Mon parcours d’entrepreneuse m’a convaincue d’une chose : rien ne vaut l’appui et l’accompagnement par un entrepreneur aguerri pour assurer la croissance de son entreprise. Lors de récents échanges avec différents profils d’acteurs économiques (fonds d’investissement, pôle de compétitivité, start-up, PME traditionnelle, etc.), tous sont arrivés à la même conclusion : qu’un chef d’entreprise, comme un sportif de haut niveau, gagne à être accompagné et que le sparring partner idéal pour lui est un serial entrepreneur.

4 raisons principales ressortent :

Raison 1 : Faire face seul aux étapes stratégiques de croissance d’une entreprise peut s’avérer être une dure épreuve. Cédric Monnier, CEO d’Ikast.io, m’expliquait que trouver le bon business model et prendre des décisions concernant le choix de positionnement de sa société ont été, à ses yeux, parmi les étapes les plus difficiles qu’il a eues à gérer. S’appuyer sur l’expérience de quelqu’un qui a déjà géré différents business models et en plus, a en tête l’implication financière personnelle de l’entrepreneur, peut faire gagner beaucoup de temps et rassurer sur les arbitrages à prendre.

Raison 2 : L’un des principaux écueils des primo-entrepreneurs est au niveau de l’exécution opérationnelle du projet entrepreneurial. Souvent, si l’idée est là, si le projet tient la route, c’est la mise en œuvre sur le terrain qui flanche. En étant entrainé d’un point de vue très opérationnel par un sparring partner qui n’est autre qu’un entrepreneur « qui l’a déjà fait », on s’évite de nombreuses erreurs de débutant et on respecte davantage son business plan et sa roadmap. Les investisseurs m’ont en effet dit constater qu’un dossier porté par un entrepreneur accompagné se passe beaucoup mieux. 

Raison 3 : Etre épaulé par un serial entrepreneur est apprécié par les investisseurs. Bertrand Folliet d’Entrepreneur Venture m’expliquait notamment que, dès les premiers contacts, les sociétés qui ont choisi ce type d’accompagnement sont remarquées par son fonds ; et si les entreprises dont les dossiers ont retenu son intérêt ne le sont pas, il demande à ce qu’un accompagnement opérationnel soit mis en place.

Les cofondateurs de la start-up Redire ont bien compris cet enjeu : actuellement en phase de levée de fonds, ils ont décidé d’avoir un sparring partner, autant pour les aider dans la conduite de leurs démarches que rassurer les investisseurs qu’ils rencontrent. La co-fondatrice est persuadée du retour sur investissement : « Il ne faut pas hésiter à investir sur ce qui compte et ce qui rapporte », a-t-elle dit.

Raison 4 : En prenant un serial entrepreneur comme sparring partner, on sait qu’il ne va pas hésiter à s’engager sur des résultats – parce qu’il a une idée de ce qu’il faut faire et de comment le faire liée à son vécu, et parce qu’un entrepreneur reste et réfléchit toujours comme un entrepreneur. Fadwa Sube, Vice-Présidente du Pôle Systematic, estime que, pour aller le plus loin possible, il faut chercher à avoir les meilleurs sparring partners pour son projet et que ces profils sont parmi les serial entrepreneurs, car ils seront engagés, actifs et partageront la même culture du résultat que l’entrepreneur.

En France, l’accompagnement des chefs d’entreprise n’est pas encore complètement entré dans les mœurs. Et la culture française continue à être un peu frileuse par rapport à l’immatériel. Cependant, imagine-t-on une seule seconde la réussite d’un sportif sans son entraîneur à ses côtés ? Les commentaires sur les raisons de la victoire des Bleus lors de la Coupe du Monde 2018, outre les performances exceptionnelles des joueurs, louent tous le choix de Didier Deschamps comme sélectionneur et entraineur.

Nos entrepreneurs sont comme nos sportifs de haut niveau, ils sont tous potentiellement des Rocky et leur réussite sert toute l’équipe de France de l’économie. En optant pour des “have it done” comme sparring partners, ils ont à la fois la crédibilité et les clés-nécessaires pour créer un environnement et un plan d’exécution propice au succès et à la croissance.