241 signalements de harcèlement moral et sexuel avaient été recensés en seulement 6 jours en avril dernier par COM-ENT, le premier réseau professionnel dans la communication. Pour libérer la parole des victimes mais aussi des témoins sur le lieu de travail, l’association annonce  l’ouverture d’une ligne d’écoute avec des professionnels et ce, 24h/24 et 7j/7.

« Le secteur de la communication doit réagir ! » titrait en tête de sa tribune en ligne du 8 avril dernier dans le magazine Stratégies, Emmanuelle Raveau, présidente de COM-ENT la première organisation professionnelle des communiquant(e)s. Une indignation qui faisait suite aux résultats de leur sondage en ligne (du 28 mars au 3 avril 2019) auprès des professionnel(le)s de la communication et qui était destiné à mesurer le phénomène de harcèlement moral et sexuel dans leur secteur :  175 cas de harcèlement moral et 66 cas de harcèlement sexuel au travail ont été recensés parmi les 360 réponses reçues.

« Parce que notre profession se positionne à l’avant-garde des tendances sociétales, en contribuant à la création et à la diffusion de messages qui vont imprégner la société, elle a la capacité de perpétuer des images fortes, mais aussi d’insuffler de nécessaires changements. » concluait-elle sur cet alarmant « état des lieux », et qui ne laissait aucun doute sur sa volonté de passer à l’acte.

C’est chose faite avec le lancement d’une ligne d’écoute et d’accompagnement à destination des victimes et témoins de harcèlement moral et sexuel. Le dispositif, qui est également ouvert aux managers confrontés à ces situations, s’appuie sur une équipe dédiée de psychologues clinicien(ne)s, joignables 24h/24 et 7j/7. Formés pour écouter et recueillir la parole des victimes, ils pourront également les orienter en interne ou en externe de l’entreprise.  Si la vocation première de cette opération est d’accompagner les victimes, COM-ENT souhaite également déclencher une prise de conscience, voire une mobilisation générale de l’ensemble des professionnel(le)s du secteur : « Nous sommes tous et toutes concerné.es ! Ne fermons plus les yeux devant de telles violences et agissons, ensemble, pour faire régner respect et bienveillance au sein du secteur de la communication.» précise la Directrice générale COM-ENT, Laurence Beldowski.

Une ligne gratuite et anonyme, accessible 24h/24 et 7j/7

0 800 100 334