Kim Kardashian West, c’est beaucoup de choses : une sœur, une mère, une épouse endurcie, une star de la télévision depuis longtemps, une défenseuse de la justice sociale, une femme quasi-milliardaire. Il semble qu’elle aimerait aussi être considérée comme une sorte de héros pour avoir résisté à Facebook.

 


Kim Kardashian West fait partie de la vingtaine de célébrités qui participent à la campagne #StopHateForProfit, une campagne anti-Facebook sur les médias sociaux. Cette campagne vise à mettre en lumière la manière dont les discours toxiques et la désinformation peuvent se répandre sur Facebook et Instagram, dont Facebook est propriétaire, et demande à la société de réseau social de procéder à un certain nombre de réformes, notamment en réprimant les groupes haineux et les informations électorales trompeuses. Pour attirer l’attention sur #StopHateForProfit, Kim Kardashian West et d’autres stars telles que Leonardo DiCaprio, Jennifer Lawrence et Katy Perry « gèlent » leur présence sur ces applications pendant 24 heures.

Les objectifs de #StopHateForProfit sont louables. Les discours de haine prolifèrent sur les médias sociaux, et Facebook a mis du temps à adopter des politiques pour y remédier. Mais il n’y a rien d’héroïque à ce que Kim Kardashian West boycotte Instagram et Facebook pendant une journée.

C’est un éloge qui mériterait d’être fait si elle supprimait définitivement ses comptes sur ces plateformes.

Vous voyez, les médias sociaux sont la force vitale du clan Kardashian-Jenner. Ils sont à la base de presque toutes leurs entreprises, des cosmétiques de Kylie Jenner à la société de sous-vêtements de Kim Kardashian West, Skims. Kim Kardashian West est à elle seule l’une des personnes les plus regardées au monde sur les médias sociaux, avec 188 millions d’abonnés sur Instagram et 30 millions sur Facebook. Elle propose ses produits à ce public, en tirant parti d’une plateforme marketing presque gratuite qui touche un public plus large que la population de la plupart des pays. (Seuls sept pays dans le monde totalisent en fait plus de 200 millions de personnes). Dans une moindre mesure, Kim Kardashian West se fait également porte-parole de marques non kardashiennes sur ses feeds de médias sociaux – en publiant une photo Instagram pour présenter des choses comme les produits blanchissants pour les dents HiSmile – une entreprise pour laquelle elle gagne probablement plus d’un quart de million de dollars par pop. (Un porte-parole de Kim Kardashian West n’a pas renvoyé de demande de commentaire pour cette histoire).

Si elle voulait vraiment prendre position contre Facebook, elle abandonnerait cette idée et passerait à la publicité via les canaux traditionnels : télévision, presse écrite, radio… Elle prendrait des risques pour elle-même et pour ses entreprises, ce qui augmenterait les coûts et réduirait les profits pour elle, la moralité étant souvent une passion coûteuse à poursuivre.

Mais quitter Facebook et Instagram pendant une journée ne lui coûtera pas un centime : elle pourra simplement reprendre ses activités comme d’habitude le lendemain. Il s’agit là d’une autre forme de marketing, une compétence qui semble avoir été accordée à une Kardashian-Jenner à la naissance. Étant donné l’antipathie dominante envers Facebook chez de nombreux Américains, le boycott de 24 heures pourrait en fait s’avérer lucratif – si les gens en ressortent avec une perception plus élevée d’elle pour ce faire, peut-être en dépensant encore plus d’argent pour les produits de Kim Kardashian West dans le souci de soutenir son geste de soutien.

Est-ce trop demander à une personnalité du monde des affaires de faire sauter son entreprise pour prendre position contre quelque chose ? Si cela vous semble trop, voici une autre suggestion pour Kim Kardashian West. Que diriez-vous d’une promesse de refuser d’autres fonds publicitaires de Facebook ?

Oui, selon les estimations de Forbes, Kim Kardashian West a gagné l’année dernière au moins 1 million de dollars en tant que porte-parole du dispositif d’appel vidéo de Facebook, Portal, une campagne qui impliquait un spot télévisé et au moins une publication Instagram.

Il semble tout à fait raisonnable de s’attendre à ce qu’une personne désireuse d’être le principal porte-parole des critiques contre une entreprise ne lui reprenne plus jamais d’argent.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Abram Brown

 

<<< À lire également : Kim Kardashian West Touche Le Jackpot En Vendant Ses Cosmétiques A Coty >>>