La convergence de la pandémie Covid-19, des troubles sociaux et politiques et de l’aggravation des défis environnementaux n’a pas seulement bouleversé les marchés mondiaux en 2020, elle a également changé la perception de nombreux chefs d’entreprise quant à la manière dont diverses questions sociétales peuvent affecter leurs organisations. Et cela les a poussés à agir.

 

Selon le Resilience Report 2021 de Deloitte, plus de six dirigeants d’entreprises sur dix estiment que des perturbations similaires à celles observées en 2020 se poursuivront à l’avenir. Et près de la moitié de ces dirigeants affirment que le changement climatique et la durabilité environnementale seront les problèmes de société les plus critiques auxquels les entreprises devront s’attaquer au cours de la prochaine décennie.

Les soins de santé et la prévention des maladies, ainsi que les lacunes en matière d’éducation et de formation, sont également des priorités pour les dirigeants d’entreprises, selon le rapport. L’inégalité des richesses et les préjugés systémiques complètent les cinq principaux problèmes identifiés par les personnes interrogées dans le cadre de l’enquête.

« De nombreuses lacunes des entreprises, des gouvernements et de la société ont été mises en évidence par la crise. Il faut remédier à ces défauts à mesure que les blocages se lèvent et que le commerce reprend prudemment », déclare Michele Parmelee, directrice générale adjointe de Deloitte Global et responsable des ressources humaines et de la finalité de l’entreprise. « Il est essentiel de réparer les dégâts, mais le monde ne peut pas simplement revenir à ce qu’il était. Nous avons l’occasion de réimaginer le travail et de remodeler le monde afin que les difficultés futures soient plus prévisibles et gérables. »

 

Le changement climatique est une priorité absolue

Le changement climatique est un défi complexe qui prendra des années à être traité de manière adéquate et qui pourrait causer de graves dommages aux économies nationales si les dirigeants mondiaux ne prennent pas de mesures décisives. C’est pourquoi les trois quarts des personnes interrogées dans le rapport de Deloitte estiment que la crise climatique qui se profile est d’une ampleur similaire ou supérieure à celle de la pandémie Covid-19.

« Le changement climatique est en tous points le défi mondial que la pandémie a été et pourrait finalement toucher des milliards de personnes au lieu de millions », déclare Michele Parmelee. « Mais contrairement à la pandémie, il n’existe pas de vaccin qui puisse être créé en quelques mois et qui promette de faire disparaître le changement climatique ». Selon elle, la lutte contre le changement climatique et d’autres problèmes de société devrait être une priorité pour les responsables d’entreprises décideurs car « les entreprises ont besoin d’une société saine et fonctionnelle pour réussir ».

À plus court terme, Michele Parmelee suggère qu’il existe des raisons pratiques pour que les entreprises se concentrent sur la durabilité environnementale. « Les jeunes employés préfèrent travailler pour des organisations socialement responsables, les technologies vertes sont un secteur en pleine croissance, et de nombreux clients et fournisseurs préfèrent travailler avec des organisations qui se soucient de la planète », explique-t-elle. « La protection de l’environnement n’est pas seulement une bonne action, c’est une ligne de conduite adoptée par une entreprise intelligente. »

 

Agir sur les questions environnementales

Bien que la pandémie ait fait les gros titres en 2020, de nombreux chefs d’entreprise prévoient de prendre des mesures spécifiques au cours de l’année prochaine pour promouvoir la stabilité environnementale. Selon le rapport de Deloitte, les cinq principales actions que les organisations ont menées ou mènent actuellement pour promouvoir la durabilité environnementale sont les suivantes :

  • Former les employés à la durabilité environnementale
  • Concevoir des produits ou des services plus durables
  • Aborder la question de la durabilité environnementale lors des réunions du conseil d’administration
  • Encourager ou exiger des fournisseurs et des partenaires qui respectent les critères de durabilité
  • Mettre en place un plan pour réduire les voyages aériens des employés, même après la fin de la pandémie

Selon Mme Parmelee, Deloitte s’attaque à la durabilité environnementale dans ses propres rangs en se fixant comme objectif d’atteindre des émissions nettes nulles d’ici 2030, en s’engageant à mener des activités écologiques et en éduquant tous les professionnels de Deloitte afin qu’ils puissent prendre des décisions durables plus éclairées en tant que consommateurs.

 

Le changement mondial commence au niveau local

De nombreuses entreprises se concentrent également sur les questions d’inégalité et de partialité systémique. « Les organisations doivent cultiver des cultures caractérisées par des comportements quotidiens inclusifs et fondées sur le respect et l’appréciation de la diversité sous toutes ses formes », explique la directrice générale de Deloitte. Parmi les actions que les organisations de l’enquête Deloitte ont déjà menées ou mènent actuellement sur ce front, on peut citer :

  • Aborder la diversité et l’inclusion au niveau du conseil d’administration
  • Licencier des employés (y compris des cadres supérieurs) pour des commentaires ou des actions racistes/biaisées
  • Exiger des employés et des dirigeants qu’ils suivent une formation continue en matière de diversité et de préjugés systémiques
  • Mettre en place des objectifs spécifiques de recrutement et de maintien en poste pour devenir une organisation plus diversifiée
  • Établir des objectifs spécifiques de représentation des dirigeants pour renforcer la diversité

« La réponse collective des entreprises à la pandémie révèle une communauté mondiale connectée et un pouvoir de collaboration pour s’attaquer aux problèmes les plus urgents du monde », déclare Michele Parmelee. « Il est tout aussi crucial que les responsables d’entreprises décideurs comprennent que les changements tangibles commencent au niveau local. »

 

Article traduit de Forbes USBrandvoice : Deloitte

<<< À lire également : GreenTech | La tech pour sauver la planète >>>