La chaîne multinationale écossaise de brasseries et de pubs a annoncé hier qu’elle avait désormais un bilan carbone négatif – faisant d’elle la première entreprise internationale de bière au monde à obtenir ce statut.

Grâce à un plan d’investissement de 30 millions de livres sterling, BrewDog a lancé une série d’initiatives sans précédent pour éliminer le carbone de l’atmosphère et contribuer ainsi à la lutte contre le changement climatique.


Parmi ces initiatives figure l’achat de la forêt de BrewDog dans les Highlands (Ecosse) un site de 830 hectares (approx) où l’entreprise plantera un million d’arbres et restaurera 260 hectares (approx) de tourbières au cours des prochaines années.

De plus, un camping durable accueillera des événements pour le grand public et le brasseur travaillera avec des partenaires de compensation afin de doubler l’élimination de tout son carbone jusqu’à ce qu’il puisse commencer la plantation au début de 2021.

D’autres projets d’infrastructures vertes sont déjà en cours… L’alimentation en énergie éolienne des bars britanniques, le recyclage des eaux usées et un système d’investissement qui soutient les sites de brassage locaux afin de raccourcir l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement.

« Notre carbone. Notre problème. Donc, nous allons le résoudre nous-mêmes », a déclaré James Watt, cofondateur de BrewDog. « Le consensus scientifique est clair : nous sommes somnambules au bord d’une falaise. Si le monde n’est pas confronté au problème urgent du carbone, la science nous dit que les résultats seront catastrophiques. Il y a eu trop de sottises pendant trop longtemps. Les gouvernements se sont montrés totalement incompétents face à cette crise. Le changement dont notre monde et notre société ont besoin, doit venir des entreprises progressistes et nous voulons jouer notre rôle et imprégner nos couleurs au mât ».

La stratégie a été élaborée en partenariat avec Mike Berners-Lee, expert en empreinte carbone et fondateur de la société Small World Consulting, spécialisée dans des énergies renouvelables et de l’environnement. Il a également dirigé le processus de calcul de l’empreinte carbone de BrewDog.

Selon leur rapport de durabilité, en fait, l’empreinte carbone totale de BrewDog en 2019 s’élève à 67 951 tonnes de CO2 et 49 908 provenant uniquement de l’entreprise britannique. Dorénavant, l’entreprise prévoit de retirer de l’air deux fois plus de carbone qu’elle n’en émet chaque année.

« La création de forêts de cette ampleur est au premier plan de la lutte pour la séquestration du carbone atmosphérique au Royaume-Uni et la BrewDog Forest sera l’une des plus grandes forêts indigènes créées au Royaume-Uni depuis de nombreuses années » , a déclaré le directeur de Scottish Woodlands, David Robertson.

Derrière cette décision, il y a la conviction que la neutralité carbone ne suffit plus et que les entreprises devraient plutôt faire quelque chose pour changer le cours du réchauffement climatique.

« Ce n’est absolument pas une tendance pour nous, c’est très important, la science est claire, nous approchons rapidement d’une crise climatique, et nous devons commencer à travailler aujourd’hui, afin d’avoir une planète pour demain », dit Watt à Forbes.com.

Alors que la conférence de l’ONU sur le changement climatique cherche des sponsors verts, il semble que le moment soit bien choisi pour en devenir un.

La décision de BrewDog de devenir négatif en termes d’émissions de carbone pourrait convaincre d’autres entreprises de faire de même. « Par notre travail chez BrewDog, nous voulions établir une nouvelle norme pour toutes les entreprises », ajoute M. Watt. « Les entreprises doivent être tenues responsables de leurs impacts sur la planète. Nous invitons les autres entreprises à entamer des conversations avec nous ».

« Le gouvernement n’a pas prouvé qu’il prenait cette question suffisamment au sérieux ou de façon assez urgente. Nous prenons les choses en main mais nous serions heureux de travailler [aux côtés] des décideurs politiques pour que le changement se produise plus rapidement ».

<< Article traduit de Forbes US – Auteur (e) : Emanuela Barbiroglio >>

<<< A lire également :  Comment BrewDog Est Devenue Une Marque De Bière Culte>>>