L’année 2020 n’est pas la meilleure pour les gestionnaires de fonds spéculatifs. Les 25 membres du classement Forbes 400 qui ont fait fortune grâce à leur fonds spéculatifs pèsent un total de 185 milliards de dollars, soit 2,8 milliards de plus que l’an passé.

Ce n’est pas rien, étant donné que le domaine des fonds spéculatifs a pris un coup au premier semestre 2020, perdant en moyenne 7,9 % de leurs actifs selon des chiffres de Hedge Fund research.


Le nombre de détenteurs de fonds spéculatifs dans le classement Forbes 400 est resté stable cette année, même si Henry Laufer, de Renaissance Technologies, en est sorti, et que c’est William Ackman, fondateur et PDG de Pershing Square Capital Management, qui a pris sa place après une absence de quatre ans. Parmi ceux qui figuraient déjà sur la liste en 2019, 11 d’entre eux se sont enrichis, 7 ont perdu du terrain et 6 sont restés stables. Mais leurs performances ne sont pas comparables à celles de certains magnats de la tech, qui se sont enrichis de dizaines de milliards de dollars par rapport à l’an dernier, comme Jeff Bezos, dont la fortune nette a fait un bond de 57 %. 

La plus grosse progression du classement concerne le plus jeune gestionnaire de fonds spéculatifs du Forbes 400 : Chase Coleman, 45 ans, fondateur de Tiger Global Management. Selon nos calculs, il pèse environ 6,9 milliards de dollars, soit 2,4 milliards de plus qu’il y a un an. Le portefeuille d’actions de son entreprise a augmenté de plus de 36 % au cours du premier semestre de cette année, en grande partie grâce aux milliards de dollars investis dans des entreprises en plein essor pendant la pandémie, comme les détaillants en ligne JD.com, Amazon et Alibaba, ainsi que Microsoft et Facebook. Tiger Global Management avait terminé l’année 2019 en gérant environ 40 milliards de dollars d’actifs.

Le gestionnaire de fonds spéculatifs le plus fortuné du classement est Jim Simons, un ancien professeur de mathématiques et le fondateur de la société de commerce quantitatif Renaissance Technologies. À 82 ans, il avait a pris sa retraite il y a dix ans, mais reste coprésident de l’entreprise avec son fils Nathaniel. Sa fortune a augmenté d’environ 1,5 milliard de dollars depuis l’année dernière, pour atteindre 23,5 milliards de dollars au total. À ce jour, Renaissance Technologies gère environ 80 milliards de dollars. 

En revanche, d’autres gestionnaires de fonds ont connu des difficultés. Le fonds Bridgewater Associates, dirigé de Ray Dalio, a vu ses actifs diminuer de 18 % au cours des quatre premiers mois de 2020. Ses fonds phares ont par ailleurs chuté de 14 % jusqu’en juin, malgré une reprise générale du marché. Lors de l’effondrement de l’économie au mois de mars, Ray Dalio avait écrit sur LinkedIn : « J’ai récemment fait la douloureuse erreur de ne pas avoir de stratégie bien pensée pour faire face à une pandémie… L’impact du coronavirus sur la santé, l’économie et le marché sera bien plus important que ce que la plupart des gens estiment actuellement ». Avec une fortune à hauteur de 16,9 milliards de dollars, Ray Dalio accuse une perte de 1,8 milliard de dollars depuis l’année dernière.

Pour déterminer la fortune nette des gestionnaires et traders de fonds spéculatifs, Forbes a examiné les rendements de leurs fonds spéculatifs ainsi que la structure des frais et de la propriété de sociétés de gestion de fonds, afin d’estimer la croissance des bénéfices et des liquidités. Nous avons également recensé les autres actifs détenus par les gestionnaires de fonds spéculatifs, tels que les jets privés, les yachts et les collections d’art.
 

Voici donc les 25 propriétaires de fonds spéculatifs les plus riches des États-Unis. Les fortunes nettes sont en date du 24 juillet 2020 :

 

1. Jim Simons

Classement Forbes 400 : #23

Fortune nette :  23,5 milliards de dollars

Fortune nette en 2019 : 21,6 milliards de dollars

Le gestionnaire de fonds spéculatifs le plus riche du monde a créé Renaissance Technologies à Long Island en 1982. Cette société de commerce quantitatif, surnommée RenTech, gère environ 80 milliards de dollars. Elle aurait connu en février l’un de ses pires mois de la décennie, avec une baisse de ses actifs de 7 %. Ses fonds publics ont eu du mal à se redresser, mais le fonds Medallion, qui n’est ouvert qu’aux employés de l’entreprise et à certains membres de sa famille, continue de réaliser des gains monstrueux : il affiche des rendements annualisés de 66 % sur une période de 30 ans. Pour sa part, Jim Simons, un ancien casseur de code officiant pour les États-Unis pendant la guerre du Vietnam, a pris sa retraite, mais reste investi dans les fonds de RenTech. Sa fortune est estimée à 1,5 milliard de dollars de plus que l’année dernière.


 

2. Ray Dalio

Classement Forbes 400 : #29

Fortune nette :  16,9 milliards de dollars

Fortune nette en 2019 : 18,7 milliards de dollars

En avril dernier, les actifs de Bridgewater Associates étaient tombés à 138 milliards de dollars, soit une baisse de 30 milliards de dollars par rapport à la fin  2019. La tourmente a également frappé en interne ; la plus grande société de fonds spéculatifs du monde a licencié des dizaines d’employés en juillet, quelques jours seulement avant qu’une ancienne codirectrice générale n’intente une action en justice alléguant que Bridgewater retenait jusqu’à 100 millions de dollars de rémunération différée parce qu’elle avait révélé publiquement un litige de discrimination sexuelle avec la société après son départ en avril. Bridgewater assure travailler à la résolution de ce problème.


 

3. Ken Griffin

Classement Forbes 400 : #34

Fortune nette :  15 milliards de dollars

Fortune nette en 2019 : 12,7 milliards de dollars

Ken Griffin dirige Citadel Investment Group, une société de fonds spéculatifs basée à Chicago qu’il a fondée en 1990 et qui gère aujourd’hui environ 34 milliards de dollars d’actifs. Le fonds multistratégie a réalisé un rendement de 13,4 % au premier semestre 2020. Citadel est ainsi devenu le troisième fonds spéculatif le plus rentable de tous les temps jusqu’à la fin de 2019, selon LCH Investments. Stimulée par la récente frénésie dans le commerce des actions de détail, la société de tenue de marché Citadel Securities a gagné en popularité et en rentabilité, exécutant environ 40 % de tout le volume de détail coté aux États-Unis cette année. En mars, Citadel a ouvert une salle des marchés temporaire au Four Seasons Palm Beach en réponse à la pandémie de coronavirus.


 

4. Steve Cohen

Classement Forbes 400 : #36

Fortune nette :  14,5 milliards de dollars

Fortune nette en 2019 :$13,6 milliards de dollars

Steve Cohen supervise Point72 Asset Management, une société de fonds spéculatif qui a rouvert ses portes aux investisseurs extérieurs en 2018 après une interdiction de deux ans. Celle-ci découlait des frais de délit d’initié imposés à la précédente société de Steve Cohen. Point72 a clôturé le premier semestre 2020 sur une note positive, atteignant 17 milliards de dollars d’actifs. La firme a cessé d’accepter de l’argent frais en juillet, après avoir levé 10 milliards de dollars, mais son gestionnaire est prudent. Dans une note envoyée à ses employés en mars, il déclarait : « Les marchés ne reprennent pas de façon linéaire ; après un tremblement de terre, il y a des secousses. Nous devons continuer à être disciplinés… Je ne veux pas que nous prenions des risques excessifs ». En attendant, Steve Cohen fait de grosses offres pour le club de baseball des New York Mets. Il est déjà un commanditaire de l’équipe, mais chercherait à acheter le club entier pour plus de 2 milliards de dollars.


 

5. Carl Icahn

Classement Forbes 400 : #39

Fortune nette :  14 milliards de dollars

Fortune nette en 2019 : 17,6 milliards de dollars

Le fonds d’investissement de Carl Icahn a gagné 1,3 milliard de dollars au deuxième trimestre 2020, grâce à la vente à découvert d’immobilier commercial (un secteur ébranlé par la pandémie). Mais les actions d’Icahn Enterprises, son conglomérat tentaculaire basé à New York ayant des intérêts dans tous les domaines, des casinos aux métaux en passant par l’immobilier et l’emballage alimentaire, ont chuté de plus de 20 % depuis le mois de janvier.


 

6. David Tepper

Classement Forbes 400 : #41

Fortune nette :  13 milliards de dollars

Fortune nette en 2019 : 12 milliards de dollars

Celui qui est sans doute le plus grand gestionnaire de fonds spéculatif de sa génération (avec des rendements annualisés de 25 % au cours des 25 premières années de son fonds) a régulièrement remboursé ses clients ces dernières années. Sa société Appaloosa Management gère aujourd’hui environ 13 milliards de dollars, après un pic de 20 milliards de dollars. En février, David Tepper a vendu sa participation de 5 % dans le club des Pittsburgh Steelers pour un montant non divulgué. Sa fortune est aujourd’hui plus importante que jamais.


 

7. George Soros

Classement Forbes 400 : #56

Fortune nette :  8,6 milliards de dollars

Fortune nette en 2019 : 8,6 milliards de dollars

Célèbre magnat des fonds spéculatifs, George Soros a court-circuité la livre sterling pour un profit déclaré de 1 milliard de dollars en 1992, se créant ainsi une renommée d’homme ayant fait sauter la Banque d’Angleterre. Il a transféré au moins 18 milliards de dollars de sa fortune à ses Open Society Foundations, un réseau qui finance des organisations politiques et accorde des subventions à des associations œuvrant pour la justice sociale. Le financier hongrois, qui ne gère plus d’argent pour les autres depuis 2011, dispose toujours d’un family office qui investit dans un éventail d’actions, de capital-investissement, de matières premières et d’obligations.


 

8. Israel Englander

Classement Forbes 400 : #74

Fortune nette :  7,2 milliards de dollars

Fortune nette en 2019 : 6,6 milliards de dollars

Fils d’immigrés polonais, Israel Englander a lancé Millennium Management en 1989 avec 35 millions de dollars provenant de ses amis et de sa famille. Aujourd’hui, la société de fonds spéculatifs gère plus de 45 milliards de dollars. Le fonds d’Israel Englander, qui a réalisé un rendement de 9,2 % l’année dernière et a terminé le premier semestre 2020 en hausse d’environ 10 %, utilise une plateforme multi-gestionnaires interne, fournissant plus de capital à ceux qui obtiennent de bons résultats et renvoyant les traders qui en obtiennent de mauvais.


 

9. Chase Coleman

Classement Forbes 400 : #85

Fortune nette :  6,9 milliards de dollars

Fortune nette en 2019 : 4,5 milliards de dollars

Le plus jeune gestionnaire de fonds spéculatifs du classement Forbes 400 (45 ans) a connu une année exceptionnelle au sein de Tiger Global Management, la société d’investissement qu’il a créée en 2000 avec 25 millions de dollars de son ancien patron, Julian Robertson, autre légende des fonds spéculatifs. Tiger Global a terminé l’année dernière en gérant environ 40 milliards de dollars, et a réalisé un rendement de 24 % cette année jusqu’au mois de juillet grâce à son portefeuille très riche en technologie et à ses investissements du premier trimestre dans des sociétés de logiciels et des produits de base pour le télétravail (comme Zoom Video Technologies, Datadog, Workday et Salesforce).


 

10. John Overdeck

Classement Forbes 400 : #95

Fortune nette :  6,5 milliards de dollars

Fortune nette en 2019 : 6,1 milliards de dollars


 

10 (ex æquo). David Siegel

Classement Forbes 400 : #95

Fortune nette :  6,5 milliards de dollars

Fortune nette en 2019 : 6,1 milliards de dollars

Le mathématicien John Overdeck et l’informaticien David Siegel ont fait équipe pour lancer la société Two Sigma Investments en 2001. Fin 2019, la société gérait environ 66 milliards de dollars d’actifs, contre 60 milliards de dollars fin 2018. Elle exploite également une branche de capital-risque et une entreprise de tenue de marché.


 

10 (ex æquo). David Shaw

Classement Forbes 400#95

Fortune nette :  6,5 milliards de dollars

Fortune nette en 2019 : 7,3 milliards de dollars

Ancien professeur d’informatique à l’université de Columbia, David Shaw a fondé le fonds spéculatif quantitatif D.E. Shaw en 1988. Après l’effondrement des marchés cette année, sa société a ouvert son plus grand fonds spéculatif à 1 milliard de dollars de nouveaux capitaux en juillet, soit sa première levée de fonds en sept ans. D.E. Shaw gère à ce jour plus de 50 milliards de dollars.


 

13. Paul Tudor Jones

Classement Forbes 400#108

Fortune nette :  5,8 milliards de dollars

Fortune nette en 2019 : 5 milliards de dollars


 

14. Bruce Kovner

Classement Forbes 400#123 

Fortune nette : 5,3 milliards de dollars

Fortune nette en 2019 : 5,3 milliards de dollars


 

15. Stanley Druckenmiller

Classement Forbes 400#167

Fortune nette :  4,4 milliards de dollars

Fortune nette en 2019 : 4,7 milliards de dollars


 

16. Julian Robertson

Classement Forbes 400#170

Fortune nette : 4,3 milliards de dollars

Fortune nette en 2019 : 4,4 milliards de dollars


 

17. John Paulson

Classement Forbes 400#177

Fortune nette :  4,2 milliards de dollars

Fortune nette en 2019 : 4,2 milliards de dollars


 

18. Paul Singer

Classement Forbes 400#222

Fortune nette : 3,6 milliards de dollars

Fortune nette en 2019 : 3,5 milliards de dollars


 

19. John Arnold

Classement Forbes 400#249

Fortune nette : 3,3 milliards de dollars

Fortune nette en 2019 : 3,3 milliards de dollars


 

20. Daniel Och

Classement Forbes 400#260

Fortune nette : 3,2 milliards de dollars

Fortune nette en 2019 : 3,2 milliards de dollars


 

21. Daniel Loeb

Classement Forbes 400#295

Fortune nette : 2,9 milliards de dollars

Fortune nette en 2019 : 2,8 milliards de dollars


 

22. Stephen Mandel

Classement Forbes 400#299

Fortune nette :  2,8 milliards de dollars

Fortune nette en 2019 : 2,8 milliards de dollars


 

23. Leon G. Cooperman

Classement Forbes 400#339

Fortune nette : 2,5 milliards de dollars

Fortune nette en 2019 : 3,2 milliards de dollars


 

24. Noam Gottesman

Classement Forbes 400#359

Fortune nette : 2,3 milliards de dollars

Fortune nette en 2019 : 3,1 milliards de dollars


 

25. William Ackman

Classement Forbes 400#391

Fortune nette : 2,1 milliards de dollars

Fortune nette en 2019 : 1,1 milliard de dollars

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Jonathan Ponciano

 

<<< À lire également : Investissement : Les Options Viables Dans Un Futur Proche? >>>