Comme disait Marcel Pagnol « Quand le vin est tiré, il faut le boire, surtout s’il est bon ». Mais avec 80% du vin acheté en supermarché et sans conseil avéré, que faut-il boire ? Qui n’a jamais passé 30 minutes dans le rayon vin de Carrefour à essayer de choisir le bon Bordeaux pour épater un groupe d’amis amateurs ?

 

En deux mots. C’est bon, c’est bio.

Cette réalité est reflétée par la dernière étude de l’Agence du Bio selon laquelle 51% des Français souhaiteraient trouver plus de vins bio dans les grandes et moyennes surfaces. La vague du bio n’est pas près de s’éteindre sur le marché viticole où 9% des vignes sont maintenant bio en France. Avec autant de vignobles et de cépages bio, comment choisir ? PinotBleu est votre solution.

PinotBleu facilite le dur choix de la sélection d’une bonne bouteille de vin, qui plus est bio. Dans le respect de valeurs qui leur tiennent à cœur, Thomas et François-Xavier “proposent des vins de la France entière qui sont produits dans les plus belles conditions pour les partager avec sa famille et ses amis”. Sous forme de coffrets, de box et d’abonnements, les meilleures bouteilles vous parviennent en 24 à 48h. Nos deux amoureux de la vigne se sont fait une place dans nos cœurs mais également dans les événements professionnels.

 

 

L’équipe. Une complémentarité surprise.

Thomas et François-Xavier sont le fruit d’une rencontre fortuite : des amis en commun, un dîner et l’idylle entrepreneuriale commence. Un duo école d’ingénieur-Polytechnique qui après quelques rencontres se jette à l’eau, ou plutôt dans la cuve à fermentation ; deux univers qui se rencontrent et qui se complètent totalement.

François-Xavier qui travaillait dans le retournement”, c’est à dire remettre sur pattes les entreprises, est donc évidemment chargé de la partie opérationnelle. Thomas qui a eu plusieurs expériences en grands groupes, gère l’expérience digitale, la communication et la gestion des clients. La famille PinotBleu s’est aujourd’hui bien agrandie et compte, trois ans après sa création, six collaborateurs. Basée à Lyon, la belle équipe est répartie sur différents postes : l’acquisition, le développement, la vente, la supply chain et la communication.

 

Le problème. L’embarras du choix.

Nappe à carreaux, fromage, baguette de pain et bonne bouteille de vin rouge. Oui, mais comment choisir cette fameuse bonne bouteille de vin si emblématique du “bon manger” français ? Avec 88% du vin acheté en grande distribution, faire le bon choix relève d’un parcours héroïque. La viticulture représente aujourd’hui 3% de l’agriculture totale avec une importante utilisation des pesticides, plus de 20% de la production. Dans la dynamique actuelle du bio, 1 488 viticulteurs se battent pour des valeurs et le respect des préceptes écologiques. Entre recommandations d’amis, applications pour scanner les étiquettes ou encore conseils trouvés sur Internet, nous demeurons pantois devant ces fameux rayons de vins au supermarché. Acheter du bon vin bio, c’est donc comme un coup de poker.

 

Trouver une bonne quille bio s’avère être un véritable challenge pour toute personne lambda. Ce constat s’en va de même dans le B2B. En effet, tous les restaurants n’ont pas aujourd’hui un sommelier dédié. Pour ces restaurants, composer une carte de vins n’est pas une mince affaire. Qui croire ? Comment choisir LES bonnes bouteilles qui sublimeront les plats et raviront les clients ? C’est sur ce manque de sélection de vins bio pour les professionnels que PinotBleu a consolidé son nid.

 

L’idée. Être l’Apple du vin.

L’oiseau bleu sur son arbre perché ne fut pas, cette fois-ci, uniquement alléché par son fromage. Ce sont bien les vins aimables et distingués que ce jeune maître corbeau est venu nous présenter. Un beau jour, nos deux amoureux du bon vin se retrouvent devant un rayon d’un supermarché sans savoir quelle bouteille choisir, comme la majorité d’entre nous. Pour nos deux compères c’est une révélation : “pourquoi n’y a-t-il pas de confiance et de simplicité dans le monde viticole ?” Aucune référence reconnue ne permet aux consommateurs de se repérer. L’idée de PinotBleu se développe dans le but de devenir “l’Apple ou Le Slip Français du vin !”.

 

 

Pour François-Xavier, qui connaît le milieu viticole, il faut remettre les producteurs au centre. “On voit les vignerons qui y mettent du cœur”. Dans leurs têtes, tout est clair : arrêter la vente impersonnelle du vin pour proposer des bouteilles bio qui sont portées par une véritable histoire. Ni une ni deux, PinotBleu éclot en décembre 2015 pour être tiers de confiance et orientateur dans l’acte d’achat du vin.

Pourquoi le choix de PinotBleu ? Thomas nous explique tout simplement que le Pinot est le cépage le plus connu de tous et qu’en plus son nom reste le même en anglais. L’oiseau représente l’aspect poétique du monde viticole. Nous pouvons tous très bien imaginer un oiseau qui vole de vignoble en vignoble. Référence au bleu du ciel, à la couleur du développement durable et à la poésie : PinotBleu est né.

 

La mise en oeuvre. Voler de ses propres ailes

Thomas et François-Xavier se lancent dans une aventure atypique. Parfaits inconnus quelques mois avant la création de PinotBleu, ils se découvrent en tant que cofondateurs. Loin de l’image idyllique renvoyée par leur fameux oiseau bleu, ce sont des forçats du travail qui prennent leur destin à bras-le-corps. Le temps de se découvrir permet à Thomas et François-Xavier de lancer la version zéro de PinotBleu, partir à la rencontre de vignerons locaux, faire le MVP. Huit mois de travail acharné qui leur permettent de conquérir leurs premiers clients.

Hasard ou force des choses, leurs premiers clients coïncident avec leur rencontre avec l’incubateur The Family. Rencontre déterminante pour nos deux cofondateurs qui revoient entièrement leur message commercial. Cette adaptation est un pari gagnant. L’oiseau bleu fédère peu à peu une communauté engagée sur les réseaux sociaux qui souhaite faire prévaloir des valeurs environnementales fortes. Tant consommateurs que vignerons, tous sont séduits par la radicalité des choix et des démarches de PinotBleu. Plus loin que le simple vin bio, PinotBleu transmet des valeurs engagées : leurs coffrets sont recyclés et recyclables, les collaborateurs viennent en vélo au bureau, les livraisons sont compensées par des arbres plantés… “L’effet Wahoo nous a beaucoup boosté dans le développement de PinotBleu”, confie Thomas.

 

 

L’envol de l’oiseau ne fait que commencer. Fort de leur communauté, les professionnels s’intéressent de plus en plus au projet : “Il faut que je propose du vin mais je ne sais pas comment m’y prendre”. PinotBleu, s’est tout d’abord attaqué au marché de la restauration. En effet, tous les établissements n’ont pas de sommelier, il est donc difficile de proposer une bonne sélection de vins aux clients. Tout débute avec PNY – Paris New-York- illustre burger maker de Paris, qui aime la sélection faite par nos mordus de vin. Le bouche à oreille et la détermination permet à la fine équipe de signer un contrat avec le ministère de l’Écologie après une rencontre avec Nicolas Hulot. Peu de temps après, agences d’événementiel, restaurants et entreprises de toutes tailles utilisent la sélection PinotBleu. Un point commun à tous ces clients : la recherche d’ « une vraie histoire derrière le vin ».  Bourru, Canaille, Elégant, Enjoué, Franc, Gouleyant, Léger ou Moelleux, il y en a pour tous les goûts, mais toujours bio, éco-responsables, bons, et provenant de vignerons représentant leur appellation.

Transmission de valeur réussie pour Thomas qui nous révèle « C’est une belle rencontre avec chaque client, on a de très bons échanges et c’est un plaisir d’avoir une communauté qui croit en ce que l’on fait.

 

 

La finance. Construire son nid.

Comme bon nombre de start-up, tout a commencé sur fonds propres, couplés aux aides traditionnelles de Bpifrance. Thomas témoigne “j’ai mis toutes mes économies car on croyait à ce que l’on voulait faire”. Pour accélérer le développement de PinotBleu, les deux cofondateurs bouclent une levée en amorçage de 600K€ auprès de Business Angels locaux un an après le début de l’aventure. PinotBleu prévoit déjà sa prochaine levée de fonds de plus d’un million d’euros pour pousser encore plus loin le projet.

« On voit toujours ce qu’il reste à faire plutôt que ce que l’on a déjà fait ». C’est dans cette optique que Thomas nous dévoile ces idéaux de développement : dérouler la roadmap, créer une marque avec encore plus de renommée et s’étendre sur le territoire français et européen. Des perspectives qui répondent au besoin de l’oiseau qui vole de vignes en vignes.

 

Chronique co-réalisée avec @Jean Rognetta, Directeur de la rédaction de Forbes France et @Adèle Pasquier d’Estimeo.