Ce que le vaccin va changer pour l’industrie du tourisme et les voyages d’affaires.  Le COVID 19 a ralenti de façon spectaculaire les déplacements à travers le monde malgré tout ce que l’on constate, dès la levée des restrictions l’envie de voyager reste intacte et les réservations loisirs explosent. 

L’évolution permanente de la situation liée à l’ouverture des frontières, des tendances de la pandémie rendent les prédictions à long terme hypothétiques cependant on voit quelques tendances clefs s’affirmer. 
La Chine a vu revenir son trafic aérien intérieur quasiment à la normal par rapport à 2019. 
Les Etats Unis prennent le même chemin, dans un récent « Conf call » avec des analystes financiers du secteur Doug Parker CEO d’American Airlines a réaffirmé que les compagnies US n’avaient plus que 65% de leurs flottes au sol, et que quelques tensions se faisaient sentir pour retrouver des pilotes et surtout des instructeurs en raison de leur départ en retraite. 
Les compagnies américaines ont même recommencé à réembaucher une partie du personnel qui avait été licencié il y a quelques mois. 
L’Europe a pu voir une très forte demande sur le marché loisirs cet été, vers la Grèce, l’Albanie  et cet hiver vers de nombreux pays autour du bassin méditerranéen et de l’adriatique qui avaient laissé leurs frontières ouvertes et vers le Maroc, les DOM TOM ou Dubaï pour les fêtes de noël. 

La clef du redémarrage réside dans la capacité et rapidité à vacciner et les effets de ces derniers. 
Tout dépend de la vitesse de production et de l’autre les moyens logistiques déployés. 
Depuis fin Décembre Pfizer, Moderna ont commencé à distribuer leurs vaccins d’autres comme Regeneron ne devraient pas tarder à arriver sur le marché. 

En parallèle les tests se sont aussi simplifiés et sont plus accessibles, aux USA il existe même un test que l’on peut faire chez soi pour 42$ « Lucira » même si ce dernier semble moins fiable que le test PCR en laboratoire. 

L’arrivée du vaccin va changer la donne pour les voyageurs d’affaires. Les assurances vont de nouveau accepter de couvrir le risque Covid et les effets induits.  Par exemple les tournages arrêtés depuis Mars 2020 vont pouvoir reprendre avec un protocole sanitaire drastique. 
Les frontières devraient se réouvrir progressivement plus facilement. 
Même si les visites clients seront plus ciblés et plus rares, il est évident que le présentiel est un accélérateur de ventes et que les interlocuteurs utilisant Zoom voudront être de plus en plus sur le terrain dès que les frontières rouvriront. 

L’augmentation de la demande signifie-t-elle une augmentation de l’offre ? 

Dans l’absolu oui, mais sur certains axes les prix risquent d’enregistrer une augmentation stratosphérique notamment sur l’Afrique et l’Amérique du nord. 

Ex sur l’axe transatlantique Paris/New York le retrait de Frenchbee, Corsair, American et la Compagnie ont fait naturellement augmenter les prix chez Air France & United seules à conserver des vols quotidiens souvent vides. 

Il y a quand même une bonne surprise c’est la survie des compagnies challengers qui sont restées contre toutes attentes dans le circuit (comme Corsair refinancée miraculeusement par un consortium financier et une manne gouvernementale) 
En revanche les prix des vols intérieurs en Europe pourraient beaucoup baisser dès lors qu’une compagnie low-cost est présente Transavia, EasyJet, Volotea, Vueling, Ryanair. 

S’il est difficile aujourd’hui de faire des prévisions à 14 mois il est certain que le trafic va repartir outre atlantique surtout sur le marché loisirs, en Europe on devrait selon le consensus atteindre en Septembre 2021 50% du volume d’affaire dépensé fin 2019. 

En autre enjeu est la confiance des passagers et des entreprises, des initiatives apparaissent pour sécuriser et fluidifier le trafic et surtout rassurer les clients et donneurs d’ordres   
Ex : Mise en place d’un travel pass par IATA 

Source IATA

Dans les études de conjoncture des grandes banques américaines ou européennes ils semblent que les prévisions de redressement du secteur aérien et touristique soient avancées au  
2 ème trimestre 21. 

 

Agences de voyages, tours Operateur 

Le succès de l’introduction de Airbnb en bourse indique clairement la confiance des investisseurs sur le secteur « loisir » sur un terme proche. 
Selon les différents sites de réservation en ligne et les TMC (Travel management company) on constate 3 facteurs : 

Une augmentation claire du nombre de demandes d’information à court terme (Février-Mars) pour le tourisme et à moyen terme pour le secteur « Corporate » 
Un net regain des réservations sur les caraïbes et le Maroc pour les vacances d’hiver. 
On observe aussi une demande plus forte pour l’organisation de mini séminaires en présentiel et quelques demandes pour des voyages d’affaires sur les USA en prévision de la réouverture des frontières (potentiellement début Mars).

Le malheur des uns faisant le bonheur des autres la dépréciation d’actifs à accélérer le regain d’intérêts sur le secteur  
Les fonds Silverlake et Appollo prenant une part importante d’Expedia avec un investissement de 1,2 milliards de $ soit env 15% du capital (suivi d’une hausse fulgurante en bourse), Howzat partners qui monte un  fond dédié de 120 millions de $ pour l’investissement sur des sites de voyages en ligne en série A et série B & build up* ou la  Bpi investit massivement sur la transformation numérique des acteurs existants avec son fond (France Investissement tourisme) 

Les compagnies aériennes 

 Les grandes banques reviennent à l’achat sur les compagnies aériennes qui ont été massacrées en bourse.  
 

Baisse des couts d’exploitation 

On assiste à une mutation ultra rapide des flottes dans les grandes compagnies aériennes et cout d’exploitation en baisse malgré le cout des mesures sanitaires. 
L’arrivée plus rapide d’appareils de capacité plus modeste et plus économiques (A220 ou A350, Dreamliner). L’ajustement des programmes mois par mois 
La réduction des délais de livraison et de formation, la plupart des options d’achat ayant été annulées 
La fin de l’inflation salariale chez les pilotes et du personnel navigant vu le nombre de personnes sans emploi. La masse salariale existantes a été compressée (Ex les pilotes de Lufthansa renonçant à 45% de leur salaire pendant 2 ans), les conditions d’embauche (rares) sont nettement moins généreuses qu’auparavant.  

Concentration dans le secteur 

L’émanation de groupes aériens plus importants prémices des regroupements et fusions dans le secteur, l’ouverture des hostilités ayant commencé avec le rachat en Corée d’Asiana par Korean Airlines. 

Low cost et nouveaux acteurs plus présents sur les vols intérieurs 

L’introduction des compagnies low-cost des grandes compagnies sur des vols réguliers est aussi un changement majeur dans le paysage aérien (Transavia pour Air France et KLM) ou Vueling pour Iberia et British Airways. 

L’ouverture à de nouvelles compagnies aériennes du ciel intérieur français. A l’époque dévolu à Air France, Easyjet ou Asl on voit de nouveaux acteurs tel quAmelia s’installer à Clermont Ferrand ou Rodez. 

La quasi-disparition des vols « charters » soit à cause de faillite (Thomas Cook) soit par le manque de moyen financier (TUI) avec la recapitalisation par l’état Allemand (1,25 milliard). 

 

La fin de l’orthodoxie budgétaire  

La recapitalisation des compagnies aériennes n’est plus un sujet tabou pour les états car c’est une question de survie économique des pays, Air France qui devrait recevoir 3 milliards en plus des 7 milliards de prêt déjà accordés par l’état français et une syndication bancaire, l’état américain a versé 58 milliards de dollars aux compagnies américaines (50% en prêt garantis et 50% d’aides directes) 

Introduction des vols Covid Free 

C’est le principe des vols «Covid-free» expérimentés depuis plusieurs mois par Alitalia entre Rome et Milan et Rome Atlanta. De la même manière KLM opère quelques vols entre Atlanta et Amsterdam. 

Source ICAO

L’événementiel 

Le secteur a été extrêmement touché par la crise et entrainant aussi son écho système dans sa chute (traiteurs, techniciens etc.)  Selon Sébastien Tondeur Président de MCI (le plus gros acteurs du secteur) les entreprises commencent à trouver moins attrayants les séminaires virtuels, Tondeur souligne que  nombre de ses clients veulent revenir  dès le 3 -ème trimestre 2021 à des évènements en présentiel plus pertinents et ce malgré les contraintes sanitaires strictes.  

 

Si la conjoncture actuelle est plutôt morose, on constate que dès qu’une frontière se réouvre il y a un appel d’air pour les voyageurs de « loisirs » Quant aux voyageurs d’affaires ils sont dans les startings blocks et commencent à demander instamment à leur direction RH d’assouplir rapidement les règles de circulation pour pouvoir revoir leurs équipes et leurs clients. 
Les compagnies d’assurance maillon essentiel de l’écho système touristique , commencent à offrir des produits « Covid » pour la couverture de risque des voyageurs et des événements. 

Cette pandémie va inévitablement redistribuer les cartes et les survivants devraient sortir renforcés en raison de la disparition de leurs concurrents. 

*Stratégie de croissance externe d’une société qui procède à des acquisitions d’autres sociétés de son secteur afin de créer des synergies industrielles

<<< À lire également : Flyr : La Nouvelle Compagnie Aérienne Norvégienne Brave La Crise >>>

2.12.0.0
2.12.0.0
2.12.0.0
2.12.0.0
2.12.0.0