Elon Musk a témoigné mercredi devant un tribunal de Los Angeles dans le cadre d’un procès en diffamation suite à ses tweets de 2018, dans lesquels il insultait un citoyen britannique. Lors de son témoignage, un avocat du plaignant a demandé à Elon Musk d’estimer sa fortune nette.

 

Le PDG de Tesla et de SpaceX a confirmé qu’il possédait une fortune d’environ 20 milliards de dollars (Forbes l’évalue à 23,6 milliards de dollars), mais a ajouté que ses liquidités sont relativement faibles. « Certains pensent que j’ai beaucoup d’argent », a-t-il déclaré. « En fait, non ».

La révélation s’ajoute aux enjeux du procès. Si le jury se prononce lourdement contre Elon Musk, celui-ci devra peut-être vendre une partie de sa participation dans Tesla ou SpaceX, une décision qu’il a toujours évitée. (Une autre possibilité : il pourrait emprunter plus d’argent, en utilisant ses actions comme garantie).

Selon Forbes, 99% de la fortune d’Elon Musk est détenue en actions de ces deux sociétés, ce qui explique en partie son manque de liquidités. En 2018, par exemple, l’essentiel de sa rémunération chez Tesla se présentait sous la forme de stock-options. Elon Musk n’a pas voulu accepter son salaire de base de 56 380 dollars.

Plus important encore, Elon Musk, 48 ans, a une dette de plus de 500 millions de dollars, selon des documents financiers publiés plus tôt cette année. Cela comprend 208,9 millions de dollars de dettes envers Morgan Stanley et 213 millions de dollars empruntés à une filiale de Goldman Sachs. Elon Musk a donné en garantie près de la moitié de sa participation dans Tesla pour ces prêts.

Le parcours entrepreneurial d’Elon Musk remonte à plusieurs décennies. Il a fait fortune après avoir vendu Zip2, une entreprise de logiciels, à Compaq en 1999 pour un prix déclaré de plus de 300 millions de dollars. Trois ans plus tard, Paypal, qu’il a également cofondé, a été acquis par eBay pour 1,4 milliard de dollars.

Le natif d’Afrique du Sud a fondé SpaceX en 2002 et a rejoint Tesla en 2004 ; Selon une biographie d’Elon Musk de 2015, les entreprises ont rapidement épuisé la plupart de ses revenus sur PayPal.

« Ce n’est pas la voie à suivre pour maximiser les richesses », a-t-il déclaré à Forbes en 2012, faisant référence à SpaceX. « C’est un terrible rendement ajusté au risque ». Au lieu de cela, il a fondé la société d’exploration spatiale, a-t-il déclaré, parce que c’était sa meilleure façon d’influer « l’avenir de l’humanité et de la civilisation ». Il a fait des commentaires similaires sur ses motivations chez Tesla.

Le comportement récent d’Elon Musk a détourné l’attention de cette vision initiale. En plus de la poursuite en diffamation, il a suscité la controverse en 2018 après avoir tweeté qu’il envisageait de privatiser Tesla, une annonce qui a surpris les investisseurs. À la suite d’une enquête de la SEC, il a payé une amende de 20 millions de dollars et a démissionné de son poste de président du constructeur automobile.

Depuis lors, Elon Musk a fait la une des journaux à plusieurs reprises. Le mois dernier, lors de la présentation du nouveau Cybertruck de Tesla, il a tenté de prouver la durabilité des vitres « en verre blindé » du pick-up, avec une boule métallique. Sauf que la fenêtre s’est brisée. « Oh mon Dieu », a-t-il dit, surpris. Son concepteur en chef a testé une autre fenêtre… qui s’est brisée aussi.

Pourtant, Elon Musk rapporte que plus de 250 000 clients ont déjà précommandé le véhicule. Mais il a tweeté : « Je suppose que nous avons quelques améliorations à apporter avant la production haha ».

<<< À lire également : Elon Musk : 5 Leçons De Communication A Tirer Du Lancement De Son Cybertruck >>>