Réaliser un rêve d’adolescence pour vivre de sa passion, un souhait partagé par beaucoup. Morgane Canastra, jeune entrepreneure de 27 ans, a fait sienne ce doux songe en mettant sur pied un concept destiné aux amateurs de musique et de concerts pour combler ses attentes et celles de nombreux fans du quatrième Art. L’application Wyker est le 1er algorithme de matching social autour d’événements musicaux élaboré pour ne manquer aucun concert, découvrir de nouveaux artistes, et pour se rencontrer en fonction de ses affinités musicales. La start-up française vient de remporter le prix de l’innovation international, organisé par La Tribune, et décerné par Google parmi 10 000 projets en lice.

Taper dans l’œil de Google : « le rêve de tout jeune entrepreneur », s’émeut Morgane Canastra, 27 ans, et geek jusqu’au bout des doigts. Sa jeune pousse Wyker a reçu ce printemps le prix international de l’innovation, décerné par le premier des GAFA, au terme de plusieurs mois de compétition entre 10 000 startuppeurs venus de tout l’Hexagone. Cette application gratuite de matching social dédiée aux événements musicaux et reposant sur un algorithme, permet aux amateurs de musique live de ne manquer aucun concert, de découvrir de nouveaux artistes, et de se rencontrer en fonction de leurs affinités musicales en se géolocalisant. « Il y a beaucoup de passion dans ce projet. Nous sommes convaincus que c’est le bon moment pour Wyker de prendre une dimension internationale et nous avons bon espoir que tous les outils que nous allons mettre à la disposition du projet, permettront à l’entreprise de réussir dans cette prochaine étape de son développement», a déclaré Sébastien Missoffe, Directeur Général de Google France, lors du sacre de l’entreprise fondée en 2016.


Une fois n’est pas coutume, la genèse du concept a émergé lors « d’une frustration personnelle suivie d’un constat sur une offre manquante », raconte la lauréate. « Lorsque j’ai manqué le concert de Kraftwerk à la fondation Vuitton en 2014, événement que j’aurais pu partager avec des amis, j’étais vraiment frustrée ! A ce moment, je me suis dit : Ok, fonce ! ». Cette mésaventure a agit tel un catalyseur renforçant sa conviction qu’elle « ne serait pas salariée très longtemps ». « Le choix d’une application mobile est intimement lié au fait que je sois une vraie geek : j’ai monté mon premier ordinateur à 14 ans, codé mon premier site au même âge, ma soif de culture numérique et de musique est inextinguible !  », confie-t-elle. 

La clef de voûte de son « bébé » a été d’injecter dans l’ADN de Wyker la dimension d’un réseau social caractérisée par la connexion entre les communautés via la musique. Ce socle « a fait la différence » auprès du géant de la Silicon Valley qui va apporter son expertise stratégique et technique à la solution en déployant des outils d’analyse. Objectif : développer l’acquisition de nouveaux clients en France et à l’international par le levier du programme Scale Up.

Grâce à plusieurs algorithmes novateurs et à du machine learning, Wyker exploite pertinemment les comptes Spotify et Deezer de l’utilisateur, au même titre qu’il passe au crible la localisation de ce-dernier sur un rayon de 1 à 100 km. A partir des informations renseignées par le mélomane, l’algorithme va recommander des concerts en fonction des goûts de la personne et de la proximité de ses amis par rapport à la scène où le spectacle est organisé. Au fur et à mesure des réponses aux suggestions –  calquées sur le concept éprouvé de swipe de Tinder – l’application affine ses propositions. D’autres critères entrent en compte, mais Wyker préfère « garder le secret ». Autour de ce principe, il est possible d’envoyer des invitations à un concert via Facebook Messenger ou par SMS, de se constituer un agenda des sorties, de recevoir des alertes quant aux artistes suivis, d’acheter des billets ou encore d’écouter un extrait musical pour chaque artiste, « la vocation de Wyker est d’enrichir l’expérience des utilisateurs », souligne Morgane Canastra.

© Wyker

 

La jeune femme a également bien compris l’enjeu d’ouvrir des passerelles avec les labels, les organisateurs de concerts et festivals et avec les artistes eux-mêmes : Wyker se veut être une plateforme pour ces professionnels qui pourront y promouvoir leurs événements et leurs nouveaux morceaux/albums. « Avec 40% de billets qui restent invendus dans le monde chaque année, selon TicketMaster, il faut trouver une solution qui corresponde aux usages du terrain : les personnes qui se rendent à un concert ou à un festival sont de plus en plus nombreuses, et personne n’y va seul ! Wyker est en capacité de répondre à ce problème », considère l’entrepreneure. « Nous sommes nés en France, mais notre développement à l’international doit passer par les Etats-Unis pour une résonance plus puissante. C’est le pays de la live music, avec près de 45% du marché. »

« Nous avons lancé Wyker le 10 avril à New York et allons continuer à ouvrir nos services sur des villes américaines ciblées, par vagues successives, afin de rester concentrés sur les communautés locales et notre communication ». Un test grandeur nature.