbon. Les sociétés s’élèvent et tombent au cours de l’Histoire. Mais la mesure la plus rapide pour savoir où elles se situent sur cette trajectoire ? La façon dont elles traitent les femmes. Je ne dis pas que c’est le leadership féminin qui a placé la Norvège, le Danemark, la Finlande et la Nouvelle-Zélande en tête de liste. Il ne fait aucun doute qu’ils étaient en tête de liste avant même que les femmes ne prennent la barre. Ni que les femmes sont de meilleures dirigeantes que les hommes. Mais les pays qui éduquent, autonomisent et élisent les femmes offrent à tous leurs citoyens les plus hauts niveaux de bien-être. Lorsque les femmes réussissent, il en va de même pour tout le monde.

Regardez donc où se situe votre pays dans cet indice. Si vous voulez l’améliorer, ainsi que la vie de tous ceux qui vous entourent, le moyen le plus rapide et le plus facile d’y parvenir est d’atteindre l’équilibre entre les sexes… pour tout. La probabilité de votre réussite est un bon indicateur de votre bien-être futur.

 

<< Article traduit de Forbes US – Auteur (e) : Avivah Wittenberg-Cox >>


<<< A lire également : Y A-T-Il Une Singularité Dans La Motivation Des Femmes ? >>>