Alors que la pandémie de Covid-19 frappe la planète depuis plusieurs semaines, les véhicules autonomes se révèlent être d’une grande aide pour livrer des marchandises et permettre aux citoyens de se déplacer sans risque.

Cette technologie est encore loin d’être parfaite, pourtant Nuro, une start-up de la Silicon Valley, déploie certains de ses petits véhicules de livraison autonomes en Californie pour livrer du matériel au personnel médical et aux patients.


Depuis cette semaine, Nuro organise des livraisons sans contact humain grâce à ses véhicules R2 sans conducteur. David Estrada, conseiller juridique de l’entreprise, explique que les médecins et infirmiers officiant dans les hôpitaux de fortune concernés (l’un installé dans l’ancien stade NBA de Sacramento, l’autre dans un complexe sportif de San Mateo) peuvent ainsi recevoir ce dont ils ont besoin sans mettre quiconque en danger. Les véhicules compacts et électriques sont environ deux fois plus petits qu’une voiture conventionnelle, et ressemblent un peu à des grille-pain sur roues. Ils ont été conçus dans l’unique but de livrer des marchandises, et ne disposent d’aucun siège ni de poste de commande.

David Estrada précise : « Nous transportons un tas de matériels nécessaires : des kits de test, des médicaments, de la nourriture, de l’eau, des fournitures de bureau. Il n’y a aucun contact physique avec le véhicule, les biens peuvent être placés à l’intérieur et récupérés sans contact humain ».

À l’origine, seuls quelques véhicules R2 devaient être déployés pendant le confinement, mais l’entreprise précise qu’elle pourra augmenter les effectifs en fonction des besoins. Nuro met par ailleurs sa flotte à disposition gratuitement pendant la pandémie, un geste apprécié par la population locale.

Avant la crise sanitaire liée au Covid-19, la société Nuro proposait ses véhicules autonomes pour livrer des produits alimentaires et ménagers à des clients situés principalement dans des quartiers résidentiels et de banlieue. L’objectif initial n’était pas de créer un service de robotaxis, comme ceux prévus par Waymo et Cruise. Pour mener à bien son projet, Nuro a réuni environ un milliard de dollars, sous la direction de SoftBank. Les circonstances actuelles poussent l’entreprise à réfléchir à d’autres manières d’exploiter ses véhicules.

David Ferguson, cofondateur de Nuro, raconte : « Nous avons beaucoup réfléchi à la manière dont nous pourrions contribuer à la société avec notre technologie. Nous avons alors réalisé que nous pouvions utiliser nos véhicules autonomes R2 pour assurer une livraison de marchandises sans contact, où nous supprimerions toute interaction possible entre un chauffeur et un client. En fournissant une solution de livraison sans contact à Sacramento et à San Mateo, nous pouvons permettre au personnel de la santé d’avoir le matériel nécessaire à portée de main, ce qui leur fait gagner du temps, tout en assurant la sécurité des patients et du personnel ».

Au mois d’avril, Nuro a reçu de la part de l’État de Californie l’autorisation d’utiliser des véhicules R2 sur les voies publiques dans deux communautés de la baie de San Francisco. En février, la société avait également obtenu le feu vert des autorités de régulation américaines pour tester les véhicules dans les rues. Le modèle R2 est conçu et construit en partenariat avec Roush Enterprises et dispose d’un système de vision à 360 degrés pour surveiller les autres véhicules, les piétons, les cyclistes et l’état des routes. Jusqu’à présent, il était surtout utilisé pour assurer des livraisons d’épicerie en Arizona et à Houston, mais la nouvelle initiative californienne pourrait bien déboucher sur de nouvelles applications de cette technologie.

Le cofondateur conclut : « Notre mission est d’augmenter les bienfaits de la robotique sur la vie quotidienne, et nous aspirons à apporter un jour une énorme contribution positive au monde grâce à cette technologie. Mais nous n’en sommes pas encore là. Nous savons que les robots ne vont pas résoudre cette crise. Ce sont les gens qui le feront, les héros ».

 

<<< À lire également : Crise Sanitaire : Comment Les Robots Peuvent Nous Sauver >>>