DEEL a annoncé la finalisation de son troisième tour de table en seulement un an. D’un montant de 132 millions d’euros, cette levée de fonds en série C propulse la jeune pousse au rang de licorne avec une valorisation désormais estimée à près de 1,1 milliard d’euros. Cette opération s’accompagne de l’arrivée à son capital d’entrepreneurs de renom comme Dara Khosrowshahi, CEO d’Uber ou Jeff Wilke, vétéran d’Amazon. 

Créée en novembre 2018, Deel, société basée à San Francisco, propose une plate-forme de gestion de la paie à destination des entreprises faisant appel à des ressources à l’international. Elle aide les entreprises et les organisations à recruter et payer des collaborateurs salariés ou des indépendants, dans le monde entier et en conformité avec les exigences légales de chaque pays. Entretien avec Olivier Elbaz, Directeur du développement international de Deel. 

Forbes France : Qu’est ce qui vous a permis de convaincre les investisseurs d’effectuer cette levée de fonds à 132 millions d’euros?

Olivier Elbaz : Plusieurs facteurs permettent d’expliquer l’immense intérêt des investisseurs pour Deel! Tout d’abord, notre positionnement est tout à fait unique et innovant puisque nous permettons aux entreprises en seulement quelques clics de recruter et de rémunérer leurs collaborateurs, qu’ils s’agissent de salariés ou d’indépendants, aux quatre coins du monde et ce, bien évidemment dans le respect des règlementations légales en vigueur dans chacun des pays. Par ailleurs, le contexte pandémique actuel a imposé le “remote working” (ou travail à distance) comme la nouvelle norme pour un très grand nombre d’entreprises aujourd’hui. Enfin, la multiplication de notre chiffre d’affaires par 20 en 2020 et notre ambitieux plan de déploiement à l’international sont autant d’arguments qui ont séduit les investisseurs et les ont incités à effectuer cette levée de fonds en série C. 

Le statut de licorne impose-t-il des ambitions revues à la hausse ? 

O.E : Nos ambitions ont toujours été extrêmement élevées et continueront bien évidemment de l’être afin de nous imposer comme le leader mondial de la gestion de la paie pour les entreprises faisant appel à des ressources à l’international. Aussi, nous avons une stratégie d’expansion extrêmement rapide puisque Deel va s’implanter cette année dans près d’une vingtaine de nouveaux pays, aussi bien en Europe, qu’en Asie Pacifique, en Amérique Latine, au Moyen-Orient ou encore en Afrique.

Enfin, en termes d’effectifs, nous prévoyons de doubler notre nombre de collaborateurs d’ici fin 2021. 

Quelle part de vos investissements vont servir à accélérer votre développement en Europe et notamment en France ? 

O.E : Nous allons dédier près d’un tiers de nos investissements à notre expansion sur le marché européen et notamment au marché français qui figure parmi nos pays stratégiques à l’échelle mondiale. 

 Quelles sociétés françaises font déjà appel à vos services ?

O.E : Des dizaines de sociétés françaises de toutes tailles et de tous secteurs font appel aux services de DEEL. 

Nous pouvons notamment citer les start-ups du moment sur le marché français en France comme Livestorm, Spendesk et bien sûr la nouvelle licorne Alan.

Avez-vous prévu une entrée en Bourse ? 

O.E : Nous ambitionnons de nous introduire en bourse sur le marché américain d’ici 2 à 3 ans. 

 

<<< à lire également : 2020, l’année des licornes : Découvrez le Top 5 des plus importantes levées de fonds >>>