Jessica Troisfontaine a lancé la marque Septem pour « imaginer et créer des vêtements qui aident les femmes à prendre le pouvoir ». Et pour elle, la combinaison est l’accessoire ultime d’empowerment des femmes, une pièce qu’elle définit comme “mi-cocon, mi-armure”.

Génération Modcast ! À à peine 30 ans, la créatrice de la marque de mode Septem, Jessica Troisfontaine, a tout compris à la communication. Pour faire connaître ses jolies combinaisons pour femme, elle a trouvé la bonne combine. Elle a démarré en créant un podcast inspirant, le Septem Club, ou elle y reçoit des personnalités qui viennent parler d’empowerment des femmes, mais pas que. Récemment, elle a aussi reçu le pâtissier Pierre Marcolini, le nageur Yannick Agniel ou Edouard Vermeulen, le créateur de la marque belge Natan. Des bonnes paroles partagées à sa communauté Instagram (26 000 followers) et sur son site, autant de clients potentiels pour sa dynamique marque de mode, Septem.


Mais la démarche de la jeune femme d’origine belge ne se limite pas à de la communication, loin de là. Elle se nourrit également de convictions et d’une bonne dose d’optimisme.

Et il lui en a fallu pour lâcher son métier d’avocat, deux ans à peine après avoir démarré. « En mai 2017, j’ai décidé de tout plaquer pour me consacrer à ma passion, la mode » explique-t-elle. Pour ce faire, elle investit ses 60 000 euros d’économies pour « imaginer et créer des vêtements qui aident les femmes à prendre le pouvoir ». Et pour elle, la combinaison est l’accessoire ultime d’empowerment des femmes, une pièce qu’elle “adore” et qu’elle définit comme “mi-cocon, mi-armure”.

Un garde robe hebdomadaire

De même, pour faciliter la vie des femmes dans leur quotidien, un concept né peu à peu dans son esprit : celui d’une garde-robe hebdomadaire idéale. Problème, la tunique est une pièce très technique qui nécessite des taillants très précis. Pour la concevoir, elle fait donc appel à un modéliste reconnu.
Reste à trouver des fabricants qui acceptent de la suivre. « J’ai contacté des dizaines d’ateliers au Portugal, qui ont tous refusé de produire des pièces en petites séries » se souvient Jessica Troisfontaine. Jusqu’au jour où elle tombe sur Louisa, une femme séduite par sa démarche

Bingo ! Le projet peut démarrer. En découlent de longs mois de création et de conception pour finalement arriver au résultat final : sept combinaisons uniques qui correspondent chacune à un jour de la semaine. Pour le nom de la marque, Jessica optera pour Septem, comme les sept jours de la semaine.

Ses ventes, principalement sur internet, décollent assez vite. Et avec elle, les ambitions de la jeune marque. De nouvelles pièces sont créées. Notamment, une collection « tunique de mariée ». Car si le segment de la robe de mariée est très « occupé », celui de la tenue pour la cérémonie civile est assez nouveau.

« Ce sont mes clientes qui me l’ont soufflée ! Dans chaque collection depuis le tout début, j’ai toujours proposé au moins une combinaison blanche. Certaines m’ont demandé de leur proposer quelque chose de décalé pour ce grand jour » raconte Jessica Troisfontaine.

septem

Début 2020, l’ex-avocate lance également deux nouvelles combinaisons autour d’un concept jour/nuit. Et pour accompagner ses nouvelles créations, la jeune femme s’associe avec les maroquiniers AW Atelier Paris afin de créer un duo de sacs tendances et fabriqués en France : plein soleil et pleine lune.

Une dynamique qui lui a permis de réussir un très bon début d’année. « J’ai doublé mon chiffre d’affaires pendant le premier confinement. Au final, l’année 2020 devrait être plutôt bonne pour moi. » De quoi doper ses ambitions pour les prochains mois. Et commencer à penser à l’avenir, notamment la recherche d’investisseurs, pour celle qui veut devenir une DNVB (digital native vertical brand) qui compte, à l’instar de ses modèles Sézane ou Balibaris.