Le numéro deux des casinos français, le Groupe Partouche, veut devenir opérateur de casinos au Japon, un pays qui s’ouvre peu à peu à ce type de jeu d’argent.

Le groupe de casinos Partouche tente sa chance au Japon, un pays qui ne compte à ce jour aucun casino mais des salles de jeux de pachinko, croisement récréatif entre le flipper et la machine à sous.


Un développement maîtrisé puisqu’il se fait par le biais d’un partenariat avec Pixel Companyz Inc. au sein d’un consortium visant à développer au Japon un Resort Intégré (IR, « Integrated Resort »).

Le Français aura un rôle d’opérateur de casinos plus que d’investisseurs. Les deux partenaires ont formé ce consortium pour participer au processus d’appel d’offres mené par les gouvernements locaux dans le but de remporter une licence devant être octroyée par le gouvernement central japonais.

Ce projet de Resort intégré accueillera, en sus d’un casino, un centre de congrès, de conférence et d’exposition, des installations de loisirs, hôtels, restaurants, boutiques et toutes installations contribuant au développement du tourisme.

Ce projet est inédit pour le groupe Partouche, fondé en 1973. Coté en Bourse, le groupe exploite 42 casinos et emploie plus de 4 200 collaborateurs.
Son partenaire est Pixel Companyz Inc. (« Pixel »), fondée en 1986, une société japonaise cotée à la Bourse de Tokyo, qui intervient dans le développement et vente de systèmes de production d’énergie solaire et de resorts, mais aussi la conception, le développement, la fabrication et la vente de machines de jeux de casino et autres applications de jeu, ainsi que des services de conseil pour les entreprises liées aux sports électroniques.