Selon le récent rapport Global Business Complexity Index 2021, le Danemark est le meilleur pays dans le monde pour faire des affaires. Gérer une entreprise en Europe c’est un peu comme le roman Le Conte de deux cités de Charles Dickens : parfois cela peut être merveilleux, d’autres fois cela ressemble davantage à un cauchemar. Tout va dépendre de l’endroit où vous installez votre entreprise. Évidemment, c’est également un aspect que les investisseurs doivent prendre en compte quand ils investissent dans des projets à l’étranger.

 

Selon le rapport Global Business Complexity Index 2021, « au Danemark, il est possible de fonder une société en un jour, car il existe une plateforme unique pour les inscriptions, et tous les organismes et organisations nécessaires sont automatiquement notifiés. »

Toujours selon ce rapport, la France arrive en avant-dernière position (sur 77 pays) : « La place de la France en tant que deuxième juridiction la plus compliquée est due à la complexité des processus comptables et fiscaux, ainsi qu’à des réglementations RH fortement tournées vers les employés ».

Les 77 pays listés dans ce rapport représentent 92 % du PIB mondial. L’enquête a pris en compte la complexité de la comptabilité et de la fiscalité, les difficultés rencontrées pour créer ou maintenir une société ou toute autre entité commerciale, ainsi que les ressources humaines et la réglementation en matière de rémunération.

Selon le rapport, la facilité de faire des affaires ne va pas nécessairement de pair avec la taille du marché : « Une observation constante, depuis maintenant huit ans que nous réalisons ce rapport, est que certains des marchés les plus attrayants pour les entreprises sont à la fois les plus complexes et les plus sévères en cas d’erreur ».

 

Émergence de réglementations plus strictes pour l’emploi du personnel

Quel que soit l’endroit où se trouve votre entreprise, les règles en matière d’emploi du personnel sont de plus en plus strictes. En 2020, il est devenu plus difficile de licencier un employé sans motif valable. Par ailleurs, le gouvernement argentin affirme désormais qu’il est contraire à la loi de licencier des travailleurs « pour quelque raison que ce soit », indique le rapport.

Cette tendance ne fait que s’aggraver, poursuit le rapport : « Nos experts prévoient que les employeurs continueront à voir la montée en puissance d’une législation en faveur des employés, qui encourage les entreprises à agir de manière responsable au sein de leurs communautés locales tout en augmentant le niveau de complexité dans lequel les entreprises doivent manœuvrer ».

 

Une préoccupation qui devrait interpeller les investisseurs

Les investisseurs doivent à la fois prendre en considération le fait d’investir dans un pays où l’environnement commercial est compliqué et les bénéfices potentiels pouvant être réalisés dans ce pays.

Par exemple, les États-Unis se classent toujours parmi les pays où l’environnement commercial est le moins compliqué, tout en étant le pays le plus riche au monde. Parallèlement, l’Argentine est l’un des endroits où il est le plus difficile de faire des affaires et le pays possède une économie douteuse estimée à près de 400 milliards de dollars, contre environ 22 000 milliards de dollars aux États-Unis.

En d’autres termes, les États-Unis et le Danemark restent un bon pari contrairement à l’Argentine. 

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Simon Constable

 

<<< À lire également : La Suisse serait-elle la nouvelle gardienne de la souveraineté des entreprises européennes ? >>>