La PME familiale Bruot, basée à Oyonnax dans l’Ain, a rencontré un succès particulièrement inattendu en fabriquant ses propres boules à neige à l’effigie d’Emmanuel Macron.

Une idée qui rapporte gros. La PME familiale « Bruot » basée à Oyonnax, dans l’Ain, au cœur de ce qu’il est communément appelé  la « Plastics Vallée », croule sous les commandes après avoir répondu à une requête « originale » d’une de ses clientes parisiennes. En effet, « Les Parisettes », créatrices d’un concept-store dédié aux souvenirs de Paris, ont demandé à leur « fournisseur » de fabriquer des boules à neige à l’effigie du président de la République. Ces dernières se déclinent en trois « formules » : Emmanuel Macron à l’Elysée, Emmanuel Macron au Touquet (où le couple présidentiel possède une résidence secondaire) et, enfin, Emmanuel Macron devant le drapeau tricolore. Le succès est fulgurant. 

« A une première commande de 48 pièces est rapidement venue s’ajouter une deuxième de 300 boules à neige présidentielles, et ce sont récemment 3 000 nouvelles boules qui ont été demandées aux établissements Bruot », raconte à Reuters, Maryse Bazzoli, 61 ans, l’une des fondatrices des « Parisettes », entreprise ayant vu le jour il y a maintenant six ans. Les établissements Bruot et ses 12 salariés ont du mal à suivre la cadence d’autant que le carnet de commandes ne désemplit pas… pour le plus grand plaisir mais également au grand étonnement du chef d’entreprise, Christophe Bruot, 46 ans, troisième du nom à diriger l’entreprise depuis sa création en 1964. « C’est une bonne surprise », confirme-t-il, sans pour autant négliger les autres demandes. « Mais il faut réussir à satisfaire tous nos clients, dont de nombreuses stations de sports d’hiver qui veulent des boules à neige à leur nom ».

Le marché des boules à neige cannibalisé par la Chine

Un joli « coup de projecteur » pour un secteur – la fabrication de boules à neige – littéralement cannibalisé par la Chine. Preuve en est, les Etablissements Bruot sont l’une des seules entités hexagonales à résister à l’Empire du Milieu et à continuer, tant bien que mal, à fabriquer ces petits objets de décorations aussi agaçants que prisés… lorsque l’originalité est au rendez-vous. « La boule à neige Macron » en est la démonstration éclatante. Maryse Bazzoli, des « Parisettes », « instigatrice » de ce projet revient, toujours pour Reuters, sur la manière dont cette idée a germé dans son esprit. « On a commencé à délirer et on s’est dit que Macron s’adaptait parfaitement à l’idée d’une boule à neige ».

Et de raconter la suite du « processus de réflexion ». « On a trouvé des images libres de droit sur internet, on a ajouté la phrase presque mythique ‘Et en même temps..’ dans l’un des modèles, ‘Vivement le Touquet!’ dans un autre. Ce qui nous intéressait aussi, c’est son engagement très européen, alors on l’a auréolé des étoiles du drapeau européen », souligne la dirigeante qui peine désormais à satisfaire une demande toujours plus croissante. Pour des usages « divers et variés ». « Parmi les acheteurs, il y a ceux qui aiment bien le président, les collectionneurs et ceux qui veulent faire un cadeau qui énerve ! », sourit la commerçante qui concède néanmoins que la personnalité d’Emmanuel Macron a beaucoup aidé à rendre cet objet attractif. A rebours « d’un modèle similaire » avec ses prédécesseurs qui n’aurait pas rencontré le même succès commercial.

Emmanuel Macron roi des ventes

« Nicolas Sarkozy et François Hollande auraient été moins vendeurs. L’intérêt de Macron, c’était sa nouveauté, sa jeunesse, son énergie, son parcours de vie atypique, notamment son couple », développe Maryse Bazzoli. Une aubaine pour les Etablissements Bruot, et son patron, qui espère que l’attractivité de la boule à neige présidentielle, vendue 10 euros pièce, perdurera. « Les boules Macron font le buzz actuellement, mais l’engouement pourrait bien durer cinq ans, ou même plus si le président est réélu », se hasarde à pronostiquer Christophe Bruot. Roi des ventes de magazines lorsqu’il en fait la couverture et désormais nouveau héraut des boules à neiges, le filon Macron ne tarit pas (encore).