Les scientifiques australiens affirment avoir « découvert » comment cultiver le coton dans des teintes colorées, allant du jaune et orange vifs au violet profond… Au lieu du blanc traditionnel ! Et ce coton naturellement coloré pourrait être une bénédiction pour l’environnement, affirment-ils. Il n’a pas besoin d’être teint avec des produits chimiques toxiques et des agents de blanchiment.

Et pourtant, le coton coloré n’a rien de nouveau. Après des milliers d’années de culture, il est devenu la plus grande tendance durable de la mode au début des années 1990. Des tentatives de génie génétique ont commencé peu de temps après.


Les champs de fibres violettes et jaunes semblent relever de la science-fiction, et pourtant le coton naturellement coloré est une ancienne science amérindienne qui existe en Amérique centrale et du Sud depuis au moins 2700 avant J.-C. De plus, sa culture a servi dans les filatures modernes depuis le début des années 1980, lorsque la sélectionneuse de coton californienne Sally Fox a lancé sa marque Foxfibre® dans des teintes de brun et de vert et a créé une entreprise de 10 millions de dollars en quelques années seulement.

Surfant sur la première vague de la fièvre de l’éco-mode, Sally Fox a collaboré en 1991 avec Levi’s sur une collection de jeans et de vestes en jean Levi’s Naturals 550, si populaire qu’un magasin de Columbus, dans l’Ohio, avait une liste d’attente de 18 pages (c’était avant que le vieil Internet ne soit utilisé pour tout). Fondamentalement, les jeans en coton de couleur naturelle étaient les suprêmes de leur époque.

Les jeunes adeptes de l’éco-mode ne s’en rendent peut-être pas compte, mais les vêtements durables ont été la « première tendance mondiale de la mode des années 1990 ». La fausse fourrure, les bottes en peau de saumon et le faux cuir en liège faisaient partie des autres looks éco-modernes de l’époque, mais les cotons uniques de Fox ont atteint des sommets de popularité que n’ont pas connus les autres matériaux révolutionnaires.

Foxfibre®, le produit d’une décennie de croisements qui ont permis d’obtenir une fibre d’une longueur, d’une résistance et d’une couleur désirables, adaptée aux textiles modernes, a été utilisé dans les vêtements et les textiles domestiques vendus par tout le monde, de Levi’s, Ikea et L.L Bean à Land’s End et Jockey. Son inventeur était constamment dans les journaux et à la télévision, notamment dans le National Geographic et dans une série de programmes câblés de la Smithsonian Institution intitulée « Invention ».

Tout le monde était alors aussi époustouflé que maintenant par le potentiel du coton qui pousse dans des couleurs différentes. « J’avais une veste l’autre jour, et tout le monde voulait venir la toucher. Ils étaient fascinés par la couleur », a déclaré une porte-parole de Levi’s au Los Angeles Times en 1991. La veste en jean en question a été fabriquée dans un brun doré clair que la Fox a surnommé « Coyote ».

Les marques et les consommateurs ont apprécié les avantages environnementaux de la fibre, autant que son aspect terreux. Le coton de couleur naturelle peut être tissé tel quel, évitant ainsi les teintures polluantes et énergivores. Mais les variétés de coton de Sally Fox présentent des avantages uniques en termes de durabilité. Leur couleur s’approfondit au lieu de s’estomper au lavage, et les plantes sont sélectionnées pour résister aux parasites et peuvent être cultivées sans aucun produit chimique synthétique. En fait, Foxfibre® a été l’un des premiers à être cultivé de manière biologique (à l’époque moderne). Le coton australien, étant un organisme génétiquement modifié, ne ferait pas l’affaire dans un programme de coton biologique.

Il s’avère que l’agence scientifique nationale australienne, le CSIRO, n’est que le dernier d’une longue lignée de prétendus inventeurs qui ont entrepris de développer des teintes de coton plus audacieuses. Et pourtant, depuis les années 1990, de nombreux projets de coton coloré utilisant la modification génétique ont été bloqués, y compris un projet américain qui visait à faire pousser du coton naturellement bleu pour les jeans. La Chine a développé une variété verte au début des années 2000, mais la couleur s’est effacée au lavage. Monsanto a modifié génétiquement un coton bleu en insérant des gènes d’une plante indigo qui promettait d’« en finir avec les teintures toxiques ». La rumeur veut que les scientifiques n’aient pas réalisé que l’indigo est en fait d’un vert bleuté, et qu’il doit être oxydé pour devenir un vrai bleu.

Les scientifiques australiens pourraient-ils enfin y parvenir ? Avec tant de faux départs pour le nom du coton coloré, Sally Fox ne retient pas son souffle que cette nouvelle « découverte » se résumera bientôt à des champs de fibres vibrantes. « Ils ne savent pas si le coton peut être lavé, ou si la couleur va rester », affirme Sally Fox. A son avis, le CSIRO en est aux toutes premières phases de ses recherches. L’un des obstacles, selon elle, est que la plupart des scientifiques ne sont pas des experts de la culture du coton ou de la fabrication de textiles. « Il faut des connaissances sur les plantes et la transformation des textiles », dit-elle.

Madame Fox a eu ses propres difficultés à maintenir son coton Coyote en production à grande échelle. Certains agriculteurs cultivant la fibre blanche traditionnelle l’ont repoussée, craignant la concurrence du marché, et son entreprise a été écrasée par la délocalisation. « Tous mes clients – 38 usines – ont fait faillite en deux ans », se souvient Mme Fox. Puis, à la fin des années 90, l’engouement pour l’éco-mode s’est éteint pour l’instant.

Mais Sally Fox continue, à ce jour, à élever et à cultiver du coton dans des teintes inhabituelles (dont un nouveau coton de Sienne brûlée) dans sa ferme californienne. Elle vend son coton à des filateurs locaux, à des entreprises indépendantes comme Danu Organic et American Blossom Linens, ainsi qu’à des marques de vêtements japonais de qualité. Et les collectionneurs paient des prix élevés pour les pièces vintage Foxfibre® de son époque.

Le regain d’intérêt pour le coton naturel, durable et coloré pourrait-il signifier un retour de Fox et de ses fibres ? « Je l’ai déjà fait une fois », dit-elle à propos de la tendance épique du coton qui l’a mise sur la carte il y a près de 30 ans.

<< Article traduit de Forbes US – Auteur (e) : Elisabeth L. Cline >>

<<< A lire également :   Mode : Comment L&#8217;Industrie Fait Face À La Crise Du COVID-19>>>