Majda Dabaghi est directrice Green Growth à la Chambre de commerce internationale. À l’occasion du lancement du livre, Traité dhumanité durable, Dominique Busso, CEO de Forbes France l’a rencontrée pour donner de la voix à sa vision de la remise en question de lenvironnement dans lequel nous sommes et sur les solutions à trouver dans un monde qui change.  

 

La redistribution des richesses est un enjeu majeur de notre siècle. Apporter les moyens aux peuples de disposer réellement et concrètement d’eux-mêmes permet d’apporter une aide fondamentale aux personnes qui en ont besoin et permet d’éviter les exodes dus au climat, aux guerres et au manque de ressources.

« Justement on voit qu’il y a une énorme inégalité et une distribution des richesses, prendre un point de vue qui essaie de traiter ces inégalités, en pensant à la planète, mais aussi au peuple. C’est une initiative très importante. »

Les missions des Nations Unies sont guidées par l’éradication de la pauvreté dans tous les pays, protéger la planète et garantir la prospérité.

« Je suis la directrice du développement durable à la chambre de commerce international. Dans ce cadre, je travaille avec les entreprises pour les encourager à travailler en partenariat avec les gouvernements et la société civile pour atteindre les objectifs des Sustainable development goals des Nations Unies. »

L’objectif de développement durable numéro 12 des Nations Unies concentre les efforts sur les activités de production et de consommation. L’objectif est de diminuer la pression exercée sur les ressources en maintenant le rythme de production socio-économique.

« Pousser les entreprises à travailler pour penser une nouvelle dimension de capitalisme. Essayer de réfléchir de façon globale au développement durable et introduire une dimension d’humanité durable à tout ce qu’on fait en tant qu’entreprise. »