Orchestré par Brand Finance, ce palmarès des 500 entreprises les plus valorisées au monde accorde une part prépondérante – en plus des cinq premières places du classement – aux entreprises estampillées « Tech ». Pour le reste, la France fait grossir son contingent dans ce classement puisque, avec  33 marques, l’Hexagone est la nation européenne la plus représentée, devançant notamment le Royaume-Uni.

Apple ou Google ? Google ou Apple ? Spontanément,  au moment de désigner l’entreprise la plus valorisée au monde, le commun des mortels hésiterait entre la firme de Mountain View et la marque à la pomme de Cupertino. Et pourtant il n’en est rien, les deux entités pourtant habituées des premières places au sein de palmarès similaires se sont fait coiffer au poteau par un troisième larron, et non des moindres, puisque c’est Amazon qui s’assoit sur le trône de ce classement Brand Finance 500. Après avoir débroussaillé le « territoire vierge » que constituait la librairie en ligne, Jeff Bezos et ses ouailles ont fait de cette plateforme e-commerce tout ce qu’il y a de plus classique, la première entreprise du monde  en termes de capitalisation boursière et de revenus. Ayant allègrement diversifié ses activités, au point d’investir le « terrain physique » avec l’acquisition de Whole Foods pour 13,7 milliards d’euros, Amazon pourrait, selon les dernières rumeurs, lorgner une nouvelle acquisition d’envergure. Certains observateurs plus ou moins avisés évoquant un intérêt pour le secteur bancaire…

Du côté d’Apple, en dépit de cette deuxième place, c’est la soupe à la grimace qui prédomine. Notamment au regard des derniers éléments faisant état d’un arrêt prématuré de sa production d’iPhone X  après avoir « seulement » écoulé 29 millions d’unités de son smartphone vedette. Un modèle pourtant « collector » présenté en grande pompe pour le dixième anniversaire de ce produit qui a littéralement marqué son époque. Mais la trop grande dépendance de la firme de Cupertino à son « téléphone » a eu raison de sa présence sur la plus haute marche du podium.  « L’apparition des marques émergentes comme Huawei, l’objectif croissant d’Apple vers les produits de luxe peuvent coûter à la marque une part équitable du marché de masse mondial, limitant ainsi le potentiel de croissance de la valeur de la marque », explique Brand Finance.  Pourtant, l’entreprise à la pomme a su bien rebondir après une année dernière délicate. Ainsi, la valeur de la marque a rebondi à 146,3 milliards de dollars après une chute de 27%.

Google, plus dure sera « la chute »…

Enfin Google complète le podium mais la chute est rude pour le célèbre (entre autres) moteur de recherches qui tombe de la première à la troisième place. La faute justement à un manque de diversification de ses activités. « Google est un champion de la recherche sur Internet, du Cloud et de la technologie mobile OS, mais tout comme Apple, sa concentration sur des secteurs particuliers l’empêche d’augmenter le potentiel de sa marque. Les investissements de Google dans les voitures autonomes n’ont toujours pas l’ampleur et l’audace démontrées par les nouvelles entreprises d’Amazon. Néanmoins, l’acquisition de 2000 salariés des smartphones HTC pour 1,1 milliard de dollars indique une évolution vers une stratégie plus expansive », souligne Brand Finance.  Mais la croissance relativement lente de la valeur de la marque (+10% à 120,9 milliards de dollars) a contribué à cette baisse en régime.

La France en marche

En Europe, c’est la France qui survole les débats, la nation réussissant à placer 33 entreprises sur 500 au sein de ce palmarès, ce qui représente, comme évoqué en préambule, le plus important contingent du Vieux Continent. Avec 33 entreprises,  la France devance le Royaume-Uni et ses 29 sociétés. Signe d’une vitalité retrouvée pour les fleurons hexagonaux et d’un environnement économique de nouveau porteur ? Dans le détail, l’opérateur historique Orange est le leader français à la 51ème position du classement global avec une valeur de 22,2 milliards de dollars, suivi par Total (58ème, 20,9 milliards de dollars), BNP Paribas (109ème, 13,7 milliards de dollars) et Axa  (115ème, 13,3 milliards de dollars).