Si vous avez une idée d’entreprise qui vous semble pertinente et qui présente un potentiel, l’âge ne doit pas représenter un obstacle. Il est possible de réussir à toutes tranches d’âge, et le nombre d’années d’expérience est même un véritable atout. Donc, si vous pensez être trop vieux pour fonder une entreprise prospère, il est temps de changer d’avis. 

Il y a des avantages uniques à créer une entreprise plus tard dans votre carrière. Les données montrent que les fondateurs âgés de 50 ans ont deux fois plus de chances de réussir qu’à 30 ans. Et une personne de 60 ans a trois fois plus de chances.


Les investisseurs qui ne convoitaient auparavant que les fondateurs de moins de 30 ans donnent aujourd’hui leur chance aux entrepreneurs plus âgés.

Une nouvelle plateforme d’investissement

Primetime Partners est une société de capital-risque en phase de démarrage qui se concentre sur la création de nouveaux produits, services et expériences pour les personnes âgées, le segment de la population mondiale qui connaît la croissance la plus rapide. Non seulement Primetime Partners recherche activement des fondateurs qui ont une solide preuve de concept, mais l’entreprise souhaite également défendre les personnes âgées en tant que fondateurs ou membres clés des équipes fondatrices.

« Chez Primetime, nous pensons que les personnes âgées ont l’expérience, la sagesse, le réseau et l’ambition nécessaires pour devenir des entrepreneurs à succès », a déclaré Abby Miller Levy, associée directrice et co-fondatrice de Primetime.

En juillet dernier, Mme Levy a lancé la nouvelle plateforme d’investissement avec Alan Patricof, président et co-fondateur de Primetime Partners et co-fondateur de la société de capital-risque Greycroft. Au cours des quatre mois précédents, ils ont évalué 181 entreprises et ont estimé que plus de 30 d’entre elles avaient au moins un fondateur âgé de plus de 50 ans. 450 autres demandes n’ont pas été retenues pour un processus d’examen approfondi.

Si les données montrent que les fondateurs plus âgés réussissent mieux, ils ont moins de chances d’obtenir un financement. Dans le cadre de leur mission visant à soutenir et à encourager de manière proactive les entrepreneurs en fin de carrière, Levy et Patricof proposent six conseils qui peuvent accroître les possibilités de financement.

 

6 conseils pour aider les 50 ans et + à financer leur projet :

Engagez votre réseau. Votre réseau professionnel est un atout considérable. Les fondateurs qui ont passé une vingtaine d’années ou plus dans leur secteur peuvent facilement trouver les ressources dont ils ont besoin auprès de leur réseau.

« Invitez des leaders de votre secteur à devenir conseiller ou investisseur, contactez un ancien collègue pour obtenir son avis et vous référer à des clients potentiels et demandez à d’anciens employés de se joindre à votre initiative », a conseillé Abby Miller Levy. « L’engagement de votre réseau démontre non seulement que vous êtes plein de ressources, mais aussi que vous êtes un leader efficace. »

La co-fondatrice ajoute que lorsque les investisseurs voient d’anciens employés suivre un fondateur dans sa prochaine entreprise, ils considèrent cela comme l’un des meilleurs indicateurs de succès.

« Et n’hésitez pas à demander à votre réseau de vous soutenir. Commencez votre tableau de capitalisation avec des personnes qui ont confiance en vos capacités et qui impressionneront certainement les investisseurs, qui cherchent toujours d’autres validateurs. »

Mme. Levy a donné l’exemple d’un ancien cadre de la santé qui a travaillé pour un grand organisme pendant plus de 20 ans. Il a demandé à ses anciens collègues s’ils avaient des contacts avec le développement de produits, les canaux de vente et les investisseurs. En tirant parti de ses réseaux industriels, il a pu accélérer rapidement son activité.

Envisagez un co-fondateur. « Connaissez vos points forts et reconnaissez vos lacunes », a-t-elle déclaré. « Bien que vous puissiez toujours engager un cadre pour superviser le produit, les ventes ou les opérations, la création d’un rôle de cofondateur peut vous aider à engager de meilleurs talents et à partager les responsabilités afin de pouvoir accéder plus rapidement au marché. »

La cofondatrice de Primetime Partners a donné plusieurs exemples de la façon dont les cofondateurs se sont liés pour faire avancer leurs idées commerciales, notamment un duo père-fils, où le fils s’occupait du marketing numérique et d’autres pièces du puzzle alors que le père – un ancien cadre – n’était pas compétent ; une fondatrice d’entreprise issue du droit qui savait qu’elle était douée pour les ventes et les opérations mais qui avait besoin d’une expertise technologique pour la compléter ; deux hommes qui avaient mené des carrières parallèles pendant la majeure partie des 20 dernières années et qui avaient toujours espéré travailler ensemble ; et un grand inventeur dans les années 80 qui avait breveté et commercialisé de nombreuses technologies dans des entreprises mais qui ne voulait pas diriger l’entreprise. Après avoir trouvé un PDG, il a construit l’entreprise et en a assuré la présidence.

Repoussez les limites. Les fondateurs plus âgés ont tendance à être trop prudents. « Peut-être à cause de toutes ces années passées à présenter des budgets d’entreprise », précise Mme. Levy.

Si l’approche conservatrice est la meilleure façon de gérer une organisation financière, le conseil de Mme. Levy est de veiller à ne pas étouffer l’intérêt des investisseurs. Envisagez de présenter un scénario de base et un scénario de croissance pour montrer que vous vous battez peu importe les obstacles.

Les investisseurs ne veulent pas d’une construction progressive. Ils veulent savoir que les fondateurs sont disposés et capables de construire simultanément le produit et les ventes. Au lieu de vous concentrer sur le perfectionnement du produit, adoptez l’idée d’être suffisamment bon pour pouvoir accéder plus rapidement au marché.

Preuve de concept. Si vous avez grandi dans la génération numérique, vous pouvez rapidement trouver des amis pour créer un site web, mener une campagne sur Facebook ou Google, lancer des enquêtes numériques et vous faire rapidement une idée de la demande des utilisateurs ou des consommateurs pour un produit ou un service. Si vous construisez un produit de consommation, l’impression en 3D et le prototypage vous permettent d’accélérer la démarche. Comme ces processus ne se sont normalisés qu’au cours de la dernière décennie, les fondateurs plus âgés qui ont passé les 15 à 20 dernières années à faire autre chose ne comprennent peut-être pas que c’est la norme.

« Pour les entreprises de vente directe aux consommateurs que nous avons examinées, la plupart des jeunes fondateurs ont mené une sorte de campagne d’acquisition de clients pour tester la demande », a déclaré Mme. Levy. « En revanche, beaucoup de fondateurs plus âgés n’ont pas pris cette mesure parce qu’elle ne fait pas partie de leurs processus opérationnels standard. »

« Avec quelques milliers de dollars de dépenses en marketing numérique, vous pouvez montrer aux investisseurs quelle est votre cible, leur intérêt pour votre entreprise (voire leur dépendance) et une idée approximative du coût d’acquisition », a-t-elle démontré. « Et oui, il existe même une start-up conçue pour vous aider à tester le concept en version bêta. Si votre entreprise vend à une entreprise cliente, vous pouvez démontrer la demande par le biais d’un partenaire pilote confirmé, d’une lettre d’intention d’achat ou même d’une liste des conversations de vente qui ont eu lieu à ce jour. »

Questions de présentation. Ne comptez pas sur l’imagination des investisseurs ; donnez-leur la possibilité de voir et de toucher le produit pour en connaître le potentiel. Certains fondateurs issus de l’industrie peuvent penser que cela nécessite une société de publicité qu’ils ne peuvent pas financer.

« Il s’agit de se familiariser avec les ressources facilement disponibles », a expliqué Mme. Levy. « Allez sur 99 Designs, Upwork ou Fiverr pour obtenir des maquettes professionnelles de produits, un logo et une identité de marque et pour créer une vidéo sur le fonctionnement de votre produit. Ces touches visuelles renforcent votre message. »

Trouvez une communauté de fondateurs. Rencontrez des personnes qui ont lancé leur start-up et travaillé dans le capital-risque. À moins que vous ne veniez du monde des start-ups ou que vous ne soyez dans un programme de MBA pour vous familiariser avec le capital-risque, vous avez du retard à rattraper. 

« Les fondateurs forment un cercle d’apprentissage efficace – ils partagent des idées, des ressources et des bons plans », a-t-elle affirmé. « La plupart des fondateurs dans une catégorie d’industrie ou une zone géographique ont des MeetUps, se connectent via les canaux Slack ou s’associent à des associations locales de capital-risque ou d’entrepreneuriat. »

 

Prochaines étapes

Une chose à considérer lorsqu’on s’adresse à une société de capital-risque comme Primetime Partners, c’est qu’elle n’investit pas dans des idées. Elle investit dans une preuve de concept et un modèle d’entreprise passionnant qui fait preuve d’évolutivité.

Si vous en êtes encore au stade de l’idée, la suggestion de Mme. Levy est de déterminer combien d’argent il vous faut pour parvenir à une preuve de concept viable. Ensuite, cherchez des moyens de vous autofinancer, que ce soit en contractant une dette de cartes de crédit, en empruntant à votre famille et à vos amis ou en trouvant un investisseur providentiel. C’est ce qu’il faut pour passer au stade du capital-risque.

Avec une solide démonstration de faisabilité, un jeu de cartes bien conçu et une attitude qui indique que vous êtes prêt, il est temps de passer à l’étape de l’investisseur. 

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Sheila Callaham

<<< À lire également : L&#8217;impact Des Narcissiques Au Sein De L&#8217;Entreprise >>>