Ethic, un gestionnaire d’actifs fintech environnemental, social et de gouvernance (ESG) de New York, a annoncé aujourd’hui que le prince Harry et Meghan, la duchesse de Sussex, sont désormais des « partenaires d’impact » de la société, dans le but d’attirer davantage l’attention sur l’investissement durable.


 

Le couple a investi dans la société plus tôt cette année. « En travaillant ensemble, nous espérons informer, éduquer et inspirer une action généralisée autour de certaines des questions les plus importantes et les plus déterminantes de notre époque », a déclaré Ethic dans son communiqué de presse.

On ne sait pas exactement ce que le couple fera dans son nouveau rôle chez Ethic. Les demandes de commentaires n’ont pas été retournées au moment de la mise sous presse. Harry et Meghan ont déclaré à Dealbook qu’ils espéraient que leur engagement en tant que partenaires d’impact « contribuerait à démocratiser l’investissement, en rendant les gens plus délibérés dans leurs choix et conscients d’investir dans des entreprises durables ».

Ethic a été fondée en 2015 pour aider les utilisateurs à suivre et à gérer facilement leurs investissements ESG. L’entreprise se concentre en grande partie sur les conseillers en patrimoine autour des États-Unis qui gèrent de l’argent pour des clients individuels. Au cours de l’année écoulée, Ethic a triplé ses actifs sous gestion, atteignant plus d’un milliard de dollars.

« Nous fournissons du contenu éducatif afin que les conseillers puissent avoir une conversation sur les questions de durabilité et utiliser notre technologie pour faire des contrôles de santé sur les portefeuilles existants », a déclaré Doug Scott, PDG et cofondateur d’Ethic, dans une interview accordée à Forbes en mars.

L’investissement ESG est devenu une tendance au-delà des personnalités très en vue comme Harry et Meghan. Une enquête menée par Ernst & Young en 2020 indique que près de la moitié des investisseurs misent actuellement sur les produits ESG, soit près du double de l’année précédente. L’enquête indique également que les gestionnaires alternatifs ne suivent pas le rythme de cette demande, même si 88 % des personnes interrogées souhaitent que leurs gestionnaires d’actifs intègrent l’ESG dans leurs décisions d’investissement.

Doug Scott y voit une opportunité de croissance, car les investisseurs délaissent les gestionnaires d’actifs traditionnels. « C’est de là que nous voyons principalement une grande partie de la croissance, car les gens veulent obtenir quelque chose de personnalisé, et pas seulement une offre standard », a-t-il déclaré.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Maria Abreu

<<< À lire également : Secret de Buckingham | Harry et Meghan Markle, le couple qui valait (déjà) un milliard >>>