Les plus grandes fortunes s’investissent de différentes manières dans la lutte contre le changement climatique. Forbes vous propose un aperçu des actions des dix plus grandes fortunes mondiales en faveur du développement durable et d’un avenir neutre en carbone.

(Fortune nette en date du 21 avril 2021)

 

#1 JEFF BEZOS

 

FORTUNE NETTE : 194,4 milliards de dollars

SOURCE DE RICHESSE : Amazon

ADHÉSION À L’INITIATIVE SBT : Oui, mais aucun objectif n’a encore été soumis. Amazon a également lancé sa propre initiative, The Climate Pledge, avec le groupe Global Optimism.

 

Ces dernières années, la plus grande fortune mondiale n’a pas manqué de s’engager dans la lutte contre le changement climatique, que ce soit par le biais de The Climate Pledge ou du Bezos Earth Fund. À ce jour, 104 entreprises ont rejoint The Climate Pledge et se sont engagées à atteindre la neutralité carbone d’ici 2040. Amazon a également créé un Fonds pour le climat doté de deux milliards de dollars afin d’investir dans de nouvelles technologies indispensables à la mise en place d’une économie sans carbone. L’entreprise affirme être le plus grand acheteur d’énergies renouvelables au monde et s’est fixé des objectifs en interne, notamment le déploiement de 100 000 véhicules électriques pour ses livraisons d’ici 2030. Amazon s’engage également en faveur du développement de technologies visant à réduire les émissions de carbone dans l’informatique en nuage. Néanmoins, ces différents objectifs en matière de lutte contre le changement climatique n’ont pas été soumis à d’autres groupements tels que l’initiative Science Based Targets (SBT), à laquelle l’entreprise a adhéré en mai 2020.

Le dernier rapport de durabilité d’Amazon, daté de juin 2020, offre un aperçu de l’ampleur du défi de réduction des émissions de carbone auquel le géant du commerce en ligne est confronté. Alors que l’entreprise a continué à croître en 2019 (le chiffre d’affaires a augmenté de 22 %), son empreinte carbone a également augmenté (+ 15 %). Pour évaluer son empreinte carbone, Amazon utilise un système différent appelé « intensité carbone », qui mesure l’équivalent en CO2 de chaque dollar de ventes brutes de marchandises. Le géant d’Internet indique qu’en 2019 son intensité carbone avait diminué de 5 % par rapport à 2018. « L’intensité des émissions de carbone peut être un outil utile pour montrer les progrès réalisés en matière d’action en faveur de l’environnement, même lorsqu’une entreprise se développe », explique à Forbes Dave Reay, professeur spécialisé sur la question de la gestion du carbone à la University of Edinburgh. « Toutefois, cet outil peut également être utilisé pour cacher l’inaction. En fin de compte, le plus important c’est ce que notre atmosphère voit : moins ou plus de carbone au niveau mondial. »

Sur le plan personnel, Jeff Bezos a rejoint une vingtaine d’investisseurs de premier plan, avec à leur tête par Bill Gates, pour lancer le fonds d’investissement Breakthrough Energy Ventures en 2016. L’objectif de ce groupement est d’investir au moins un milliard de dollars dans des entreprises développant de nouvelles technologies à émissions nulles. L’année dernière, Jeff Bezos a également créé le Bezos Earht Fund, doté de dix milliards de dollars. En novembre, le milliardaire a révélé qu’il avait donné à 16 groupes travaillant sur le changement climatique un total de 790 millions de dollars en dons (environ 0,4 % de sa fortune nette actuelle). Les cinq groupes qui ont reçu les dons les plus importants (100 millions de dollars chacun) sont des organisations à but non lucratif bien établies qui travaillent dans les secteurs du développement durable et de l’environnement : le Fonds mondial pour la nature (WWF), le World Resource Institute (WRI, Institut des ressources mondiales), le Natural Resources Defense Council (NRDC, Conseil de défense des ressources naturelles), The Nature Conservancy et le Environmental Defense Fund (EDF, Fond de défense de l’environnement).

 

Article traduit de Forbes US – Auteurs : Sofia Lotto Persio et David Dawkins

<<< À lire également : Changement climatique : que font les plus grandes fortunes pour y remédier ?