Au vu du rythme d’évolution soutenu constaté dans le secteur de la mode au détail, les entreprises doivent s’adapter pour ne pas être en reste. Ces dix dernières années ont été le théâtre de changements drastiques dans le secteur, avec principalement trois tendances qui ont des conséquences majeures sur la mode au détail.

 


La durabilité gagne en importance

La durabilité est un sujet de discussion majeur pour les marques, qui l’ont notamment abordé lors de l’événement NRF 2020 Vision : Retail’s Big Show. Des marques comme Patagonia, Lush et Williams-Sonoma étaient présentes et ont parlé de leurs efforts en matière de développement durable.


Les consommateurs sont aujourd’hui beaucoup plus attentifs à l’impact de l’industrie de la mode sur la planète et s’interrogent de plus en plus sur le réchauffement climatique et veulent soutenir des marques durables qui maîtrisent leur impact environnemental. 

L’industrie de la mode est responsable de 8,1 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. Le film documentaire The True Cost met en lumière les conséquences de ce secteur sur la planète, notamment le fait que l’industrie de la mode soit le deuxième plus grand pollueur au monde, ou encore que le monde consomme aujourd’hui 80 milliards de vêtements par an (soit une augmentation de 400 % par rapport à il y a 20 ans). L’attention toute nouvelle portée à ces questions a entraîné une prise de conscience chez de nombreux consommateurs qui comprennent la gravité de la situation. Une vague d’acheteurs conscients arrive donc sur le marché, désireuse d’étudier les marques de plus près avant de leur donner de l’argent.

Les marques peuvent aujourd’hui répondre aux besoins de ces consommateurs conscients en réduisant leur empreinte écologique, que ce soit en utilisant des produits et des matériaux d’emballage durables, en partageant leurs efforts environnementaux ou simplement en impliquant leurs clients à faire de même. D’ailleurs, 88 % des consommateurs souhaitent recevoir une aide de la part des marques afin de les aider à améliorer leur empreinte environnementale et sociale. Cette approche peut permettre de fidéliser les consommateurs à long terme.

La location fait la part belle

Il est aujourd’hui possible de louer très facilement des vêtements pour les occasions spéciales, pour un entretien d’embauche ou même pour tous les jours. Les consommateurs peuvent aussi échanger leurs pièces et ont ainsi moins besoin de faire des achats. Tout le monde y trouve son compte, que ce soit la planète et votre porte-monnaie. Les grandes marques de vêtements s’en retrouvent certes lésées, et doivent modifier leur approche pour conserver leurs ventes (évaluer l’étendue de leur stock, analyser les ventes de près et prendre des décisions d’achat plus intelligentes et plus rationnelles à l’avenir afin de minimiser le gaspillage).

Bien sûr, les marques traditionnelles peuvent aussi exploiter le marché de la location. Urban Outfitters a par exemple lancé Nuuly, un service d’abonnement pour une location de vêtements du groupe. Dave Hayne, directeur du service numérique d’Urban Outfitters, affirme que six mois après le lancement de ce service, les clients font toujours leurs achats dans les magasins également.

Le marché de la location de vêtements en ligne devrait atteindre 1,96 milliard de dollars d’ici 2023, contre 1,18 milliard de dollars en 2018. Pour les consommateurs qui ne peuvent pas ou ne veulent pas dépenser d’argent pour de nouveaux vêtements, il est devenu très simple de se procurer de nouvelles pièces tendance sans se ruiner.

 

Le shopping en ligne est de plus en plus facile

Chaque client a dans sa poche un smartphone, et grâce à cela il est plus simple que jamais de faire ses achats en quelques clics. Le désir de visiter les boutiques reste présent, mais il doit désormais l’emporter sur la facilité d’accès qu’offrent les smartphones. Pour les marques, c’est presque mission impossible. 

L’époque où les détaillants et les entreprises de technologie étaient deux entités différentes est révolue. Dans le paysage commercial actuel, les marques doivent également avoir un volet technologique performant pour réussir. Le commerce en ligne et mobile représente le futur du shopping, et chaque marque doit renforcer ses capacités techniques, avec comme principal atout les données sur leurs clients. C’est pourquoi il est essentiel pour elles de rester à jour ou même d’avoir une longueur d’avance en matière de progrès technologiques.

Les consommateurs sont le moteur de l’économie de la mode au détail. Il ne fait aucun doute que les clients exigent aujourd’hui les dernières avancées technologiques, une accessibilité, une expérience utilisateur sans faille et une durabilité environnementale.

 

<<< À lire également : H&M Se Lance Dans La Location De Vêtements >>>