Chaque année, Réseau Entreprendre analyse les données des lauréats qu’il accompagne, 4600 pour le cru 2016. Il semblerait qu’un portrait-robot se dessine : un homme, âgé de 39 ans et diplômé.

Alors que les femmes ne lèvent pas assez d’argent, qu’elles ne sont pas assez représentées dans le milieu du digital, les créatrices d’entreprise (des projets aboutis, pouvant créer un certain nombre d’emplois) ne représentent que 17 % des lauréats de Réseau Entreprendre. Le reste, 83 %, sont des hommes. Même si la tendance augmente, elles n’étaient que 12 % entre 2006 et 2009, le manque de femmes fait cruellement défaut. « Les femmes ont tendance à revoir leurs ambitions à la baisse, explique Frédérique Jeske, présidente du réseau à nos confrères de Maddyness. Elles se posent toujours des questions sur leurs compétences et leur capacité à faire face aux défis que posent l’entrepreneuriat. » Mais, réjouissez-vous, plus de 20 % des projets accompagnés comptent au moins une femme parmi les fondateurs. Bref, il reste encore du chemin à faire…

Plus de jeunes et diplômés

39 ans, c’est l’âge moyen du lauréat suivi par le réseau. Plus précisément, les créateurs d’entreprise ont environ 37 ans, tandis que les repreneurs sont plus âgés : 43 ans. Mais cette moyenne devrait rajeunir ces prochaines années puisque le chiffre des jeunes de moins de 30 ans ne cesse d’augmenter, passant de 14 % en 2006-2009 à 18 % en 2015-2016. C’est le statut d’auto-entrepreneur qui a libéré les jeunes avec près de 60% des entrepreneurs de moins de 30 ans, en plus d’une « véritable évolution sociétale puisque de plus en plus de jeunes diplômés aspirent à créer leur entreprise ». Il semblerait toutefois que le mythe de l’entrepreneur qui s’est fait tout seul, sans passer par la case étude, semble s’effondrer : sur les cinq dernières promotions, près de 3 lauréats sur 4 étaient titulaires d’au moins un diplôme de niveau Bac +4. Tandis que les Bac +5 représentent 34% de l’ensemble des porteurs de projet.

Il crée de l’emploi dans le milieu des services

Comme mentionné plus haut, Réseau Entreprendre accompagne des projets assez avancés, susceptibles de créer des emplois dont l’objectif est de devenir des PME. Et cela se vérifie dans les chiffres : chaque lauréat a créé 11,6 emplois en moyenne, soit 27 000 emplois pour les lauréats des cinq dernières promotions. 90 % sont des CDI à temps plein. Tous ces lauréats ont généré près de 3 milliards de chiffre d’affaires en 2016 contre 1,1 milliard en 2006 pour les promotions 2006-2002.

Même si la région Île-de-France représente un quart des entreprises lauréates (24%, soit + 8 points par rapport à la répartition 2006-2009), les autres régions françaises ne sont pas en reste comme Rhône-Alpes, Pays de la Loire, Hauts-de-France et Aquitaine qui sont les mieux représentées. À noter que le dynamisme des Pays de la Loire et de la Bretagne qui ont vu grimpé leur part respective : de 4% à 6% et de 8% à 10%entre 2006-2009 et 2015-2016.

C’est le milieu des services qui remporte tous les suffrages. Si ce n’était pas le cas dix ans en arrière (il représentait moins de la moitié des projets en 2006), c’est aujourd’hui 59 % des entreprises du réseau, contre 17% pour l’industrie, 8,6% le bâtiment et 16% la distribution.