Baisser le montant d’un loyer ou prendre le risque d’une vacance locative trop élevée ? Telle est la question avec la baisse historique des loyers à Paris. Sondage.

 

La crise sanitaire bouscule aussi le marché locatif. Le secteur immobilier vit en effet un épisode inédit avec une baisse, depuis quelques semaines, de 5 à 10% des loyers, studios et T1 à Paris selon une étude réalisée par Locservice, spécialisée dans la location entre particuliers. Beaucoup d’étudiants parisiens ont mis à fin à leur bail pour rejoindre leurs parents ou des proches et travailler à distance. Payer un loyer de plus de 800 euros par mois à Paris est trop cher et surtout moins nécessaire s’il est possible d’étudier à distance. Une aubaine pour ces derniers qui souffrent déjà beaucoup de la pandémie avec notamment la difficulté pour trouver des petits « jobs  étudiants » souvent nécessaires aux frais de leurs études. Ils peuvent ainsi faire marcher la concurrence, se montrer exigeants et prendre plus de temps pour choisir leur bien.

“ Alors qu’avant la crise la demande était plus forte que l’offre, aujourd’hui les propriétaires sont obligés de baisser les loyers pour louer. Il est souvent préférable de baisser le montant d’un loyer de quelques dizaines d’euros plutôt que d’avoir une vacance locative trop élevée.” déclare Gaëtan Mathey, co-fondateur de Bernie*. Pour une offre, un propriétaire reçoit à peine 2 demandes en moyenne contre presque trois au début de l’année, selon une étude réalisée par Locservice, spécialisée dans la location et colocation entre particuliers.

 

Les quartiers touristiques les plus touchés

Premiers concernés par la baisse des loyers, les arrondissements les plus touristiques de Paris dans les 2e, 3e, 6e et 7e, où les locations comme Airbnb ont du mal à compenser l’arrêt du tourisme et la fuite des étudiants. Dans les quartiers populaires où la location est déjà très attractive, à savoir le 19ème arrondissement, la baisse est en revanche quasi indolore. Un épiphénomène pour Gaëtan Mathey qui souligne que « le marché devrait se rétablir à la fin de la crise sanitaire » avant d’ajouter « nous conseillons aux propriétaires de rester prudents et de ne pas louer à tout prix. Il faut rester vigilant sur les dossiers et les profils atypiques”. Encore faut-il pouvoir survivre à la longévité de la crise sanitaire qui oblige certains propriétaires « pris à la gorge par leur crédit immobilier » de mettre en vente leurs biens car ils ne peuvent pas assumer plus longtemps la perte de loyer.

 

* Agence immobilière qui propose une solution contre la vacance locative en garantissant un revenu constant. Elle se positionne directement comme locataire du bien, et non comme intermédiaire à l’image des agences traditionnelles.

 

<<< À lire également : Immobilier : La Bulle A Paris Va-T-Elle Exploser ? >>>