Des chercheurs et une start-up (Praditus) ont lancé début avril une étude sur les réactions psychologiques face au Covid-19 avec pour focus la vulnérabilité et le stress ressentis, l’attitude de protection des autres, de soi et de sa santé. Les premiers résultats font émerger des variations qui tiennent compte de la personnalité des individus interrogés.

 


Grâce à une application mobile de connaissance de soi, les chercheurs Andrés DAVILA, Mathieu Molines et Maxime Regis ont mis à disposition du grand public une évaluation de la personnalité et des réactions psychologiques face au Covid-19. En seulement deux semaines, les chercheurs ont pu collecter 6 000 réponses dans plusieurs pays dont la majorité en Europe (France, Allemagne, Italie) et aux Etats-Unis.

La théorie de la personnalité (Big Five)
Selon cette théorie, la personnalité peut se réduire à cinq grands facteurs :
·  Ouverture à l’expérience : curiosité, intrépidité, recherche de nouveauté
·  Stabilité émotionnelle : capacité à résister au stress et à la pression, optimisme
·  Conscienciosité : respect des règles, de l’organisation et des normes
·  Extraversion : goût pour les relations sociales, énergie pour aller vers les autres
· Agréabilité : capacité à faire preuve de tact, de diplomatie, prendre soin des autres

 

Face à la menace, nous ne réagissons pas tous de la même manière d’un point de vue psychologique et comportemental. L’étude que nous avons menée montre que notre personnalité agit sur notre capacité à être autonome, à réagir face au stress généré par l’épidémie et à adopter des comportements attendus (adopter les gestes barrières, inciter les autres à adopter des comportements responsables, respecter les règles).

Les facteurs qui nous font sentir moins vulnérables

La vulnérabilité physique perçue par les répondants est plus forte chez les individus plus consciencieux et plus agréables. A contrario, la stabilité émotionnelle et l’extraversion jouent un rôle opposé : les personnes plus sociables et plus résistantes au stress se sentent moins à risque. De plus, l’observation des chercheurs a mis en évidence des différences entre catégories professionnelles. Un sentiment plus fort de vulnérabilité est constaté chez les salariés, les indépendants et les entrepreneurs.

Les caractéristiques des individus déclarant mieux respecter les règles

De manière attendue, les individus avec un haut niveau de conscienciosité et d’agréabilité respectent davantage les règles, notamment grâce à leur capacité à être plus persévérants et moins spontanés mais aussi à être plus consensuels et à prendre soin des autres. L’ouverture à l’expérience joue également un rôle clef dans la mise en place de comportements protecteurs : les individus curieux et cultivés expliquent par exemple plus facilement aux autres les bonnes mesures à prendre et adoptent pour eux-mêmes ces nouveaux comportements.

Les ressources psychologiques pour faire face à la crise

Les individus présentant un haut degré de conscienciosité et d’extraversion ont plus de facilité à être autonomes. Ils peuvent acquérir plus de connaissances sur le virus, sur les gestes à adopter et les décisions à prendre en cas de symptômes. Les individus plus calmes, plus intrépides, plus consciencieux sont plus résistants au stress généré par l’épidémie.

Gérer le post Covid-19 : prendre en compte les caractéristiques individuelles pour adapter les dispositifs d’accompagnement

Enfin, les traits les plus importants pour s’adapter à cette situation sont la conscienciosité et l’agréabilité. Il conviendrait alors de renforcer les comportements associés à ces deux facteurs pour favoriser la mise en place de conduites de protection et de respect des règles. En opposition, une trop grande stabilité émotionnelle peut avoir un impact contre-productif. Faire preuve de sensibilité renforce son implication pour lutter contre la crise.

Enfin, l’autonomisation ou l’empowerment psychologique s’avère être l’élément fondamental pour la mise en place de comportements protecteurs pour soi et pour les autres. « Notre personnalité et nos ressources psychologiques jouent un rôle clef dans la gestion de la crise Covid-19 ». C’est sur ce dernier élément que les dispositifs d’accompagnement pour la population doivent s’appuyer :

  • Actualiser ses connaissances régulièrement et les partager
  • Faire preuve d’esprit critique en sélectionnant des sources fiables
  • Evaluer ses capacités personnelles à agir de façon adaptée

 

Andrés Dávila, Mathieu Molines, professeurs – chercheurs à l’ESCE et Maxime Regis doctorant, ont lancé cette étude dans le cadre de la nouvelle Chaire d’enseignement et de recherche sur les Transition et Compétences Humaines – T.e.C.H