Et si les données étaient la meilleure arme des entreprises pour renforcer leur résilience face à la COVID-19 ? C’est la question à laquelle une étude récente* – menée par YouGov auprès de décideurs d’entreprises, en France, au Royaume-Uni, en Allemagne et aux Pays-Bas – a tenté de répondre. L’une de ses principales conclusions est le fait que les entreprises qui prennent des décisions fondées sur des données sont plus confiantes et optimistes quant à l’avenir, malgré l’incertitude qui règne actuellement. 

Un impact sociétal et économique majeur

Pour des centaines de milliers d’entreprises et de ménages, l’année 2020 restera l'”Annus Horribilis”. En plus d’un contexte sanitaire désastreux, des secteurs entiers de notre économie tels que le tourisme, l’événementiel, le commerce et la restauration ont été mis à l’arrêt. En 2021, l’avenir est encore marqué par l’incertitude et affecte fort probablement le moral de nombreux chefs d’entreprise. Ces derniers sont en prise avec le questionnement suivant : «Comment puis-je naviguer avec si peu de visibilité sur ce qui m’attend ?” ou bien “Comment traverser cette crise et me préparer à toute autre éventualité ?”

 

La transformation autour des données : des avantages décisifs

Pour évaluer le moral des chefs d’entreprise et la manière dont les données les ont aidés et les aident encore à gérer cette période d’incertitude, une étude a été menée par le groupe de recherche indépendant YouGov. Plus de 3 500 cadres supérieurs et décideurs informatiques ont été interrogés sur quatre grands marchés européens : La France, le Royaume-Uni, l’Allemagne et les Pays-Bas. L’étude souligne un point essentiel : en cette période de pandémie, les entreprises qui se sont transformées autour des données et les utilisent pour éclairer leurs décisions bénéficient d’avantages majeurs en termes d’agilité et de résilience. Leurs dirigeants sont également plus optimistes quant à l’avenir. Alors que certaines entreprises entrent à peine dans l’ère des données et que d’autres en récoltent déjà les fruits, leur expérience peut véritablement servir d’exemple pour aider d’autres organisations à être plus performantes et à survivre. 

Entreprises axées sur les données : engagées dans l’accélération numérique

En ces temps troublés, il aurait été compréhensible que la transformation numérique ne soit pas la principale préoccupation des chefs d’entreprise européens. Il est donc d’autant plus rassurant de constater que la majorité d’entre eux restent attachés à la digitalisation. En effet, près de 60% donnent la priorité à l’accélération numérique et à une transformation de leur organisation autour des données. Une majorité écrasante (80%) pense même que faire partie d’une organisation axée sur les données apporte des avantages dont ne bénéficient pas ceux qui n’ont pas fait des données une priorité. Plus optimistes, ils pensent qu’en analysant les données qui leur parviennent quotidiennement, ils disposent de la clarté nécessaire pour surmonter les obstacles et saisir toutes les opportunités qui se présentent. Ce n’est donc pas une coïncidence si près de 75 % de ces entreprises axées sur les données dans les quatre pays européens étudiés estiment qu’il est nécessaire de poursuivre (ou d’augmenter) les dépenses en matière de formation et de développement des compétences dans le domaine des données, dans les années qui viennent. 

 

Autres avantages concrets des données

Ces mêmes organisations expriment d’autres avantages clés de l’utilisation des données : une communication plus efficace avec les employés et les clients et une prise de décision stratégique plus rapide. Une collaboration accrue avec les équipes améliore la résolution des problèmes en cours et facilite la prise de décision au quotidien. Pendant la deuxième phase de confinement, qui touche tant de pays européens, les organisations centrées sur les données pourront réagir plus efficacement en appliquant les leçons tirées de la première phase de confinement, sans répéter les erreurs commises. Elles ne manqueront pas de capitaliser sur ces informations pour s’adapter si cette situation devait se reproduire.  

Les organisations non centrées sur les données défavorisées 

Si l’étude YouGov a révélé des perspectives favorables pour de nombreuses entreprises européennes, il semble que celles qui ne sont pas axées sur les données n’en aient pas encore pleinement saisi l’importance. Seules 29 % d’entre elles sont convaincues de la valeur qu’elles peuvent en tirer. Leurs dirigeants sont également plus pessimistes (58 %) quant à l’avenir de leur entreprise. En prévoyant de réduire ou d’arrêter d’investir dans les compétences en matière de données, ils se privent de visibilité sur l’avenir et empêchent leurs analystes, les professionnels de l’informatique et les employés de toute l’entreprise, d’accéder aux outils et ressources de données nécessaires. En conséquence, ils sont à la traîne par rapport à leurs concurrents qui adoptent les données et prospèrent grâce à elles. 

Agilité, rapidité d’exécution et qualité des données

A l’issue de cette grande enquête européenne, il apparaît que trois domaines sont considérés comme prioritaires par les dirigeants. Tout d’abord, la nécessité de rester agile face à l’évolution de la demande des clients (30%), puis l’importance de hiérarchiser efficacement les priorités et de réaliser rapidement les projets (26%), et enfin l’importance de capitaliser sur des données précises, actualisées et propres (25%). 

Au cours des 12 prochains mois, afin de devenir rapidement des organisations numériques axées sur les données qui survivent et prospèrent face à l’adversité, les entreprises européennes se tourneront vers des partenaires technologiques pour les aider à réfléchir à leurs défis. Ceux qui sont à la traîne ont tout à gagner à prendre leur tour pour s’engager dans cette transformation, sans perdre de temps. Il n’est jamais trop tard pour commencer !

* Du 4 au 17 septembre 2020, pour le compte de Tableau Software, YouGov a interrogé 3 529 cadres et décideurs informatiques de haut et moyen niveau dans des petites, moyennes et grandes entreprises de divers secteurs au Royaume-Uni, en France, en Allemagne et aux Pays-Bas.

<<< À lire également : Facebook épinglé par Apple concernant le traitement des données utilisateur >>>