La Californie, l’Etat qui achète le plus de véhicules aux États-Unis, compte interdire la vente de tout nouveau véhicule à essence et au diesel dans l’État avant 2035.

Il s’agit de la mesure la plus cohercitive jamais prise par un État des États-Unis pour lutter contre la pollution au carbone qui ne fait qu’augmenter les températures déjà élevées et les incendies en Californie ainsi que les problèmes persistants de qualité de l’air dus aux gaz d’échappement des véhicules.


« Pour parvenir à une économie sans carbone d’ici 2045, nous devons nous lancer dans les transports sans carbone. C’est pourquoi nous avons comme objectif ferme d’éliminer d’ici 2035 les ventes de moteurs à combustion interne dans l’État de Californie », a déclaré M. Newsom dans un webcast aujourd’hui.

Il a cependant ajouté : « Vous pouvez garder votre véhicule qui carbure à l’essence ou même en acheter d’occasion, car nous ne pouvons pas vous retirer vos véhicules ».

En effet, avec une population de 40 millions d’habitants, l’État achète plus de 10 % de toutes les nouvelles voitures et camions vendus aux États-Unis chaque année et constitue le plus grand marché du pays pour les véhicules électriques, avec environ 750 000 véhicules sur les routes aujourd’hui. La Californie compte également 34 entreprises qui fabriquent ou prévoient de fabriquer des véhicules électriques, notamment Tesla, basée à Palo Alto.

De plus, les transports sont responsables de plus de la moitié de la pollution carbonique de la Californie. En conséquence, les villes et les agglomérations de la région de Los Angeles et de la Central Valley ont constamment une qualité de l’air parmi les plus mauvaises des États-Unis.

À ce sujet, Jessica Caldwell, directrice exécutive d’Edmunds of insights a déclaré : « Le passage de la Californie à des émissions zéro est ambitieux, mais pas surprenant. Le changement climatique est une préoccupation majeure pour de nombreux Californiens qui sont de plus en plus touchés par les incendies dévastateurs qui semblent n’avoir fait qu’empirer ces dernières années. Cette transition vers l’abandon des véhicules à essence est un changement majeur qui ne se produira pas miraculeusement le jour de l’an 2035. C’est pourquoi, pour encourager l’adhésion des consommateurs, il faudra probablement des privilèges financiers pour que plus de gens soient prêts à passer à l’électrique ».

Selon le bureau de Newsom, parallèlement à la règle des véhicules de tourisme, l’Air Resources Board de Californie doit établir une réglementation exigeant que les véhicules moyens et lourds soient à zéro émission d’ici 2045. C’est pourquoi les camions de transport de marchandises à destination et en provenance des ports de l’État, devront être à zéro émission d’ici 2035.

En outre, les anciennes lois de la Californie en matière d’environnement et d’émissions ont été farouchement contestées par les constructeurs automobiles, les compagnies pétrolières ainsi que le gouvernement Trump, et la nouvelle ordonnance de Newsom sera sans aucun doute confrontée à des défis juridiques. Néanmoins, six constructeurs automobiles qui avaient accepté de respecter les règles strictes de la Californie en matière d’émissions soutiennent l’abandon de l’essence. Il s’agit de Ford, Volkswagen, Honda, BMW et Volvo.

Le porte-parole de Ford a en effet déclaré dans un communiqué : « Nous sommes d’accord avec le gouverneur Newsom pour dire qu’il est temps de prendre des mesures urgentes pour lutter contre le changement climatique. Le progrès nécessite des partenariats public-privé, des infrastructures intelligentes et des ressources clés qui encouragent les consommateurs à investir dans des produits électriques. Nous nous réjouissons de continuer à faire notre part pour conduire cette transformation ».

Enfin, l’annonce du gouverneur intervient le jour même où Volkswagen a dévoilé les prix et la date de mise en vente de sa berline électrique ID.4 et le lendemain du jour où Elon Musk a vanté les plans de Tesla pour des batteries moins chères qui, selon lui, conduiront à une voiture électrique de 25 000 dollars dans les années à venir.

Article traduit de Forbes US – Auteur : Alan Ohnsman

<<< À lire également : Pouvez-Vous Encore Utiliser TikTok Et WeChat Aux États-Unis ? >>>