En 2018, selon le classement du magazine Le Film français du 15 février, L’Amour flou a été le film le plus rentable avec un niveau de rentabilité de plus de 155 %. Les Tuche 3, d’Olivier Baroux, a de son côté réalisé un taux de rentabilité de 151,4 %. Braqueurs d’élite de Steven Quale est, lui, le film le moins rentable. 

Quels sont les films les plus rentables, “bankables”, de 2018 ? D’après le magazine Le Film Français, il s’agit de l’Amour flou de Romane Bohringer et Philippe Rebbot qui grimpe à 155 % de rentabilité, avec un budget de seulement 437 000 euros et 194 000 entrées en salle. En deuxième position, on retrouve Les Tuche 3 d’Olivier Baroux : 151 % de rentabilité, avec un budget de 13 millions d’euros et 5,6 millions d’entrées en salle. Le troisième opus mettant en scène la famille la plus délurée de France est aussi le film français qui a fait le plus d’entrées en salles en 2018, juste derrière le film d’animation de Pixar, les Indestructibles 2. Avec aussi Tout le monde debout de Franck Dubosc, Le Grand Bain de Gilles Lellouche, La Ch’tite Famille de Dany Boon ou encore Taxi 5 de Franck Gastambide dans le top 10 des films les plus rentables, l’amour des Français pour les comédies pures et dures ne se dément pas. 

Voici le reste du classement :

Les dix films français les plus rentables de 2018

1. L’Amour flou de Romane Bohringer et Philippe Rebbot : 155 % de rentabilité, avec un budget de 437 000 euros et 194 000 entrées en salle

2. Les Tuche 3 d’Olivier Baroux : 151 % de rentabilité, avec un budget de 13 millions d’euros et 5,6 millions d’entrées en salle.

3. Tout le monde debout de Franck Dubosc : 84 % de rentabilité, avec un budget de 10 millions d’euros et 2,4 millions d’entrées en salle.

4. Mademoiselle de Joncquières d’Emmanuel Mouret : 79 % de rentabilité, avec un budget de 3,5 millions d’euros et 823 000 entrées en salle.

5. Le Grand Bain de Gilles Lellouche : 78 % de rentabilité, avec un budget de 18 millions d’euros et 4,2 millions d’entrées en salle.

6. La Ch’tite Famille de Dany Boon : 73 % de rentabilité, avec un budget de 26,8 millions d’euros et 5,6 millions d’entrées en salle.

7. Le Jeu de Fred Cavayé : 71 % de rentabilité, avec un budget de 7,9 millions d’euros et 1,6 million d’entrées en salle.

8. Taxi 5 de Franck Gastambide : 62 % de rentabilité, avec un budget de 20,3 millions d’euros et 3,6 millions d’entrées en salle.

9. Première année de Thomas Lilti : 57 % de rentabilité, avec un budget de 6,1 millions d’euros et 1 million d’entrées en salle.

10. Les Vieux Fourneaux de Christophe Duthuron : 55 % de rentabilité, avec un budget de 5,8 millions d’euros et 939 000 entrées en salle.

 

Les dix films français les moins rentables de 2018 

1. Braqueurs d’élite de Steven Quale : 0,25 % de rentabilité, avec un budget de 66,1 millions d’euros et 47 000 entrées en salle.

2. Si tu voyais son cœur de Joan Chemla : 0,76 % de rentabilité, avec un budget de 3 millions d’euros et 6 700 entrées en salle.

3. Le lion est mort ce soir de Nobuhiro Suwa : 1,05 % de rentabilité, avec un budget de 2,1 millions d’euros et 6 500 entrées en salle.

4. Chien de Samuel Benchetrit : 1,17 % de rentabilité, avec un budget de 3,4 millions d’euros et 11 600 entrées en salle.

5. 9 Doigts de François-Jacques Ossang : 1,39 % de rentabilité, avec un budget de 1,2 million d’euros et 4 800 entrées en salle.

6. Cornelius le meunier hurlant de Yann Le Quellec : 1,5 % de rentabilité, avec un budget de 4,7 millions d’euros et 20 200 entrées en salle.

7. Milla de Valérie Massadian : 1,61 % de rentabilité, avec un budget de 670 000 euros et 3 000 entrées en salle.

8. Bravo Virtuose de Levon Minasian : 1,77 % de rentabilité, avec un budget de 1 million d’euros et 5 100 entrées en salle.

9. Les Confins du monde de Guillaume Nicloux : 2,17 % de rentabilité, avec un budget de 7,7 millions d’euros et 47 900 entrées en salle.

10. Sophia Antipolis de Virgil Vernier : 2,21 % de rentabilité, avec un budget de 1 million d’euros et 6 500 entrées en salle.