Après avoir conquis la désormais mythique Silicon Valley, les GAFAM s’exportent sur la côte est des États-Unis et investissent New York.


 

2,1 milliards de dollars : C’est la somme que Google est prêt à payer pour acquérir un immeuble de bureaux new-yorkais, sur l’île de Manhattan. C’est le plus achat gros immobilier de bureaux aux Etats-Unis depuis le début de la Covid-19, selon le cabinet Real Capital Analytics. Un investissement que Google, qui fête aujourd’hui ses 23 ans, peut s’offrir. Le géant de la recherche en ligne n’a pas été impacté par la pandémie. Entre janvier et mars 2020, l’entreprise a réalisé  55,31 milliards de chiffre d’affaires, soit 34 % de plus qu’en 2019. 

Déjà locataire de ces locaux, qui se trouvent sur le site de St. Johns Terminal dans le quartier de Hudson Square, au sud-ouest de Manhattan, près de la rivière Hudson, Google prévoit d’ouvrir un campus de 123 000 m2 pour en faire son siège new-yorkais spécialisé dans la vente et les partenariats. 

 

 

New York , un  nouveau siège stratégique 

Google n’est pas la première des entreprises stars de la Silicon Valley à s’implanter dans le décor new-yorkais. Depuis deux ans, les GAFAM s’attaquent à « Big Apple » (le surnom de NYC) pour de nombreuses raisons stratégiques. Amazon, en 2019, avait fait l’acquisition de bureau dans le Queens, faisant suite à Facebook qui avait signé un bail pour louer  des bureaux de 205 000 m2 proches de l’Union Square.

Les GAFAM, qui représentent près d’un quart de la capitalisation de la bourse américaine, ont un intérêt stratégique à s’enraciner a New York pour deux raisons :  

  • La première, parce que New York est devenue le fief du développement des médias et de la publicité,
  • La seconde car la ville qui ne dort jamais s’impose comme le berceau de recrutement de talents américains et internationaux. 

 

<<< À lire également : avertissement : mettez à jour Chrome dès maintenant, car des pirates s’attaquent à deux vulnérabilités majeures du navigateur Google >>>