Sept mois après avoir élu domicile au sein de Station F, le plus grand campus de start-up au monde, HEC Paris a inauguré mardi soir sa première compétition, baptisée « HEC Entrepreneur Fest » afin de mettre en lumière les trois jeunes pousses les plus prometteuses de son écosystème. Neybs, Skello et Data Soluce sont ressorties victorieuses après le vote du public, jury d’un soir. Le trio gagnant développe des solutions autour de problématiques aux univers très éloignés, mais se rejoint néanmoins sur un point : l’impact sociétal de leur technologie.

HEC Entrepreneur Fest a inauguré mardi soir, au sein de Station F, son premier concours de pitch pour désigner les trois projets les plus porteurs de son écosystème entrepreneurial. Neuf start-up issues de ses programmes d’expertise (le Centre digital, le Centre entrepreneuriat et le Centre Society & Organization, SnO) étaient en lice. Chacune des entités présentaient trois innovations de son choix. Eloïc Peyrache, directeur délégué de la prestigieuse école, savoure ce moment : « Ces neuf jeunes pousses ont été choisies parce qu’elles sont arrivées à une étape charnière de leur histoire, en les mettant en lumière ce soir, nous voulons leur offrir l’opportunité de prendre une autre dimension, de passer à l’étape d’après. » Un seul gagnant par centre d’expertise sera distingué et se verra décerné un prix de l’innovation.

Pour une première édition, la mécanique était déjà bien huilée : décor soigneusement étudié, musique savamment orchestrée, le tout agrémenté d’un public charmé et impliqué. Installés dans un auditorium de 400 places, investisseurs, corps professoral, anciens élèves – illustres pour certains à l’instar de Pierre Bellon – fondateur et président d’honneur de Sodexo – ou encore amis proches, sont venus soutenir neuf jeunes entrepreneurs secondés par leurs partenaires. « Une soirée décisive », souligne l’une des candidates.

Dix-huit heures, place aux pitchs.

« Think, teach, action », sont les trois leviers d’apprentissage du programme SnO qui ouvre le bal. L’objectif du centre se fonde sur la mise en œuvre de modèles économiques alternatifs et durables. « La France est en pointe en matière d’entrepreneuriat social  et solidaire, plus avant-gardiste que les Etats-Unis. Il existe de nombreuses initiatives dans le domaine du recyclage, de l’éthique, de la lutte contre les inégalités sociales », expose Rodolphe Durand, directeur académique de SnO.

La start-up Neybs, consacrée dans la soirée par un prix de l’innovation décerné à sa fondatrice Hafida Guebli, illustre cette volonté propre à SnO de façonner une société plus responsable et égalitaire, où – grâce à la nouvelle économie – « les citoyens les plus précaires pourraient espérer une autre alternative à la marginalisation », explique la lauréate Hafida Guebli. Nourrie de sa propre expérience, cette-dernière a décidé d’aider son père illettré et malentendant à sortir de son isolement, elle développe une application mobile basée sur des pictogrammes qui permet de faciliter les échanges entre bailleurs et locataires analphabètes ou porteurs de handicap. Elle rallie à  sa cause une élève ingénieur et un développeur qui l’accompagnent dans la création de cette solution.

Gagner en visibilité, accéder aux portefeuilles des investisseurs

Le Centre digital coordonne les initiatives d’HEC Paris en matière de formation digitale, sous ces deux aspects : la transformation numérique des entreprises et l’entrepreneuriat digital. Julien Levy, à la tête du centre, supervise ce véritable vivier de talents sur ce versant : « Ici à Station F, nous faisons le lien entre notre  fondation, les étudiants, les jeunes diplômés et les entreprises. A travers l’opération HEC Entrepreneur Fest, nous allons permettre aux lauréats de gagner en visibilité, d’élargir leur réseau et in fine d’accéder aux portefeuilles des investisseurs. Venus en nombre ce soir », se réjouit celui qui est également co-auteur du « Mercator », manuel de marketing le plus vendu en langue française.

L’arbitrage entre les trois projets sélectionnés place le public-jury dans une situation cornélienne, tant la qualité des discours est impactante. Une plateforme collaborative entre expéditeurs et voyageurs se dispute les faveurs des votants avec Skello, solution de gestion de planning et de personnel pour la restauration, aux côtés d’une technologie capable de détecter les bugs sur les sites internet grâce à un outil basé sur l’intelligence artificielle.

Skello dispose néanmoins de solides arguments qui ont permis la consécration d’Emmanuelle Fauchier Magnan, instigatrice du projet. L’entrepreneuse enchaîne les distinctions : gagnante du concours de l’innovation numérique, la jeune chef d’entreprise s’illustre également dans la liste Challenge des 100 meilleures startups françaises de 2017. La société empoche les contrats. Dans son tableau de chasse, se côtoient Ducasse, le Paradis du fruit, l’enseigne boulangère et de salons de thé Paul, la chaîne de restauration rapide Big Fernand. En tout, 200 clients ont été séduits par ce procédé novateur de maitrise des coûts de personnel, de réduction de turnover des équipes et d’optimisation des factures comptables pour éradiquer les erreurs humaines. Ce nouveau prix augure de beaux jours encore et ne manquera pas « d’accélérer la croissance de Skello », espère la finaliste.

Trois dispositifs d’accompagnement sont abrités par le Centre Entrepreneuriat, piloté par Etienne Krieger : HEC Challenge +, HEC Stand Up et bien sûr l’incubateur éponyme, ces programmes ont pour but de mobiliser l’ensemble de l’écosystème de HEC (enseignants, étudiants, anciens élèves, partenaires) autour des entrepreneurs pour favoriser l’impact social et économique des projets. Ateliers, tutorats, permanences avec des experts, conférences rythment la vie du centre. Entrepreneur dans l’âme, Etienne Krieger partage sa passion d’un univers qu’il connaît très bien en tant que co-fondateur, administrateur et conseiller de plusieurs entreprises technologiques évoluant notamment dans la Medtech, « la naissance d’une start-up, c’est avant tout des rencontres humaines caractérisées par la diversité, la richesse des parcours, réunies par la volonté farouche de créer une entreprise en capacité de faire évoluer les choses. Nous métamorphosons des scientifiques en entrepreneurs ! », confie l’homme aux multiples casquettes.

Capitaliser sur ce “coup de pouce providentiel”

Les fondateurs de Data Soluce, plateforme de centralisation des données d’un projet immobilier (programmation, conception, exploitation) convainquent l’auditoire de la pertinence de leur concept étudié pour améliorer le travail collaboratif des multiples parties prenantes du secteur (architectes, ingénieurs, conducteurs de travaux…). En effet, chacun de ces corps de métier ne communiquent pas assez faute d’interactions entre leurs activités durant la vie d’un chantier. Le logiciel développé par Nicolas Régnier et ses équipes permet de synchroniser les données de tous les acteurs de la chaîne de valeur immobilière. Le chiffre de 15% est martelé à plusieurs reprises : il correspond aux pertes financières générées par ce mode de fonctionnement actuel dit « en silo » plutôt que sur une méthode plus collaborative. Forts de cette reconnaissance, les équipes de Data Soluce, souhaitent à présent capitaliser un maximum sur « ce coup de pouce providentiel »

A Neybs, Skello et Data Soluce de transformer l’essai.

 

Les demi-finalistes 

Copelican : solution collaborative et sur-mesure pour les envois d’objets et de colis, en passant par un système de matching entre expéditeurs et voyageurs.

Fem21 : premier réseau d’écoles Montessori social et solidaire.

Madumbo : première solution d’analyse automatique du front-end des sites web à être sans code, rapide.

My Job Glasses : mise en relation d’étudiants avec des opérationnels en entreprises afin de se créer un premier réseau et d’appréhender les métiers.

Neuroflows : start-up dédiée à l’imagerie neuro-fonctionnelle avec une résolution spatio-temporelle et une facilité d’utilisation sans précédent.

Trip Afrique : réserver son voyage vers et à l’intérieur de l’Afrique.