D’ici 2030, le niveau de la mer aura tellement augmenté que les cycles réguliers et prévisibles de la Lune accélèreront la fréquence des inondations à marée haute sur presque toutes les côtes continentales des États-Unis, ainsi qu’à Hawaï et à Guam.

 

Cette conclusion brutale est le fruit d’une recherche menée par l’équipe scientifique de la NASA chargée de l’élévation du niveau de la mer. Les conclusions de cette recherche ont été publiées dans la revue Nature Climate Change.
Selon cette étude, il y aura davantage d’inondations à marée haute, principalement le long des côtes du Pacifique continental, des îles du Pacifique et du golfe du Mexique.
Ainsi, d’ici 2030, les inondations à marée haute passeront du statut de problème régional à celui de problème national majeur, conclut l’étude. Cependant, l’étude précise également que les fluctuations du niveau de la mer à l’échelle locale pourront avoir une incidence sur la fréquence des inondations.

 

En quoi le cycle de la Lune a-t-il une incidence sur les inondations ?

L’attraction gravitationnelle de la Lune est à l’origine des marées basses et des marées hautes qui se produisent chaque jour sur Terre.
Toutefois, la puissance d’attraction de la Lune n’est pas égale d’une année à l’autre. En effet, la Lune présente une « oscillation » sur son orbite, laquelle modifie légèrement sa position par rapport à la Terre sur un cycle rythmique de 18,6 ans. Durant la moitié du cycle, la Lune inhibe les marées, entraînant des marées hautes plus basses et des marées basses plus élevées. Durant l’autre moitié du cycle, les marées sont amplifiées, avec des marées hautes plus hautes et des marées basses plus basses. Actuellement, la Lune est dans son cycle d’amplification des marées, mais le niveau de la mer induit par le changement climatique n’est pas suffisamment élevé pour provoquer une forte augmentation des inondations à marée haute (appelées également « inondations nuisibles »). Cela va changer dans les années à venir.

 

Pourquoi les inondations vont-elles empirer d’ici 2030 ?

Le prochain cycle lunaire d’amplification des marées aura lieu au milieu des années 2030. Or, le changement climatique se sera amplifié et le niveau de la mer aura augmenté. Ainsi, en raison de l’effet combiné de l’élévation du niveau de la mer et du cycle lunaire, les inondations nuisibles augmenteront rapidement sur les côtes.
La situation est déjà relativement critique dans de nombreuses villes côtières américaines, indique la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA, Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique). Selon la NOAA, les États-Unis ont enregistré plus de 600 inondations nuisibles en 2019.

 

Une augmentation des inondations à marée haute

Au milieu des années 2030, la majorité du littoral américain devrait enregistrer trois à quatre fois plus de jours de crue à marée haute chaque année pendant au moins une décennie.
Cette étude réalisée par la NASA est la première à prendre en compte toutes les causes océaniques et astronomiques connues des inondations. Selon les chercheurs, les saisons d’inondations à marée haute seront plus longues et pourront durer jusqu’à un mois ou plus.
« Comprendre que tous ces évènements sont regroupés dans un mois en particulier, ou que vous pouvez avoir des inondations plus graves durant la seconde moitié de l’année, voilà des informations utiles », a déclaré Ben Hamlington du Jet Propulsion Laboratory de la NASA, co-auteur de l’étude et responsable de l’équipe de la NASA chargée de l’élévation du niveau de la mer.
Les chercheurs ont recueilli les données de 89 marégraphes dans tous les États et territoires côtiers américains, à l’exception de l’Alaska, et ont réalisé des projections jusqu’en 2080.

 

Inondations
Inondations à Bristol, dans le Tennessee, le 28 mars 2021. | Source : Getty Images

 

Pourquoi les inondations à marée haute devraient-elles être une source de préoccupations ?

L’on ne parle pas ici de tempêtes tropicales, d’ouragans ou de dommages physiques aux biens physiques et aux infrastructures. Cependant, l’effet cumulé au fil du temps d’éléments tels que la fermeture des routes et d’entreprises pourrait être dévastateur.
« S’il y a 10 ou 15 inondations par mois, une entreprise ne peut pas continuer à fonctionner avec son parking sous l’eau. Les gens perdent leur emploi parce qu’ils ne peuvent pas se rendre au travail et les fosses septiques pleines deviennent un problème de santé publique », explique Phil Thompson, professeur adjoint à la University of Hawaii et auteur principal de l’étude.

 

À quelle vitesse le niveau de la mer augmente-t-il ?

La fonte des glaciers et de la calotte glaciaire, ainsi que l’augmentation de la température de l’eau, ont entraîné une élévation du niveau moyen de la mer à l’échelle mondiale d’environ 21 à 24 centimètres depuis 1880, dont près d’un tiers au cours des 25 dernières années selon la NOAA.
« La combinaison de l’attraction gravitationnelle de la Lune, de l’élévation du niveau de la mer et du changement climatique continuera à aggraver les inondations côtières sur les côtes américaines et dans le monde entier », a déclaré Bill Nelson, administrateur de la NASA. « L’équipe de la NASA chargée de l’évolution du niveau de la mer fournit ici des informations cruciales afin de planifier, protéger et prévenir les dommages causés à l’environnement et aux moyens de subsistance des populations touchées par les inondations. »

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Jamie Carter

 

<<< À lire également : Avec le réchauffement climatique, plus de 10 000 aéroports sont menacés dans le monde >>>