Le Royaume-Uni se prépare petit à petit à interdire la vente de plastique à usage unique, comprenant notamment les pailles et les cotons-tiges. Une interdiction qui devrait prendre en effet pas plus tard que l’année prochaine. La Première ministre Theresa May a annoncé cette décision lors d’une grande réunion de tous les pays du Commonwealth, notant que les déchets plastiques sont l’un des plus grands défis environnementaux auxquels le pays est aujourd’hui confronté.

Cette interdiction est un pas de plus vers l’objectif du pays d’éliminer les déchets plastiques, dans la mesure du possible, dans le cadre d’un plan environnemental étalé sur 25 ans. Elle aidera ainsi à nettoyer les rivières, les plages et les océans en Angleterre, un vrai fléau pour la vie marine, dont les différentes espèces ingèrent souvent du plastique… qui se retrouve au final dans votre assiette.

Cela fait par ailleurs suite à la mise en place réussie d’une taxe sur les sacs plastiques, et l’interdiction des microbilles, deux mesures qui ont entraîné une baisse notable du plastique dans les eaux anglaises. Après la mise en œuvre de cette taxe sur les sacs plastiques à usage unique comme ceux utilisés dans les supermarchés et les épiceries, on a ainsi constaté une chute de 90% de leur utilisation, soit 9 milliards de sacs plastique en moins utilisés.

Ainsi, les efforts entrepris par le Royaume-Uni afin de réduire l’utilisation du plastique a entraîné une baisse significative et mesurable des déchets plastiques à travers tout le territoire britannique. Un cas d’étude et un modèle intéressants pour d’autres pays envisageant des interdictions ou des taxes similaires.

Avec ces propositions, le gouvernement a bien l’intention de travailler main dans la main avec les diverses industries, afin de développer et d’adapter de nouvelles initiatives. Bien que cela semble être un coup dur pour le secteur de la restauration rapide, par exemple, la très célèbre chaîne de fast-food McDonald’s a, elle, déjà commencé à éliminer progressivement l’utilisation de pailles en plastique dans leurs restaurants britanniques.

Le gouvernement britannique estime qu’il y a plus de « 150 millions de tonnes de plastiques dans les océans du monde entier » et que « chaque année, un million d’oiseaux et plus de 100 000 mammifères marins meurent en ingérant et se coinçant dans des déchets plastiques ».

Pire, selon les estimations, la quantité de plastique présente dans nos océans devrait tripler sur une période de 10 ans (2015-2025). Cela a précipité la décision de l’Angleterre de réévaluer l’utilisation du plastique sous toutes ses formes. Le gouvernement a ainsi récemment introduit une consigne obligatoire sur les bouteilles en plastique, ce qui signifie que les clients paient une consigne lors de l’achat d’une bouteille, et qu’ils sont remboursés une fois que celle-ci a été retournée, puis recyclée.

Cette nouvelle interdiction vise ainsi, notamment, à réduire les quelques 8,5 milliards de pailles en plastiques qui sont jetées chaque année en Grande-Bretagne.

La Première ministre Theresa May a déclaré que « les déchets en plastiques sont l’un des plus grands défis environnementaux à laquelle la planète est confrontée. C’est pourquoi la protection de la faune et de la flore marines est au cœur du programme de notre réunion, regroupant tous les chefs de gouvernement du Commonwealth ».

Quant aux Etats-Unis, le pays réagit de façon plus fragmentée à cet enjeu environnemental majeur. Certains Etats américains ont néanmoins d’interdire ou de taxer l’utilisation de produits plastiques à usage à unique.