Le sort du fabricant de cigarettes électroniques Juul, autrefois une start-up de haut vol évaluée à 38 milliards de dollars, s’est aggravé vendredi après qu’Altria a réduit de plus de moitié la valeur de son investissement dans Juul depuis l’année dernière, évaluant la firme à environ 4,5 milliards de dollars.

 

Principaux faits

  • Citant une « détérioration significative des perspectives commerciales de Juul », Altria a déclaré, dans un document réglementaire rendu public vendredi, qu’elle avait réduit la valeur de sa participation de 35% dans Juul à seulement 1,6 milliard de dollars, évaluant le fabricant de cigarettes électroniques à un peu plus de 4,5 milliards de dollars – soit moins de la moitié des 12 milliards de dollars qu’Altria avait évalués à la fin de l’année dernière.
  • Altria a également noté qu’elle avait réduit la valeur de sa participation de 2,6 milliards de dollars à la suite de la réduction des plans d’expansion internationale de Juul et des vents contraires dans l’industrie américaine de la e-cig, ce qui, selon Altria, réduirait les revenus prévus de Juul et retarderait sa capacité à atteindre la rentabilité prévue.
  • Ce développement survient un jour après que Juul aurait réduit sa valorisation à environ 10 milliards de dollars, contre 12 milliards l’année dernière, selon une note interne de l’entreprise vue par Reuters jeudi.
  • Dans cette note, le PDG de Juul, K.C. Crosthwaite, aurait déclaré que les 10 milliards de dollars ne l’avaient pas « surpris », et qu’il s’attendait à ce que « d’autres investisseurs parviennent également à des évaluations plus faibles que ce facteur dans notre récente restructuration ».
  • La société Altria, basée dans le comté de Henrico, en Virginie, a payé 12,8 milliards de dollars pour une participation de 35% dans Juul en décembre 2018, pour une valorisation de 38 milliards de dollars.
  • Malgré le coup de plusieurs milliards de dollars de Juul, les résultats financiers d’Altria sont toujours meilleurs que les attentes de Wall Street ; ses actions ont baissé de 1,6% vendredi et ont chuté de plus de 26% cette année.

 

Le contexte

Juul, qui a lancé son premier produit en 2015 et qui, à un moment donné, a capturé plus de 70% du marché américain de la cigarette électronique, a dû faire face à quelques années difficiles. L’entreprise a annoncé une restructuration en septembre qui comprenait à la fois des licenciements et la possibilité d’une sortie des marchés européens et asiatiques. En plus de ses nombreuses filiales en propriété exclusive, qui possèdent des marques de tabac populaires telles que Marlboro, Black & Mild et Skoal, Altria détient des investissements dans le géant de la bière Anheuser-Busch InBev et dans la société de cannabinoïdes cotée en bourse Cronos Group – en plus de Juul.

Les cofondateurs de Juul, Adam Bowen et James Monsees, ont été milliardaires pendant près d’un an après l’investissement initial d’Altria dans Juul, mais une fois que l’un des investisseurs de Juul, le fonds spéculatif Darsana Capital Partners, a déprécié son investissement de plus de 33% en octobre dernier, les deux ont perdu leur statut de milliardaire, selon Forbes.

 

Ce qu’il faut surveiller

Le dépôt de vendredi note également qu’Altria pourrait être libérée de son accord de non-concurrence avec Juul dans le cas où sa valeur comptable tomberait en dessous de 1,28 milliard de dollars – juste 20% de moins que les niveaux actuels pour un investissement qui a déjà perdu plus de 85% de sa valeur. Cela permettrait à Altria de développer ses propres produits de cigarettes électroniques avant l’expiration de l’accord initialement prévue pour décembre 2024.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Jonathan Ponciano

 

<<< À lire également : Arrêtez La Cigarette Grâce À Ecigplanete, Le Spécialiste De La Cigarette Électronique >>>