Walt Disney devrait profiter de recettes importantes au troisième trimestre, notamment grâce à un trio de films tous sortis en salles au début de l’été. Cela devrait ainsi contrebalancer les faibles résultats des programmes Disney à la télévision et redonner le sourire aux investisseurs, en attente de plus de détails sur le lancement du service de streaming Disney+.

L’adaptation en prises de vues réelles d’Aladdin, ainsi que Avengers : Endgame et le dernier volet de la saga Pixar Toy Story devraient être les moteurs de la croissance de Disney pour ce trimestre, permettant ainsi de compenser les entrées décevantes de X-Men : Dark Phoenix.


Le groupe Disney devrait donc empocher 8,9 milliards de dollars au box-office cette année, avec l’aide de superproductions comme Le Roi Lion, et de sorties prévues pour la fin d’année telles que La Reine des neiges 2 et Star Wars, épisode IX : L’Ascension de Skywalker. Selon le spécialiste des médias Michael Nathanson, avec ces résultats, Walt Disney devrait se placer juste en dessous de son record établi à 8,98 milliards de dollars l’an passé.

« Naturellement, c’est de bon augure pour le lancement imminent de Disney+ », estime Michael Nathanson. Le service de streaming familial devrait arriver le 12 novembre aux États-Unis et compte bien rivaliser avec le géant Netflix. Le groupe devrait dévoiler plus de détails sur Disney+ à la fin du mois, lors de la convention bisannuelle D23 qui se tiendra au mois d’août en Californie.

Le lancement imminent de Disney+ intervient alors que Disney Media Networks, la division du groupe dédiée aux activités télévisées, est aux prises avec des baisses d’audience et des pertes d’abonnés croissantes.

La société d’études eMarket a récemment publié un rapport prévoyant que 25 % des foyers américains abandonneront leur abonnement au câble ou à la télévision par satellite d’ici 2022. Il démontre également que le nombre d’heures passées devant la télévision est en baisse aux États-Unis.

Pour Todd Juenger, vice-président de la société de gestion des investissements Sanford C. Bernstein & Co. : « Compte rendu du rythme des pertes d’abonnés enregistrées par les fournisseurs de chaînes payantes, il est difficile de ne pas y voir une aggravation de la situation ».

Le groupe Walt Disney a néanmoins pris le contrôle du service de streaming Hulu en mai dernier, et les investisseurs attendent de recevoir plus de détails sur le développement de la plateforme à l’international. Les dirigeants de Disney avaient refusé de donner plus d’explications lors de la journée des investisseurs le 11 avril, jugeant qu’ils ne détenaient pas le pouvoir discrétionnaire exclusif de la stratégie.

Les investisseurs se pencheront également sur les chiffres des parcs d’attractions Disney, un élément très lucratif du géant du divertissement. Le parc Disneyland à Anaheim (Californie) a ouvert son secteur Star Wars au mois de mai, pourtant Todd Juenger souligne que « de nombreux rapports révèlent que le parc a été étonnamment désert après cet événement ».

Certains visiteurs attendent peut-être que la foule tant attendue se disperse, ou bien que l’attraction principale du secteur, Rise of the Resistance, n’ouvre au mois de janvier prochain. Un secteur Star Wars similaire doit également ouvrir ses portes fin août à Walt Disney World Resort (Floride).