PATRIMOINE | Sur les 40.000 châteaux présents dans l’hexagone, plus de 2500 sont ouverts à la visite. Créée en 2016, la plateforme Patrivia prône la valorisation du patrimoine français. Rencontre avec l’un des co-fondateurs. 


 

Quel est le principe de Patrivia ?

Christian Clarke de Dromantin : Patrivia est la plateforme de réservations pour les visites de châteaux, musées et monuments. Nous vendons des billets à l’unité ou des abonnements à l’année avec le Pass Patrimoine. Celui-ci permet de visiter librement et pendant un an l’ensemble des 600 lieux présents sur la plateforme.

Notre volonté est de participer à l’accès à la culture pour le plus grand nombre, à la défense du patrimoine et à la mise en valeur des territoires.

Nous croyons profondément que la beauté sauvera le monde et donc par essence que le beau, cela fait du bien. Notre mission est de permettre à chacun de partager des moments conviviaux dans des lieux hors du commun pour vivre des expériences incroyables. 

Il ne vous reste plus qu’à vous rendre sur www.patrivia.net et offrir un Pass Patrimoine à Noël pour le plus grand plaisir de vos proches.   

 

Christian Clarke de Dromantin :  Comme le dit si justement Stéphane Bern « Le patrimoine, c’est le pétrole de demain »

 

Comment est née cette idée ?

Christian Clarke de Dromantin : Lorsqu’en 2016 nous avons pris conscience qu’il n’existait aucun système de billetterie centralisée pour le tourisme culturel dans la première destination touristique au monde, nous avons décidé de nous poser les bonnes questions. Pourquoi cela n’existe pas ? Quel est le meilleur moyen d’arriver à fédérer un vaste écosystème ? Quelles sont les barrières à l’entrée ?

En creusant la question, nous nous sommes rendu compte qu’en 2016, 99% des châteaux et des musées n’avaient pas de système de billetterie en ligne alors que 30% des achats touristique se font par internet en Europe. Sur les 40.000 châteaux présents dans l’hexagone, nous en avons recensé 2500 ouverts à la visite et il n’existait aucune solution de billetterie pour centraliser les visites culturelles.

Nous nous sommes aperçus qu’il est possible acheter un château en France pour le prix d’un appartement de 50m² à Paris et qu’en moyenne un château de moins de 1 000m² représente 80.000€ de dépense par an. Nous sommes donc loin de l’idée populaire qui consiste à penser que les riches possèdent des châteaux alors que c’est une charge immense et une source d’appauvrissement. Connaissez-vous le nombre d’établissement culturel public qui soit rentable ? A partir de ce moment-là, nous avons compris l’urgence d’agir pour permettre de créer un écosystème vertueux. Nous étions obsédés pour trouver des idées permettant de participer à la sauvegarde du patrimoine et à la transmission des lieux qui ont fait l’histoire. Patrivia était né !

 

Le meilleur moyen de soutenir le patrimoine, c’est de le visiter. Nous comptons sur vous pour changer les choses à votre échelle. Soutenez et visitez le patrimoine ! 

 

Quels sont vos objectifs à court terme ?

Christian Clarke de Dromantin : Nous souhaitons participer à la transformation digitale du secteur pour permettre à la première destination touristique au monde d’avoir des outils à la hauteur de la situation. Quand le tourisme pèse 7 points dans le produit intérieur brut français et qu’en 2019 la moitié des 90 millions de touristes étrangers viennent pour des raisons culturelles, il y a une urgence à améliorer les services que nous proposons.

En sortant de nouvelles fonctionnalités sur notre site internet, pour faciliter la vie des gestionnaires de sites, nous nous battons contre la désertification des centres-villes et des centre-bourg. Le tourisme est une activité qui ne se délocalise pas. Cela fait la fierté des habitants de pouvoir mettre en valeur leur territoire. Le tourisme culturel, c’est aussi un écosystème. Quand une personne va visiter un monument, elle va dormir à l’hôtel, se restaurer, faire fonctionner l’économie locale. Comme le dit si justement Stéphane Bern « Le patrimoine, c’est le pétrole de demain »

Nous avons la volonté de continuellement agrandir le nombre de monuments présents sur la plateforme, pour permettre de valoriser un maximum de lieu et de proposer le plus large choix possible aux amoureux du patrimoine. Il reste tant à partager et à faire découvrir que notre mission n’est pas prête de se terminer.

Nous souhaitons sensibiliser le grand public sur le tourisme responsable à travers un tourisme de proximité qui permet de mieux connaitre les beautés de nos régions. C’est toujours frappant d’entendre que des personnes méconnaissent leur pays. Il n’y a pas besoin d’aller au bout du monde pour se faire plaisir, il suffit d’aller dans la commune d’à côté. Peu de personnes parlent d’écologie quand on pense patrimoine. Autour des châteaux, il y a souvent des forêts, des potagers et des jardins remarquables avec des plantes rares, cela permet de cultiver la biodiversité. Préserver l’ancien plutôt que de construire du neuf, cela a du sens pour la planète. Il y a certes des grands espaces dans les monuments, mais vous croyez sincèrement qu’il y en a beaucoup qui se chauffe ? Le patrimoine, c’est un écosystème naturel et nous nous devons de le préserver.

Enfin, nous souhaitons pousser les structures économiques et associatives à plus agir en faveur de la responsabilité sociétale et sociale des entreprises. Vous avez le pouvoir de faire le bien, ne gâchez pas cette opportunité. Vous pouvez compter sur nous pour continuer à nous faire entendre auprès des comités sociaux et économiques pour offrir des expériences qui ont du sens. Nous continuerons notre travail de sensibilisation auprès des entreprises pour leur permettre d’offrir des cadeaux auprès de leurs clients en lien avec les valeurs qu’elles défendent.

 

Quel est le modèle économique ?

Christian Clarke de Dromantin : A l’image de l’ensemble des plateformes, nous prenons un pourcentage des ventes des billets que nous réalisons. Ce modèle nous semble juste et profitable, car il permet à des gestionnaires de monuments de pouvoir réaliser plus de visites sans faire plus d’effort, tout en leur faisant gagner un temps précieux et nécessaire qu’ils pourront consacrer aux visiteurs. Cela permet ainsi d’apporter une solution saine au développement d’un monument. Il ne suffit pas de faire appel à de belles valeurs, il faut aussi l’appliquer et c’est ce que nous faisons chez Patrivia. Le meilleur moyen de soutenir le patrimoine, c’est de le visiter. Nous comptons sur vous pour changer les choses à votre échelle. Soutenez et visitez le patrimoine !

 

<<< À lire également : Holy Owly, l’application qui révolutionne l’apprentissage des langues pour les enfants >>>