Après près de trente ans en tant que salariée, notamment à la tête de la direction commerciale et marketing de la filiale Assistance de CNP Assurance, Frédérique Cintrat s’est lancée un nouveau défi : l’entrepreneuriat. Elle a créé Axielles, un outil de networking qui prend la forme d’une plateforme numérique pour partager des bons plans. Interview avant/après d’une fonceuse.

Le bureau. Avant : J’avais deux bureaux, un à St-Cloud avec mon équipe et l’autre à Montparnasse. De toute façon, je n’y étais pas beaucoup, j’avais pas mal de rendez-vous à l’extérieur. Après : Je travaille dans un espace de co-working, partagé avec mon conjoint, à 50 mètres de mon domicile en Eure-et-Loir. De la fenêtre, je vois courir notre chien. Mais, encore aujourd’hui, je ne suis pas beaucoup assise à mon bureau.

Les collègues. Avant : Je dirigeais une équipe de 8 personnes, toutes complémentaires, avec beaucoup d’échanges. C’était un vrai plaisir d’avoir réussi à rassembler autour de cet esprit start-up au sein d’une grande entreprise. Après : Forcément, c’est plus limité. J’ai une collaboratrice qui travaille à Paris et mon mari gère le support technique. Il y a aussi tous les prestataires. La relation est différente puisque je suis fondatrice.

Le salaire. Avant : J’avais un salaire de cadre supérieur. Après : Je ne me rémunère pas encore mais c’est l’objectif ! Toute la difficulté est là, s’accommoder de cette baisse de salaire. J’ai réalisé que c’était aussi ça, la prise de risque. Quand tel client ne paye pas ses factures, je comprends la définition du mot résilience.

La journée type. Avant : De 9h à 20h, plus 3 heures de transport par jour. Je faisais le point avec mon équipe, travaillais sur des dossiers, répondais à des appels d’offres puis filais pour des déjeuners avec des clients ou en rendez-vous avec des prospects. J’assistais à beaucoup d’événements professionnels ou associatifs comme des afterworks sur la mixité par exemple. Après : Je n’ai vraiment pas de journée type ! Je ne prends plus le train au quotidien mais je travaille jusqu’à 22/23 h environ. Je peux enchaîner plusieurs rendez-vous physiques à Paris ou aller en province pour animer une conférence.

Les réussites. Avant : J’ai été élue « Femme commerciale de l’assurance » par les professionnels du secteur en décembre 2013 et « Femme de l’année dans l’assurance » par les internautes. Avec la publication de mon premier livre, ça a été un déclic pour me trouver un nouveau défi. Après : Quand j’ai recruté ma toute première salariée. Et les premières utilisatrices qui me donnaient leurs retours positifs. Et chaque client qui prend un abonnement (le site repose sur un modèle BtB, NDLR).

Les frustations. Avant : Même si je faisais partie du comité de direction, je devais avoir une validation avant d’agir et, parfois appliquer des stratégies que je n’approuvais pas forcément. Après : La vitesse d’une petite entreprise n’est forcément pas la même. Je sème beaucoup mais la récolte est longue. Je ne maîtrise pas forcément le facteur temps, notamment avec les prestataires et les grands groupes.

Les ambitions. Avant : Avec mon équipe, notre ambition était de pouvoir faciliter la vie des clients, notamment en cas de pépins. Après : Je voudrais que la start-up soit une success story, qu’elle grossisse et que nous répondions à un gros besoin de networking.

Les réseaux sociaux. Avant : Au début, je n’utilisais que Viadeo et LinkedIn. Puis, j’ai vu la puissance de Twitter suite au partage d’un article de blog. Son audience a bondi ! Je m’en servais pour communiquer sur l’entreprise et faire de la veille. Après : Encore plus qu’avant ! Ce sont des leviers de développement indispensables pour faire connaître aussi bien Axielles que mon expertise dans le domaine de la mixité et de l’ambition.