Produit de l’histoire et de la culture de notre pays, le luxe « made in France » a toujours choisi avec soin ses égéries. En collaboration avec Advent, un institut qui estime la cote des people grâce à un indicateur très performant, le Celebrity Value, nous avons classé  les égéries les plus influentes du luxe. À l’arrivée, un top 10 aussi séduisant que surprenant. 

Il s’agit d’une première osée. Tenter de savoir qui de Lily-Rose Depp, Carla Bruni ou Laetitia Casta peut incarner des marques de prestige avec le plus d’efficacité. Ces trois femmes parmi d’autres, mais aussi des hommes comme Pierre Niney ou Vincent Cassel, par exemple, ont été choisis un jour par de grandes maisons pour défendre leurs produits. Ces célébrités incarnent des valeurs, jouissent d’une image, captent des publics qui intéressent l’univers du luxe. Nombre d’entre eux sont comédiennes ou comédiens, mais pas seulement. Certaines influenceuses ont réussi une percée dans ce monde assez conservateur et quelques mannequins font de la résistance. Grâce à des outils statistiques subtils, une collecte abondante de datas – notamment sur les réseaux sociaux – et une expertise incontestable, l’institut Advent nous a assistés dans ce travail exigeant. Et c’est une jeune fille de 20 ans, fille de deux stars connues dans le monde entier, qui arrive en tête de notre palmarès. Elle s’appelle Lily-Rose Depp, a flirté avec le cinéma et le mannequinat, et défend depuis quelques mois les couleurs de Chanel que sa mère, Vanessa Paradis, avait promu en son temps. Dans cette enquête, nous avons versé au dossier les éléments pertinents pour chaque égérie susceptibles d’expliquer ce classement, et donné la parole à Jérôme Neveu, président d’Advent, qui décrypte les grandes tendances de ce top 10 inédit.


METHODOLOGIE

Un système de notation a été mis en place par rapport à la légitimité de chaque réseau social dans le monde des égéries de luxe. Après analyse de ces derniers, nous avons classé les réseaux par nombre de présence des égéries et noté ces dernières en fonction de leur importance. Suite à cela, nous avons créé quatre notes sur 10 pour chaque réseau social portant sur le nombre de followers, le taux d’engagement, l’activité sur le mois et l’évolution du nombre de followers. Pour chaque indicateur, nous avons attribué un coefficient particulier (encore une fois identique sur chaque réseau). Enfin, nous avons créé trois derniers indicateurs qui servent de coefficient portant sur l’activité de l’égérie testée, différenciant ainsi les diverses activités comme le mannequinat ou les athlètes, le prestige de la dernière marque sous contrat ainsi que la date de ce dernier.


  1. Lily-Rose Depp: plus qu’un nom, une marque de luxe

En devenant égérie du n°5 de Chanel en 2016, la jeune femme a imposé la candeur de son visage au monde entier. Elle s’est depuis imposée comme une des figures les plus influentes de l’industrie du luxe, et même la plus bankable des égéries selon le top 10 Forbes/Advent. Mannequin, actrice et aussi un peu chanteuse, Lily-Rose s’affranchit peu à peu de son statut encombrant de « fille de ».

Enfant, Lily-Rose Depp se rêvait « princesse, espionne, ballerine, actrice, mannequin, peintre ». Avant de concéder au magazine Elle en 2016 qu’actrice « c’était une manière de tout faire ».

Même si le script d’une vie n’est jamais fondamentalement écrit à l’avance, celui de Lily-Rose Depp ne laissait guère de place au suspense. Sa composition d’icône hyper glamour et précoce, la jeune femme de 20ans la déroule à la perfection. En octobre dernier, elle apparaît dans la dernière campagne vidéo de Chanel, mitaines rouges aux mains entourant une boule à neige, dans laquelle trône un flacon de l’Eau de Chanel n°5, dont elle est égérie depuis 2016. Égérie Chanel, oui, à 17 ans. Excusez du peu. 

Incarnation de la fraîcheur et de la maturité 

Dans les sphères « hautes-couturières », Lily-Rose Depp plane en altitude. Elle n’y prétend pas à un rôle de princesse, elle a déjà l’étoffe des reines, devenue la figure la plus influente du monde du luxe d’après le classement réalisé par l’institut Advent pour Forbes France.

Avec ses 3,5 millions de followers sur Instagram, sa place d’égérie Chanel, ses multiples couvertures de magazine, du Vogue australien au Vogue japonais, en passant par Vanity Fair ou le supplément « styles » du Sunday Times, la jeune femme a popularisé son beau visage et son regard à la fois sombre et mutin dans le monde entier. Muse de Karl Lagerfeld, elle incarne l’hybridation du passé glorieux de la haute couture et d’un nouveau monde qui se numérise à toute vitesse. Pour son clip audacieusement mis en scène, lançant la période pré-Noël, Chanel a confié la caméra à Jean-Paul Goude.

Le metteur en scène de 78 ans, fidèle depuis plus de trente ans à la griffe aux « C » entremêlés, ne tarit pas d’éloges concernant le mannequin : « Lily-Rose est pour moi l’incarnation de la fraîcheur et de la vivacité d’une jeune fille mêlées à la maturité d’une actrice chevronnée. »

Il a quelques points de comparaison, étant aussi le responsable du spot pour le parfum Coco Chanel en 1992, où l’égérie d’alors était filmée, tout de noir vêtue, dans une cage à oiseaux. La jeune femme en question s’appelle Vanessa Paradis… Lily-Rose, née Depp le 27 mai 1999 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) est venue au monde sous une bonne étoile. Ses parents ont formé un des couples les plus en vue du show-business : Johnny Depp, acteur majeur de cet Hollywood des années 1990 à début 2000 et Vanessa Paradis, célèbre en France depuis ses 14 ans pour avoir chanté l’histoire d’un taxi parisien et cumulé toute une somme d’autres choses formidables ensuite.

Leur bilan ? Quatorze ans de vie commune, deux enfants (Lily-Rose et Jack John Christopher III) puis une séparation en 2012. Une enfance hors norme, Lily-Rose a toujours fait la fierté de ses parents. À la télévision américaine en 1999, papa racontait, sourire aux lèvres : « J’étais là pour la naissance, c’est incroyable. Depuis que ma fille est née le 27 mai, je flotte. Je souris tout le temps, ce que je ne faisais pas auparavant. Tout le monde en parle en vous disant que ça va être un moment sublime, mais vous ne pouvez pas imaginer ce que ça fait tant que vous ne l’avez pas vécu. Quand vous voyez ce petit ange arriver… Vanessa et moi, on flotte. »
Dix-huit ans plus tard, sur le plateau de Quotidien, c’est maman qui s’extasie : « Elle est vraiment faite pour ce métier. Elle est très belle, mais elle est aussi belle pour ce qu’elle a à l’intérieur. La toute première fois, c’était un peu comme un ouragan de la voir rentrer dans un monde d’adultes. Mais elle est tellement douée, tellement faite pour ce métier que ça aurait été bête d’attendre plus longtemps. » Les deux enfants Depp grandissent entre la France et les États-Unis, dans un alliage d’amour parental et de richesse.

Mais la vie n’a pas toujours été aussi rose que ce qu’on pourrait croire. Les détails sont rares, mais on sait tout de même que Lily-Rose a été victime d’anorexie à l’adolescence, comme elle l’a confié à Elle. On sait aussi qu’après la séparation de ses parents, elle a souffert de voir son père sombrer dans la folie dépensière et l’alcool. 

Peu importent les affres de l’existence, Lily-Rose Depp marche dans les traces de ses parents. Johnny et Vanessa, acteurs, mannequins et musiciens ? La demoiselle va cumuler les mêmes casquettes. Mannequin, donc, avec une influence hors du commun. Ami de sa mère depuis des lustres, Karl Lagerfeld, ancien directeur artistique de la maison Chanel, décédé en février dernier, la prend sous son aile.

Elle pose en une de Vogue Paris à ses côtés pour le numéro de Noël 2015, sous le flash d’Hédi Slimane. Un an après, elle devient la plus jeune égérie du n°5. En 2017, elle clôture le défilé de sa maison fétiche en robe de mariée. L’année suivante, photographiée par Patrick Demarchelier, elle est le nouveau visage du rouge à lèvres Rouge Coco Gloss et Lip Blush. Mais c’est sans doute au cinéma que la « hitgirl» expose toute la panoplie de son talent. En six années de carrière, son nom figure à l’affiche de sept longs-métrages.

Ses deux rôles phares, elle les doit à des Français. Dans La Danseuse de Stéphanie Di Giusto en 2016, elle incarne la célèbre danseuse américaine Isadora Duncan et dans L’Homme fidèle de Louis Garrel en 2019, elle joue Ève, qui forme un complexe triangle amoureux avec Abel (Louis Garrel) et Marianne (Laetitia Casta). Pour ces deux compositions, elle obtiendra deux nominations aux Césars dans la catégorie de meilleur espoir féminin. 

Un nom hérité mais sa propre voix 

Ne lui manquait qu’une corde à son arc, la musique. Le grand public a découvert la voix de bébé de Lily-Rose dès 2000, sur trois des titres de l’album de sa mère, Bliss. En 2016, c’est une jeune femme de 17 ans qui déploie sa voix mi-musichall, mi-rockeuse avec son amie Harley Quinn Smith, sur trois morceaux de la bande originale de Yoga Hosers. Côté vie privée, sa chronique affole la toile. Dans le film Le Roi, adaptation de pièces de Shakespeare, elle joue Catherine de Valois. Sur le plateau, elle rencontre Thimothée Chalamet. Le Franco-Américain de 23 ans est l’étoile montante de Hollywood, depuis qu’il a crevé l’écran en 2017 dans le film Call me by your name, de Luca Guadagnino. Le couple devient « people ». Mais comme son compagnon, Lily- Rose Depp ne veut pas être qu’une célébrité, elle ambitionne de devenir une grande artiste. Son modèle ? Romy Schneider, « l’actrice ultime », dit-elle. Avec un nom et un talent pareils, ce ne sera pas comme frapper à la porte du paradis. chevronnée.

Pierre Niney, acteur, 30 ans

Élégant et détaché

Sur les planches ou sur grand écran, Pierre Niney attire les spectateurs. Le répertoire du dramaturge est un écrin luxueux qui donne la réplique à son ambition : infinie et sans frontière. Pierre Niney plaît à tout le monde ou, tout au moins, à beaucoup de monde. En témoigne ses 595 000 followers sur Instagram.

Ce surdoué représente avec conviction les arts dramatiques français, sorte de coqueluche des réalisateurs du 7e art. Élégant et talentueux, tout réussit à ce jeune homme consciencieux. 

Ses titres de gloire ? Il a été le plus jeune dramaturge à faire craquer les planches de la Comédie-Française et rendu hommage à un autre enfant prodige, Yves Saint Laurent, dans le biopic de Jalil Lespert, qui lui a valu le César du meilleur acteur. Son style fait de détachement et d’élégance a séduit le leader des stylos de luxe MontBlanc qui en a fait son ambassadeur depuis 2016. Sur les planches ou sur grand écran, Pierre Niney attire les spectateurs.

Camille Rowe, actrice franco-américaine, 29 ans

Lumineuse et iconoclaste

La lumière scintille sur Camille, les podiums l’acclament et les caméras encensent son charme. L’effortless girl influence le monde à la parisienne. Tout le monde ou presque succombe au charme simple et infaillible de la Parisienne aux yeux émeraude. À 19 ans, avec Abercrombie & Fitch, elle conquiert les États-Unis, le pays natal de sa mère, où elle élit domicile. D’abord à New York, puis à Los Angeles.

Sur Instagram, Camille cultive son image de femme naturelle auprès d’une communauté de 470 000 personnes. Véritable icône de la mode, Camille est l’égérie de Zadig & Voltaire, IKKS, Princesse tam.tam et Dior. Elle a défilé pour Victoria’s Secret, Etam et tourné devant la caméra de Jean-Baptiste Mondino pour le parfum Amor Amor de Cacharel et celle de Mario Sorrenti pour Eau de Chloé. La presse raffole de Camille, la féminine comme la masculine, puisqu’elle fait la une de Elle et se dévoile dans Lui. Plus fort encore, elle a imposé à Playboy de poser vêtue, en couverture. Une performance rarissime, saluée par 446 followers sur Instagram. Il fallait s’y attendre, la belle a cédé aux sirènes du cinéma. D’abord pour la caméra de Romain Gavras dans Notre jour viendra. Frédéric Beigbeder l’a dirigée ensuite dans L’Idéal puis Guillaume Canet et Cédric Anger dans Rock’n Roll et L’amour est une fête. Dernièrement, c’est Arnaud Viard qui a capté sa lumière dans Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part.

Carla Bruni, mannequin et chanteuse, 51 ans

Belle et éternelle

Carla Bruni fut un top model incontournable des années 90, puis une chanteuse à succès dans les années 2000 avant de devenir première dame aux côtés de Nicolas Sarkozy en 2008. Elle est revenue au mannequinat pour la prestigieuse maison de luxe Bvlgari. Carla Bruni, d’une famille d’industriels turinois, est devenue l’un des top models phares des années 90, recrutée par l’écurie parisienne City Models. Elle a défilé pour Chanel, Dior, Versace, Givenchy, Sonia Rykiel, Christian Lacroix, Karl Lagerfeld, John Galliano, Yves Saint Laurent…

L’étoile de la mode a fait la une de Vogue, Elle, Madame Figaro et Marie Claire. Au firmament de sa carrière de mannequin, photographiée par Michel Comte, Pamela Hanson, Inez van Lamsweerde et Vinoodh Matadin, Helmut Newton, Philippe Robert, elle décide de descendre des podiums pour se consacrer à la musique. Un retour aux sources pour cette fille d’un compositeur d’opéra et d’une pianiste concertiste. Aux Victoires de la musique, elle remporte le prix de l’Artiste féminine de l’année. Nicolas Sarkozy, alors président de la République, a séduit Carla qui a emménagé au palais de l’Élysée, où elle a continué plus discrètement à composer. Au sortir de cette expérience dont elle a tiré un bilan mitigé, elle a amorcé un retour au mannequinat. Elle est devenue l’égérie de la marque de luxe italienne Bvlgari dans la collection Giardini Italiani. Elle partage les émotions fortes de son quotidien sur son compte Instagram, sur lequel 450 000 personnes la suivent.

Adèle Exarchopoulos, actrice, 25 ans

Impétueuse et secrète

Les personnages d’Adèle sont animés par sa fougue. L’actrice a la sensualité débordante et la femme un naturel qui enchante son public. Adèle Exarchopoulos s’est fait remarquer par sa vivacité et ses expressions farouches, qui ont été mises à l’honneur à Cannes où elle a reçu la Palme d’or pour son rôle sulfureux dans le film La Vie d’Adèle, d’Abdellatif Kechiche. L’acteur et producteur Sean Penn l’a dirigée dans The Last Face, avec Charlize Theron. Lorsqu’Adèle parle, c’est avec ardeur, à l’instar de son personnage dans le film qui l’a révélée. Elle a fait la couverture de L’Officiel, Vanity Fair et Madame Figaro dans lesquels elle a livré quelques secrets, permettant de voir plus clair dans son jeu de femme qui cultive le mystère. La maison de luxe Bvlgari a nommé Adèle ambassadrice joaillerie et horlogerie, appréciant l’impétuosité de la belle brune qui correspond aux promesses de la marque, fidèle à son passé, surprenant l’avenir. Sur Instagram, elle partage avec plus de 900 000 personnes des photos qui alimentent l’admiration pour sa plastique parfaite.

Thylane Blondeau, influenceuse et mannequin, 18 ans

Précoce et rayonnante

Élue plus belle petite fille au monde, Thylane Blondeau a su préserver son naturel dans une vie qui semble ne pas l’être. Ce qui ne l’empêche pas de maîtriser parfaitement les codes du monde de la mode. Elle a défilé à 4 ans à la Fashion Week de Paris pour Jean Paul Gaultier. Puis, à 16 ans, pour Dolce&Gabbana à Milan avant de devenir l’égérie de Mon Premier Parfum de Lolita Lempicka. Puis, en 2019, elle prend le visage d’Amor Amor, sous la direction de Simon Cahn pour Cacharel. Très active sur les réseaux sociaux, elle revendique une communauté de plus de 3 millions de followers sur Instagram à qui elle dédie en grande partie sa marque de vêtements Heaven May. Un étendard pour tous ses fans. La plus jeune égérie de l’histoire de L’Oréal a posé pour Vogue à 4 ans et récemment, elle a posé pour les couvertures de L’Officiel, Jalouse, Numéro et Elle. Thylane a fait son entrée au cinéma sur la pointe des pieds dans Belle et Sébastien. Jérôme neveu, président d’Advent « Les égéries sont des influenceuses complexes et raffinées » Advent, institut spécialisé dans les évaluations en tous genres de personnalités, a croisé moult données pour mettre au point ce premier top 10 des égéries du luxe. 

Guillaume Canet,

Acteur, réalisateur, producteur, 46 ans

Courageux et passionné

Acteur, réalisateur, producteur, Guillaume Canet séduit autant qu’il dénonce, amuse autant qu’il émeut. Et dans le couple qu’il forme avec Marion Cotillard, c’est désormais lui l’égérie ! Guillaume Canet a joué dans plus de 45 films, notamment Jeux d’enfants aux côtés de Marion Cotillard, ou encore Ensemble c’est tout, pour lequel il remporte le Swan d’or du meilleur acteur. Sans oublier son rôle étonnant dans La Plage où il partage l’affiche avec Leonardo Di Caprio. Depuis quelques années, il est passé derrière la caméra. La critique a encensé Ne le dis à personne (césar du meilleur réalisateur) et, bien sûr Les Petits Mouchoirs. Par ailleurs, cet éternel jeune premier au sourire ravageur est cavalier de haut niveau. Une passion qu’il partage avec Frida Giannini, directrice de la création chez Gucci. Elle a créé une collection de vêtements spécialement conçue pour les compétitions de la star. Grâce à Instagram, Guillaume Canet dispose d’un nouveau support pour partager ses rencontres et ses passions avec une communauté de 875 000 personnes.

Leila Bekhti, actrice

35 ans, Simple et superbe

Leila Bekhti illumine tout ce qu’elle touche sur un plateau de cinéma et, en même temps, garde un sens profond de l’accessibilité. Leila Bekhti a fait ses classes à l’école Stéphane-Gildas à Tolbiac, puis dans le cours de Bérengère Basty à l’Art’aire Studi, deux écoles qui lui ont permis de peaufiner son jeu. Elle a été consacrée au Festival de Cannes pour son rôle dans Un prophète, de Jacques Audiard, le seul féminin. La rencontre de Leila avec Géraldine Nakache a marqué sa vie personnelle et sa vie d’actrice. Le rôle de Lila dans Tout ce qui brille a forcé la reconnaissance de ses pairs qui lui ont attribué le César du meilleur espoir féminin. C’est à l’occasion de la sortie du film Chanson douce de Lucie Borleteau dans lequel elle joue un des rôles principaux qu’elle a posé pour les couvertures de Grazia, Elle et Madame Figaro. L’actrice porte le luxe avec simplicité, ce qui lui a valu une place parmi les égéries de L’Oréal, notamment dans sa campagne Accord parfait. Elle est devenue très naturellement une figure de réussite qui ne s’oublie pas, ce qui donne à son parcours la touche de magie essentielle à la rêverie. Elle partage avec 615 000 personnes sur Instagram son quotidien de star.

Eva Green, actrice 39 ans,

Mystérieuse et incendiaire 

Le mystère et la sensualité qu’entretient Eva Green autour de son personnage en font une actrice convoitée, tant par les réalisateurs que par les grandes marques. Nominée au Molière, lauréate de l’Étoile montante de la British Academy of Film and Television Arts, au début de sa carrière, Eva emménage à Londres, soucieuse de s’affranchir d’une réussite due à sa mère, l’actrice française Marlène Jobert. La comédienne aux yeux bleu marine et au corps de rêve a été James Bond Girl au côté de Daniel Craig dans Casino Royale, reine de Jérusalem dans Kingdom of Heaven de Ridley Scott, femme fatale dans Sin City : J’ai tué pour elle, de Robert Rodriguez. L’Oréal prol’a érigée en égérie pour sa personnalité « magnétique » et elle est devenue la figure du parfum Midnight Poison, de Dior. « Elle possède cette féminité triomphante qui fait la quintessence des femmes que nous aimons chez Dior. » Eva est aussi la figure joaillerie et horlogerie de la marque MontBlanc, pour laquelle elle a porté le collier Éclats de la maison de luxe, serti de 1 464 diamants.

Laetita Casta, mannequin, comédienne, 41 ans

Puissante et audacieuse 

Le mannequin aux formes plantureuses a, petit à petit, laissé place à une comédienne complète. Elle n’a rien perdu du glamour de ses débuts, ce qui fait d’elle une égérie à part. À 41 ans, Laetitia Casta n’en finit pas d’inspirer le monde de la mode, du cinéma et du théâtre. C’est à 15 ans qu’elle signe son premier contrat de mannequin avec l’agence Madison. Le début d’un beau parcours. Elle défile pour les plus grandes maisons de couture et devient une des muses de Jean Paul Gaultier. Elle décroche également des contrats publicitaires avec Victoria’s Secret et L’Oréal. En 1999, la jeune femme fait ses premiers pas au cinéma dans Astérix et Obélix contre César. Elle varie les registres et incarne des rôles plus sombres dans Les âmes fortes (2001) ou La Jeune Fille et les loups (2008). Le charisme et l’élégance innés de la belle brune aux yeux bleus ont séduit la maison Boucheron et sa PDG Hélène Poulit-Duquesne : « Laetitia Casta est une femme moderne qui sait prendre des risques. Sa forte personnalité et ses valeurs sont autant d’atouts pour incarner la maison Boucheron en France comme à l’étranger. » En 2019, elle devient également égérie de IKKS, puis d’Etam pour la collection printemps-été.

Qu’est-ce que les égéries, hommes et femmes de talent, qui composent ce top 10, ont en commun ?

Jérôme neveu : Il y a un aspect quantitatif et un qualitatif à prendre en compte. Concernant le premier, ces personnalités ont toutes su gagner un public captif, notamment sur les réseaux sociaux. Ce qui semble démontrer qu’elles savent attirer la lumière. Sur le plan qualitatif, on voit qu’il se dégage de ces célébrités une esthétique, une élégance même, qui comptent beaucoup dans le milieu du luxe. Pour entrer dans ce top 10, il fallait réussir cette synthèse quanti/quali. Par ailleurs, tous ses membres ont une actualité car la beauté doit toujours se réinventer. C’est d’ailleurs pour toutes ces raisons que le choix d’une égérie demande à la fois de bonnes intuitions mais aussi de la validation par des outils dédiés, ce que nous effectuons régulièrement.

Parlez-nous de la gagnante, Lily-Rose Depp. C’est surprenant, cette première place, non ?

J.N. : Eh bien, pas vraiment. Elle est en fait le pur produit de sa génération, celle de l’image, de la spontanéité, et des réseaux sociaux qu’elle occupe dans leur totalité. Par ailleurs, elle bénéficie évidemment de l’aura de ses parents qui ont tous deux été des égéries du luxe, Vanessa Paradis et Johnny Depp. En résumé, elle est bien née, maîtrise tous les codes du luxe et a déjà signé des contrats.

Pourquoi y a-t-il autant de comédiennes et comédiens dans ce top 10 ? Il y a vingt ans, on aurait sans doute eu plus de top models…

J.N : En réalité, les frontières entre ces deux métiers sont tombées et il y a maintenant une porosité entre ces deux activités. Laetitia Casta est mannequin ou comédienne ? Idem pour Lily-Rose Depp. Il est arrivé à Carla Bruni de tourner dans un film et à Leila Bekhti de défiler sur un podium.

Et les influenceuses ? Dans beaucoup de domaines, elles affichent une position dominante, pas dans le luxe…

J.N : Parce que le luxe obéit à des codes spécifiques. Un influenceur peut valoriser un produit s’il est perçu comme légitime vis-à-vis du produit. Le luxe reste pour l’instant le territoire de la rareté, il est moins accessible. À leur manière, nos égéries sont des influenceuses complexes et raffinées.

Il n’y a aucun sportif dans ce top 10 bien que vous en ayez testé un certain nombre. Vous avez une explication ?

J.N. : Je constate qu’il est difficile d’être un ambassadeur du luxe quand on est un sportif. Si on est footballeur et très populaire, on a un problème qualitatif. Quant aux golfeurs ou pilotes de Formule 1, qui appartiennent à cette sphère du haut de gamme, ils ne jouissent pas d’une notoriété suffisante pour devenir des égéries, au niveau français en tous cas. Il va de soi que Tiger Woods ou Lewis Hamilton ont pu, à un moment donné, incarner le luxe. Le tennis est un sport intermédiaire, à la fois populaire et élitiste. C’est pour cette raison que Roger Federer a représenté des belles marques ou que Tsonga a été choisi par Rolex. Dans l’avenir, je ne serais pas surpris qu’un Mbappé puisse devenir une égérie du luxe. Son style de jeu est vif et élégant, il s’exprime bien, il est très suivi sur les réseaux : il a un fort potentiel.

Autre surprise de ce classement, la très impressionnante quatrième place de Carla Bruni. Ça l’a servie d’avoir été première dame de France ?

J.N : Oui. D’une certaine manière, pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy, elle a été finalement le premier mannequin de France, « l’égérie de la maison France » ! Depuis son retour à la vie normale, elle n’a cessé de multiplier les actus artistiques, de signer des contrats avec des marques prestigieuses. Finalement, la politique a glissé sur elle sans abîmer son image.

Comment se fait-il que la diversité française soit si peu représentée dans le palmarès ? Le luxe est resté un milieu conservateur ?

J.N : Je ne crois pas. S’il existait une Rihanna française, elle ferait partie du top 10. LVMH vient d’ailleurs de s’associer à elle. Si nous avions réalisé cette étude il y a vingt ans, Yannick Noah y aurait sans doute figuré. Leila Bekhti, 7e, est une représentante de la diversité dont vous parlez et je suis sûr qu’une égérie black va émerger dans les prochaines années.

<<< À lire également : Luxe Mondial : Le Top 10 Des Égéries >>>