Rien ne devient viral sur Twitter plus vite qu’une mauvaise prise, et la semaine dernière, ce tweet comparant l’univers cinématographique Marvel à une sorte de mythologie américaine a rapidement attiré l’attention.

 

Ce n’est pas vraiment une mauvaise prise – les adaptations de bandes dessinées, ainsi que la franchise Star Wars, s’inspirent d’un large éventail de genres (comédie, fantastique, science-fiction, films de samouraïs et westerns) et jettent tout cela dans un grand melting-pot pour créer quelque chose de nouveau, distinctement américain, et surtout, facilement digestible ; ce n’est pas pour rien que ces histoires sont si incroyablement populaires.

Même un cinéaste respecté comme Werner Herzog a qualifié Star Wars de « nouvelle mythologie pour notre époque, que cela vous plaise ou non ».

Mais la proéminence dans la culture pop n’égale pas la mythologie américaine moderne. Du moins, pas sous la houlette de Disney – les collectionneurs de marchandises peuvent considérer leurs figurines préférées comme des sanctuaires sacrés, des millions de personnes peuvent être inspirées par la moralité des histoires de super-héros, mais une société monolithique exerçant un contrôle créatif étroit sur ces personnages ne peut être comparée au rythme organique de la mythologie et du folklore.

La véritable mythologie est issue de la « foule ». Elle provient du bas de la société, souvent détournée par les autorités religieuses, mais elle est à l’origine créée par les « masses », collectivement. Les films de super-héros, en revanche, viennent directement du sommet et se répandent dans la foule, où les vicieux avocats de Disney chargés des droits d’auteur veillent à ce qu’ils ne deviennent pas incontrôlables.

Si Marvel exploite le contenu de sa vaste bibliothèque de bandes dessinées étranges et farfelues, qui donne parfois lieu à des histoires vraiment intéressantes et subversives, ces films sont toujours le produit d’une société, considérant attentivement toutes les controverses possibles, orientant toujours le récit vers des eaux profitables.

Il est amusant de constater que le monde des fanfictions est le seul endroit où les mascottes d’entreprise peuvent transcender la mythologie, où les flux et reflux de l’inconscient collectif peuvent transformer les super-héros et les personnages de Star Wars en des personnages qui représentent vraiment les gens qui les « vénèrent ».

Si l’on veut trouver de la mythologie moderne, américaine ou autre, il y en a beaucoup sur le web, sous la forme de mèmes, de tendances TikTok et de creepypastas comme « Slender Man » ou « The Backrooms ».

Ces récits de foule ressemblent aux contes surréalistes qui émergent des traditions orales – loin des scénarios approuvés par les dirigeants de Disney, de la version finale des films créés principalement pour divertir les foules et vendre des cargaisons de bibelots en plastique.

Bien sûr, cela ne diminue en rien la valeur de Marvel ou de Star Wars ; ces deux franchises produisent des histoires amusantes et familiales, et sont souvent beaucoup plus intéressantes qu’elles ne le paraissent à première vue.

Mais le patchwork actuel de films de super-héros interconnectés ne constitue certainement pas de la mythologie – même si le comportement des fans peut parfois ressembler à un culte.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Dani Di Placido

 

<<< À lire également : Hôtel Star Wars À Disney : Les Premières Photos >>>