X

Covid-19 : tour d’horizon des restrictions au sein de l’UE

Source : Getty Images

La pandémie de covid-19 a imposé la mise en place de restrictions sanitaires dans tous les pays de l’Union européenne (UE) et au Royaume-Uni. Actuellement, ces restrictions ne sont pas favorables au secteur du tourisme, mais cette situation n’est pas définitive. La campagne de vaccination avance en Europe et, bien que la population soit en confinement ou sous couvre-feu, cette campagne lui donne l’espoir d’un retour à la normale prochain. Par ailleurs, le froid a favorisé la propagation du virus, mais désormais les températures remontent (du moins dans le sud de l’Europe) et la population espère un allégement des mesures au printemps (il est encore trop tôt pour faire des plans pour l’été).

 

L’UE utilise la carte élaborée par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) pour évaluer quels sont les pays à haut risque. Le 28 janvier dernier, les membres de l’UE ont convenu d’ajouter une couleur rouge foncé sur la carte pour montrer les zones où le taux cumulé des cas de covid-19 sur 14 jours est de 500 pour 100 000 habitants ou plus.

Source : ECDC
  • De nombreux pays européens ont tenté d’éviter un nouveau confinement total, parfois sans succès. Le Royaume-Uni, le Danemark et l’Italie ont dû se résigner à prendre à nouveau des mesures de confinement, et la Suède et l’Allemagne ont pris des mesures plus strictes que lors de la première vague de covid-19 en mars 2020.
  • De nombreux pays ont également décidé de fermer leurs frontières ces dernières semaines. Généralement, pour entrer sur le territoire de ces pays il faut présenter un test PCR ou antigénique négatif à l’arrivée. Néanmoins, parfois une quarantaine est nécessaire indépendamment du résultat du test.
  • Enfin, de nombreux pays ont interdit les ressortissants britanniques d’entrer sur leur territoire afin de limiter la propagation du variant B.1.1.7. Par ailleurs, le Royaume-Uni est désormais considéré comme un pays tiers à l’UE ce qui empêche les ressortissants britanniques d’entrer sur le territoire européen aussi facilement qu’auparavant.

L’UE a mis en place une liste de pays tiers pour lesquels les ressortissants peuvent entrer sur le territoire européen sans restrictions. Néanmoins, depuis le début de la pandémie de covid-19, cette liste n’a jamais été aussi courte. Elle ne comprend désormais que les pays suivants : l’Australie, la Chine, la Corée du Sud, la Nouvelle-Zélande, le Rwanda, Singapour et la Thaïlande (à condition que ces pays acceptent en retour l’entrée sur leur territoire des ressortissants de l’UE sans restrictions).

La liste suivante présente les différentes mesures mises en place par pays au sein de l’UE, et au Royaume-Uni, pour endiguer la hausse alarmante du taux d’infection et de mortalité. De nombreux pays reverront leur copie à la fin du mois de février, en fonction de l’avancement de la campagne de vaccination qui varie fortement d’un pays à l’autre. Par ailleurs, certains pays commencent à demander la mise en place d’un passeport d’immunité ou vaccinal, et certains demandent même la création d’un passeport européen pour que le tourisme reprenne.

 

  • Allemagne : un confinement national et une quarantaine pour les voyageurs en provenance des pays à haut risque

L’Allemagne est en confinement jusqu’au 7 mars. Tous les commerces non essentiels sont fermés. Les hôtels ne sont pas autorisés à accueillir des touristes, les écoles sont en grande partie fermées tout comme les cinémas, les théâtres et autres lieux publics.

Actuellement, les frontières sont ouvertes pour les ressortissants de l’UE, de l’espace Schengen et des pays avec un faible taux d’infection (Australie, Corée du Sud, Japon, Nouvelle-Zélande, Singapour et Thaïlande). Les voyages sont soumis à l’autorisation de la police aux frontières.

Depuis le 24 janvier, les pays dont le taux d’incidence dépasse 200 pour 100 000 habitants sont considérés comme des zones à haut risque et les voyageurs en provenance de ces pays de l’UE ou de l’espace Schengen doivent présenter un test négatif à la covid-19 avant de pouvoir monter à bord d’un avion, d’un ferry, d’un bus ou d’un train. Quel que soit le résultat, les personnes arrivant de ces zones à haut risque doivent observer une période de quarantaine de dix jours.

Pour les voyageurs en provenance d’autres pays, l’entrée sur le territoire est possible pour des motifs essentiels.

 

  • Autriche : la région du Tyrol isolée à cause du variant sud-africain

L’Autriche autorise uniquement l’entrée sur son territoire pour les ressortissants de l’UE et de l’espace Schengen ainsi que pour ceux en provenance de l’un des pays de la liste des pays sûrs (l’Australie, la Corée du Sud, la Finlande, la Grèce l’Islande, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, Singapour et le Vatican).

À l’arrivée, toute personne doit présenter un test PCR ou antigénique négatif de moins de 72 heures. Si les voyageurs n’ont pas effectué de test avant leur départ, ils doivent en réaliser un sur place sous 24 heures. Ensuite, une quarantaine de dix jours est imposée aux voyageurs. Après cinq jours, un nouveau test est réalisé. S’il est négatif, alors les voyageurs peuvent sortir de quarantaine.

Le pays sort peu à peu du confinement. Les écoles et les musées rouvrent au compte-goutte et la population peut se rendre chez le coiffeur sous présentation d’un test négatif à la covid-19. L’Autriche a également ouvert ses stations de ski le 24 décembre, même si uniquement la population locale a réellement pu en profiter. Un couvre-feu le soir est toujours en vigueur dans le pays.

En raison de l’augmentation des cas de covid-19 dans la région du Tyrol, le 14 février, le gouvernement allemand a interdit aux ressortissants de cette région d’entrer sur son territoire. L’Autriche a quant à elle imposé la présentation d’un test négatif pour sortir de la région. Le chancelier fédéral autrichien, Sebastian Kurz, a annoncé que le Tyrol était le plus gros foyer européen de variant sud-africain.

 

  • Belgique : les voyages non essentiels interdits

Les voyages non essentiels vers l’étranger sont interdits pour les personnes ayant leur résidence principale en Belgique. Pour effectuer un voyage essentiel, les ressortissants belges doivent remplir une déclaration sur l’honneur. En cas de séjour à l’étranger pendant plus de 48 heures ou en cas de retour en Belgique depuis un pays hors de l’UE ou de l’espace Schengen, les ressortissants belges doivent remplir le Formulaire de Localisation du Passager au plus tôt 48 heures avant l’arrivée en Belgique. En fonction des réponses renseignées et du code couleur de la zone dans laquelle la personne a séjourné, le formulaire établira si cette personne est un contact à haut risque. Les autorités belges enverront un SMS à toute personne considérée comme un contact à haut risque et celle-ci devra observer une période de quarantaine. Pour les ressortissants belges de retour du Royaume-Uni, d’Afrique du Sud ou d’Amérique du Sud, une période de quarantaine de dix jours est obligatoire.

Les personnes en provenance d’un pays de l’UE, de l’espace Schengen et de la liste des pays sûrs sont techniquement autorisées à entrer en Belgique actuellement, à condition qu’elles puissent prouver que le voyage est essentiel. Il devient beaucoup plus difficile d’entrer en Belgique si les voyageurs sont en provenance d’un pays tiers, pour lesquels tous les voyages non essentiels sont interdits.

La Belgique est toujours en confinement. De nombreuses régions ont fermé leurs commerces non essentiels et des mesures de couvre-feu sont mises en place. Le gouvernement travaille sur un plan de sortie de crise.

 

  • Bulgarie : interdiction d’entrer sur le territoire pour les ressortissants britanniques, jusqu’à fin avril

Du 27 novembre 2020 ou 1er février 2021, la Bulgarie avait mis en place un confinement strict. Actuellement, les salles de sport, les cinémas et les centres commerciaux ont rouvert leurs portes avec des horaires d’ouverture réduits et un nombre de clients autorisés restreint. Les restaurants sont toujours fermés et ne peuvent faire que de la vente à emporter jusqu’au mois de mars.

Jusqu’au 30 avril, tout ressortissant de l’UE ou de l’espace Schengen doit réaliser un test PCR avant l’arrivée sur le territoire bulgare et observer une quarantaine de dix jours à l’arrivée.

La Bulgarie a mis en place sa propre liste de pays tiers sûrs. Depuis le 21 janvier, les voyageurs en provenance de l’un de ces pays sont autorisés à entrer en Bulgarie (à condition d’être en possession d’un test PCR négatif de moins de 72 heures) : l’Albanie, l’Australie, la Biélorussie, le Canada, la Corée du Sud, la Géorgie, les Émirats arabes unis, Israël, le Japon, le Koweït, le Monténégro, la Moldavie, la Macédoine du Nord, la Nouvelle-Zélande, le Rwanda, la Thaïlande, la Tunisie, la Turquie, la Serbie, l’Ukraine et l’Uruguay.

Enfin, les voyageurs en provenance du Royaume-Uni et de l’Irlande du Nord sont interdits d’entrée dans le pays, et cela jusqu’au 30 avril.

 

  • Croatie : une jauge de 7 m2 par personne dans l’espace public

Cet été, la Croatie était l’un des rares pays de l’UE à accueillir les voyageurs en provenance des États-Unis, mais le 13 janvier, le pays a annoncé qu’il fermait ses frontières. Pour les voyageurs en provenance d’un pays de l’UE ou de l’espace Schengen (indépendamment de la nationalité), s’ils arrivent d’un pays « vert » ils peuvent entrer sur le territoire à condition de ne présenter aucun symptôme de la covid-19. Pour les autres voyageurs, un test PCR négatif de moins de 48 heures doit être présenté. Un test PCR peut également être réalisé à l’arrivée.

Les ressortissants croates résidant dans un pays tiers peuvent également entrer sur le territoire à condition de réaliser un test PCR. L’entrée en Croatie est interdite pour tous les autres ressortissants de pays tiers (sauf dans des cas bien précis). Le Royaume-Uni ne faisant plus partie de l’UE, les voyageurs en provenance d’outre-Manche sont également interdits d’entrer en Croatie. Les voyageurs en provenance de l’un des pays de la liste des pays sûrs sont exemptés de quarantaine ou de tests covid-19. Tous les voyageurs doivent par ailleurs remplir un formulaire à remettre au moment de passer la frontière.

Indépendamment de la nationalité, toute personne en provenance du Royaume-Uni, de l’Afrique du Sud ou du Brésil doit présenter un test PCR négatif à l’arrivée et observer une période de quarantaine de 14 jours.

Jusqu’à la fin du mois de février, des restrictions sanitaires nationales sont également en vigueur. Par exemple, une jauge de 7 m2 par personne est mise en place dans certains espaces publics. Les mariages sont interdits, mais depuis le 15 février les lieux servant de la nourriture sont autorisés à servir des plats à emporter. La vente d’alcool est interdite entre 22 h et 6 h.

 

  • Chypre : aucune restriction d’entrée pour les personnes vaccinées

Chypre est le premier pays à avoir annoncé que les personnes vaccinées pourraient entrer sur son territoire sans aucune restriction, qu’elles soient ressortissantes d’un pays de l’UE ou d’un pays tiers.

En fonction de la situation épidémiologique, Chypre a classé les pays en trois catégories (A, B et C) et met régulièrement à jour les conditions d’entrée sur son territoire. Tous les voyageurs doivent remplir le formulaire Cyprus Health Passavant d’arriver sur l’île. Il n’y a que cinq pays dans la catégorie A. Pour les voyageurs en provenance de ces pays, aucune restriction à l’entrée n’est mise en place (Australie, Chypre, Nouvelle-Zélande, Singapour et Thaïlande).

Les voyageurs en provenance des pays de la catégorie B peuvent demander un test covid-19 à l’arrivée, à leurs frais (60 euros). Ils doivent ensuite observer une période de quarantaine jusqu’à l’obtention d’un résultat négatif au test. Les pays de cette catégorie sont : l’Allemagne, la Chine, la Corée du Sud, la Finlande, la Grèce, Hong Kong, l’Islande, le Japon, la Norvège, le Rwanda et Saint-Marin et le Vatican.

Tous les autres pays sont classés dans la catégorie C. Pour les voyageurs en provenance de ces pays, l’entrée sur le territoire chypriote est interdite à moins d’avoir la résidence sur l’île ou d’y être autorisée en vertu de la Convention de Vienne.

Un couvre-feu est actuellement en vigueur sur l’île de 21 h à 5 h. Les habitants sont autorisés à quitter leur domicile deux fois par jour à condition d’envoyer un SMS au 8990 (les personnes de plus de 65 ans peuvent remplir un formulaire papier), sauf pour promener son chien, amener les enfants à l’école et se rendre au travail.

 

  • Danemark : le pays va mettre en place un passeport vaccinal

Le Danemark souhaite mettre en place un passeport vaccinal pour sa population. Le ministre des Finances, Morten Boedskov, a expliqué que le passeport serait numérique et prêt dans trois à quatre mois.

Récemment, le gouvernement a annoncé que le confinement était prolongé pour trois semaines supplémentaires (jusqu’au 28 février) en raison de la propagation du variant B.1.1.7 de la covid-19. Les mesures actuelles comprennent la fermeture des écoles, des universités, des restaurants, des cafés et des commerces non essentiels. Le télétravail est fortement encouragé. Pas plus de cinq personnes à la fois sont autorisées dans certains espaces publics.

Tous les voyages à l’étranger sont déconseillés et la frontière est effectivement fermée pour toutes les arrivées jusqu’au 28 février au moins, sauf pour les voyages essentiels. Il existe une interdiction de vol pour toute personne n’étant pas en possession d’un test négatif à la covid-19 de moins de 72 heures. En outre, toute personne arrivant après le 7 février sera soumise à un test obligatoire et à un isolement de dix jours.

 

  • Espagne : des confinements locaux

Le ministre du Tourisme espagnol, Reyes Maroto, a annoncé que le gouvernement travaillait à la création d’un passeport vaccinal pour sa population, afin d’aider le secteur du tourisme à reprendre ses activités.

Seuls les voyageurs en provenance d’un pays de l’espace Schengen ou d’un pays tiers approuvés par l’UE sont autorisés à entrer et, depuis le 8 février, ceux en provenance de l’un des pays membres de l’UE suivant : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la Bulgarie, la Croatie, Chypre, le Danemark (à l’exception des îles Féroé, du Groenland et de Midtjyllar), l’Estonie, la France (à l’exception de la Guadeloupe, de la Réunion et de la Martinique), la Hongrie, l’Irlande, l’Italie, la Lettonie, le Liechtenstein, la Lituanie, le Luxembourg, Malte, la Norvège (à l’exception de certaines régions), les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République Tchèque, la Roumanie, la Slovaquie, la Slovénie et la Suède. Tous les voyageurs en provenance de l’un de ces pays doivent présenter un test négatif à la covid-19.

Les voyageurs en provenance du Royaume-Uni ne peuvent pas entrer en Espagne depuis le 22 décembre 2020. Des restrictions de vols en partance et en provenance du Brésil et de l’Afrique du Sud sont également en vigueur.

L’Espagne est en état d’urgence et les restrictions varient d’une région à l’autre. Ces restrictions sont en vigueur jusqu’au 9 mai minimum. Dans certaines régions, les commerces de première nécessité sont ouverts le week-end et la plupart des habitants ne peuvent pas quitter leur commune. Dans d’autres, les bars et les restaurants peuvent ouvrir pour le petit déjeuner et le déjeuner, mais doivent être fermés pour le dîner, sauf pour la vente à emporter.

 

  • Estonie : une période de quarantaine de dix jours à l’arrivée

Les frontières de l’Estonie sont ouvertes aux voyageurs en provenance des pays de la liste des pays sûrs, qui sont considérés comme ayant un faible taux d’infection, s’ils ne présentent aucun symptôme de la covid-19. Les frontières sont également ouvertes aux ressortissants de l’UE et de l’espace Schengen, mais ces derniers doivent observer une période de quarantaine de dix jours s’ils viennent d’un pays « rouge ».

Le Premier ministre estonien, Jüri Ratas, et le directeur de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, ont signé un accord pour commencer à travailler sur un certificat de vaccination numérique.

 

  • Finlande : les restrictions prolongées jusqu’à fin février

Les restrictions à l’entrée sur le territoire de la Finlande ont été prolongées jusqu’au 25 février. Les voyageurs en provenance d’un pays de l’UE ou de l’espace Schengen sont autorisés à entrer en Finlande à condition de présenter un test négatif à la covid-19 de moins de 72 heures. Ils doivent ensuite observer une période de quarantaine jusqu’à l’obtention d’un second test négatif.

Les ressortissants des pays suivants ne sont soumis à aucune restriction : l’Australie, la Corée du Sud, la Nouvelle-Zélande, le Rwanda, Singapour, la Thaïlande et le Vatican. Concernant le Royaume-Uni, il est soumis aux mêmes restrictions que les autres pays tiers.

La Finlande a également mis en place des restrictions nationales notamment sur les horaires d’ouverture de certains restaurants, bars et entreprises, et le télétravail est encouragé. Ces mesures resteront en vigueur jusqu’au 28 février. Le gouvernement recommande le télétravail jusqu’au 30 juin minimum.

 

  • France : un couvre-feu et des confinements partiels locaux

En journée, les Français sont libres de se déplacer, bien que le télétravail soit recommandé. Un couvre-feu est en place au niveau national de 18 h à 6 h. Il existe des exceptions à ce couvre-feu, mais la liste est très réduite et pour sortir les Français doivent remplir une attestation. Les magasins sont ouverts, mais les bars, les cafés, les restaurants, les salles de sport, les cinémas, les théâtres et les musées sont fermés depuis le mois d’octobre 2020. Le pays a évité un troisième confinement généralisé et les écoles sont ouvertes. Toutefois, un confinement localisé le week-end à Dunkerque et à Nice (pour les deux prochaines semaines minimum) a été décidé, et 20 départements sont placés sous surveillance. De nouvelles restrictions pourraient être mises en place d’ici le week-end du 6 mars en cas de dégradation de la situation sanitaire.

Les frontières du pays sont fermées pour tous les ressortissants de pays tiers à l’UE et à l’espace Schengen. Pour les déplacements depuis un pays de l’UE, les voyageurs doivent être en possession d’un test négatif à la covid-19 de moins de 72 heures.

 

  • Grèce : un confinement renforcé à Athènes après un pic épidémique

C’est le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, qui a officiellement demandé l’introduction d’un passeport d’immunité ou vaccinal à l’échelle de l’UE, même s’il a reconnu que cela pourrait prendre un certain temps. Le 26 janvier, la Grèce a signé un accord avec la Serbie afin d’assurer la fluidité du tourisme entre les deux pays grâce à des passeports de vaccination numériques.

Jusqu’au 8 mars, tous les voyageurs arrivant en Grèce devront présenter un test PCR négatif à la covid-19 de moins de 72 heures. À l’arrivée, ils seront également soumis à des tests aléatoires selon la procédure décrite dans le Formulaire de Localisation des Passagers. Pour les passagers en provenance d’un pays tiers d’un État membre de l’UE, un isolement de sept jours sera obligatoire.

Les ressortissants russes (500 par semaine) sont autorisés à entrer sur le territoire grec par les aéroports d’Athènes, de Thessalonique et d’Héraklion (Crète).

L’épidémie de covid-19 connaît un pic en Grèce, notamment dans la région d’Athènes et de Thessalonique. Le 9 février, le gouvernement a mis en place un confinement plus strict à Athènes et dans sa région.

 

  • Hongrie : les personnes vaccinées peuvent sortir après le couvre-feu

Le porte-parole du Premier ministre, Gergely Gulyas, a annoncé que la Hongrie allait mettre en place un passeport vaccinal pour ses ressortissants qui ont reçu leur seconde dose du vaccin contre la covid-19. Ce passeport indiquera la date à laquelle la seconde dose a été administrée.

La Hongrie a déjà vacciné plus de 250 000 personnes avec les vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna. Par ailleurs, le pays a signé des accords pour acheter de grandes quantités du vaccin russe Sputnik et du vaccin chinois Sinopharm.

Un couvre-feu est en place dans le pays de 20 h à 5 h. Tous les évènements publics sont interdits et les rassemblements sont limités à dix personnes. Le Premier ministre Viktor Orban a annoncé qu’il organisera une consultation nationale pour établir un plan de sortie de crise. Les résultats de cette consultation sont attendus pour le 1er mars, et un assouplissement des mesures sanitaires devrait avoir lieu courant avril. Il est probable, comme l’a rapporté Reuters, que les personnes vaccinées soient bientôt autorisées à rester dehors après le couvre-feu.

Le pays a ouvert ses frontières aux ressortissants de l’UE et de l’Espace économique européen (EEE), à l’exception du Royaume-Uni, ainsi qu’aux ressortissants suisses, jusqu’au 21 juin. Toutefois, pour les pays tiers, l’entrée sur le territoire est interdite depuis le 1er septembre.

 

  • Islande : un test PCR avant et après la quarantaine

L’Islande est le premier pays de l’espace Schengen à avoir mis en place un certificat de vaccination pour toute personne ayant reçu les deux doses du vaccin contre la covid-19. Selon un communiqué de presse du ministère de la Santé, « l’objectif est de faciliter les déplacements de personnes entre pays. Les voyageurs pourront ainsi présenter un certificat de vaccination à la frontière et entrer sur le territoire d’un pays sans restrictions. »

Le pays a également instauré un certificat de vaccination numérique (heilsuvera.is), mais il accepte également toute autre forme de certificat délivrée par les autorités d’un pays membre de l’UE ou de l’espace Schengen.

Depuis le 19 février, tous les voyageurs se rendant en Islande doivent présenter un test PCR négatif avant de monter dans l’avion et à leur arrivée.

Ces mesures s’ajoutent à la politique de double contrôle actuellement en vigueur : les voyageurs internationaux doivent subir deux tests, l’un à leur arrivée et l’autre après cinq ou six jours de quarantaine, après quoi ils sont libres de voyager sans restrictions dans le pays s’ils sont négatifs. Il n’est plus possible d’éviter les tests en passant par une quarantaine de 14 jours.

 

  • Irlande : le confinement prolongé jusqu’au 1eravril

Début février, la situation était critique en Irlande. Le pays affichait le nombre le plus élevé de nouvelles infections par habitant au monde, en raison du variant B.1.1.7 de la covid-19.

Actuellement, un confinement national a été décrété. Dans le cadre du « Plan pour vivre avec la covid-19 » élaboré par le gouvernement, il y a cinq niveaux de restrictions et le pays est actuellement au niveau 5, soit le plus haut niveau de restrictions. La population est donc encouragée à rester au maximum chez elle. L’exercice physique est autorisé dans un périmètre de 5 km autour du domicile et seuls les commerces de première nécessité sont ouverts. La période de confinement a été récemment prolongée jusqu’au 1er avril.

L’Irlande utilise la carte de circulation du virus de l’ECDC. Les voyageurs en provenance des pays « verts » peuvent se déplacer librement, à l’inverse des voyageurs en provenance des pays « oranges » ou « rouges » qui doivent restreindre leurs déplacements pendant 14 jours.

Tous les voyageurs arrivant en Irlande doivent remplir un Formulaire de Localisation des Passagers et présenter un test PCR négatif de moins de 72 heures. Les voyageurs en provenance d’Afrique du Sud, d’Amérique du Sud et du Royaume-Uni doivent s’autoconfiner pendant 14 jours.

 

  • Italie : la pression s’intensifie autour du nouveau Premier ministre pour renforcer les mesures de restriction

Pour contrôler la propagation du virus, l’Italie a mis en place un système régional de restrictions. Les 20 régions du pays sont classées en trois catégories : rouge, orange et jaune. La majorité du pays est en « jaune », les mesures de restrictions ont été assouplies : les cafés, les bars et les écoles ont rouvert, les employés peuvent retourner sur leur lieu de travail (les effectifs sont limités), le Colisée à Rome et la galerie des Offices à Florence ont rouvert leurs portes également. Un couvre-feu national est en vigueur de 22 h à 5 h.

Cependant, la pression s’intensifie autour du nouveau Premier ministre, Mario Draghi, pour mettre en place un confinement renforcé afin de faire face à la propagation du variant B.1.1.7 dans de nombreuses régions.

Tous les voyageurs en provenance d’un pays membre de l’UE ou de l’espace Schengen doivent présenter un test négatif à la covid-19 de moins de 48 heures à leur arrivée. Dans le cas contraire, ils doivent observer une période de quarantaine de 14 jours. Les voyageurs en provenance du Royaume-Uni sont actuellement interdits d’entrée sur le territoire jusqu’au 5 mars. Pour les autres pays, seuls les voyageurs en provenance de l’un des pays de la liste des pays sûrs établis par l’UE sont autorisés. Tous les vols en partance et en provenance du Brésil ont été suspendus.

 

  • Lettonie : l’état d’urgence prolongé jusqu’au 6 avril

Conformément aux recommandations de l’ECDC, toute personne en provenance d’un pays membre de l’UE, où le taux cumulé sur 14 jours est supérieur à 50, doit être mise en quarantaine pendant dix jours, ce qui concerne actuellement la plupart des pays de l’UE en plus du Royaume-Uni. Tous les voyageurs doivent remplir un formulaire électronique48 heures avant leur arrivée dans le pays et présenter un test négatif à la covid-19.

Le pays est actuellement en état d’urgence jusqu’au 6 avril. Les commerces non essentiels sont fermés, les rassemblements dans l’espace public ainsi que les rassemblements familiaux sont interdits.

 

  • Lituanie : le confinement prolongé jusqu’au 28 février

La Lituanie est en confinement depuis le 7 novembre 2020. Selon une déclaration du gouvernement lituanien, « certaines entreprises devront arrêter ou réduire leurs activités, des mesures plus strictes de contrôle des infections seront appliquées, et le travail et l’éducation seront organisés avec un minimum de contacts. »

Le pays utilise la carte de circulation du virus de l’ECDC. Les voyageurs en provenance d’un pays de l’EEE sont autorisés à entrer en Lituanie, toutefois tous les voyageurs doivent présenter un test négatif à la covid-19 de moins de 48 heures et observer une période de quarantaine de dix jours.

 

  • Luxembourg : un couvre-feu après 23 h et des tests requis pour entrer dans le pays

Le Luxembourg n’a pas fermé ses frontières aux ressortissants de l’UE. Toutefois, les voyageurs en provenance de pays tiers sont interdits d’entrée, à l’exception de ceux en provenance de pays à faible risque. Depuis le 29 janvier, toute personne prenant l’avion pour se rendre au Luxembourg doit présenter un test négatif à la covid-19 de moins de 72 heures.

Par ailleurs, depuis le 30 octobre, un couvre-feu national est en vigueur après 23 h. D’autres mesures sont en place telles que la fermeture des salles de sport, des restaurants, des bars et des cafés.

 

  • Malte : des tests aléatoires à l’arrivée

Malte a classé les pays en trois catégories : vert, orange et rouge.

Les voyageurs en provenance d’un pays « vert » ne sont soumis à aucune restriction et aucun test aléatoire n’est réalisé à leur arrivée. Ces pays sont : l’Australie, la Chine (y compris Hong Kong, Macao et Taiwan), la Corée du Sud, le Danemark, les Émirats arabes unis, l’Espagne (les Canaries), la Finlande, l’Islande, l’Italie (la Sicile et la Sardaigne), la Nouvelle-Zélande, la Norvège, le Portugal (Madère et les Açores) et le Rwanda.

Pour les voyageurs en provenance d’un pays « orange », ils doivent présenter un test négatif à la covid-19 de moins de 72 heures et des tests aléatoires sont réalisés à leur arrivée. Au 17 février, la liste des pays classés comme « orange » sont : l’Allemagne, Andorre, l’Autriche, la Belgique, la Bulgarie, le Canada, Chypre, la Croatie, l’Espagne (à part les Canaries), l’Estonie, la France, la Grèce, la Hongrie, l’Indonésie, l’Irlande, l’Italie (à part la Sicile et la Sardaigne), le Japon, la Jordanie, la Lettonie, le Liban, le Liechtenstein, la Lituanie, le Luxembourg, le Maroc, Monaco, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal (à part Madère et les Açores), la République Tchèque, la Roumanie, Saint-Marin, la Slovaquie, la Slovénie, la Suède, la Suisse, la Thaïlande, la Tunisie, la Turquie, l’Uruguay et le Vatican.

Tous les autres pays sont classés en « rouge ». Les voyageurs en provenance de ces pays doivent avoir passé au minimum 14 jours dans un pays sûr avant d’entrer à Malte. Un test PCR 72 heures avant l’arrivée est également nécessaire. Par ailleurs, Malte a suspendu les vols en partance et en provenance du Royaume-Uni.

 

  • Pays-Bas : les coffee shops ne peuvent faire que de la vente à emporter

Les Pays-Bas sont actuellement sous le coup de mesures strictes. Un couvre-feu nocturne est en vigueur jusqu’au 3 mars, un seul visiteur est autorisé par jour dans un foyer, la plupart des lieux publics sont fermés, les écoles primaires sont ouvertes, mais les collèges et les lycées fonctionnent à distance. Les coffee-shops ne sont ouverts que pour la vente à emporter.

Le gouvernement déconseille vivement aux voyageurs de se rendre aux Pays-Bas. Pour les voyageurs qui souhaiteraient entrer aux Pays-Bas, les restrictions suivantes sont en place :

1) Résider dans l’UE/espace Schengen (il existe des exceptions).

2) Actuellement, les vols en partance et en provenance du Royaume-Uni, de l’Afrique du Sud et de l’Amérique du Sud sont suspendus. Les ferries en provenance du Royaume-Uni sont également interdits d’accoster aux Pays-Bas.

3) Les voyageurs arrivant par avion, bateau, train ou autocar doivent présenter un test PCR négatif de moins de 72 heures. Il existe quelques exemptions, par exemple pour les chauffeurs de camion.

4) Toute personne arrivant par voie aérienne ou maritime d’un pays à haut risque sera également soumise à un test antigénique ou PCR quatre heures avant le départ.

5) Les voyageurs en provenance d’un pays tiers à l’UE ou à l’espace Schengen doivent présenter un test négatif à la covid-19.

6) Les voyageurs par voie aérienne doivent remplir un formulaire de déclaration de santé.

7) Tous les voyageurs doivent être mis en quarantaine pendant dix jours. Ils pourront sortir de quarantaine au bout de cinq jours si le résultat du test à la covid-19 est négatif.

Les ressortissants ou les résidents de l’un des pays figurant sur la liste des pays sûrs de l’UE sont également autorisés à entrer sur le territoire néerlandais.

 

  • Norvège : fermeture totale des frontières

Depuis le 29 janvier, la Norvège a fermé ses frontières, jusqu’à fin février, pour tous les voyageurs à l’exception des ressortissants ou des résidents norvégiens. Ces deniers doivent présenter un test négatif à la covid-19 et observer une période de quarantaine de dix jours.

La Première ministre norvégienne, Erna Solberg, a annoncé de nouvelles mesures pour réduire au maximum les contacts sociaux. Ces mesures ont été actualisées le 29 janvier pour que l’enseignement supérieur continue de fonctionner à distance.

 

  • Pologne : lancement d’un passeport vaccinal électronique

La ministre de la Santé polonaise, Anna Golawska, a annoncé la mise en place d’un passeport vaccinal électronique, sous la forme d’un QR code. Ce passeport offrira plus de libertés aux personnes vaccinées, notamment en termes de déplacements.

Depuis le 14 février, la Pologne assouplit au fur et à mesure ses mesures de restrictions : les hôtels, les galeries d’art et les musées sont ouverts à 50 % de leur capacité, et les restaurants peuvent proposer des plats à emporter. Les rassemblements dans l’espace public sont limités à cinq personnes.

Les frontières sont ouvertes aux ressortissants de l’UE et de l’Association européenne de libre-échange (AELE), toutefois les voyageurs doivent s’autoconfiner pendant dix jours s’ils ne présentent pas un test négatif à la covid-19.

 

  • Portugal : fermeture des frontières jusqu’au 1ermars

Le Portugal a fermé ses frontières aériennes, maritimes et terrestres jusqu’au 1er mars, sauf pour quelques exceptions (par exemple, les travailleurs saisonniers). Le pays a été gravement touché par la hausse du nombre de cas de covid-19, à tel point qu’il a prolongé l’état d’urgence jusqu’au 1er mars.

Le gouvernement portugais souhaite mettre en place un passeport vaccinal à l’échelle de l’UE pour permettre la reprise de la libre circulation des personnes au sein de l’UE. Le ministre de l’Intérieur, Eduardo Cabrita, a déclaré que ce passeport « devrait servir de gage de sécurité et supprimer certaines exigences aux frontières, notamment l’obligation de passer des tests PCR. »

 

  • République Tchèque : le pays envisage d’instaurer un passeport vaccinal

Le gouvernement a prolongé l’état d’urgence jusqu’au 28 février, avec toutes les mesures que cela implique (restrictions de déplacement et fermetures des magasins non essentiels).

Concernant les déplacements à l’international, le ministre de la Santé, Jan Blatný, a évoqué l’idée d’un passeport d’immunité en déclarant qu’« il est certainement plus facile de sortir avec une carte en poche que de se faire examiner avant chaque passage de frontière. »

Depuis le 9 novembre 2020, les pays sont classés en trois catégories : rouge, jaune et vert (selon la carte de l’ECDC). Les voyageurs en provenance d’un pays « vert » peuvent entrer sur le territoire sans aucune restriction. Ceux en provenance d’un pays « jaune » doivent remplir un formulaire et présenter un test négatif à la covid-19. Ces obligations sont identiques pour les voyageurs en provenance d’un pays « rouge », mais ces derniers doivent également observer une période de quarantaine et se soumettre à un second test après cinq jours.

Tous les voyageurs en provenance d’un pays « jaune » ou « rouge » doivent porter un masque de type FFP2, KN95, N95, P2, DS ou tout autre masque chirurgical, pendant une période de dix jours quand ils sont à l’extérieur.

 

  • Roumanie : une quarantaine de 14 jours pour les personnes non vaccinées

Le pays est soumis à des mesures de restrictions légères. Les rassemblements sont limités, mais les magasins sont ouverts dans des conditions restreintes et les restaurants, cafés et musées sont tous ouverts.

À partir du 15 février, les voyageurs en provenance des pays suivants devront observer une période de quarantaine de 14 jours : l’Afrique du Sud, l’Albanie, l’Allemagne, Andorre, l’Argentine, Aruba, l’Autriche, le Bahreïn, la Biélorussie, la Belgique, le Brésil, la Bolivie, le Botswana, le Chili, la Colombie, la Croatie, Chypre, les Émirats arabes unis, l’Espagne, l’Estonie, les États-Unis, les îles Falkland, la France, la Géorgie, Gibraltar, Guernesey, la Hongrie, l’Irlande, Israël, l’Italie, le Kosovo, le Koweït, la Lettonie, le Liban, le Liechtenstein, la Lituanie, le Luxembourg, la Macédoine du Nord, la Malaisie, les Maldives, Malte, la Moldavie, Monaco, le Monténégro, le Panama, les Pays-Bas, le Pérou, la Pologne, la Polynésie française, Porto Rico, le Qatar, la République Dominicaine, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Russie, Saint-Marin, Saint-Martin, Saint-Vincent et les Grenadines, la Serbie, les Seychelles, la Slovaquie, la Slovénie, la Suède, la Suisse, le Swaziland, la Tunisie, les îles Turks et Caïques et l’Uruguay.

Un test négatif à la covid-19 permettra aux voyageurs de sortir de quarantaine après dix jours. Si les voyageurs ont été vaccinés au moins dix jours avant leur arrivée, ils n’ont pas besoin d’observer une quarantaine.

 

  • Royaume-Uni : les voyageurs en provenance d’un pays à haut risque doivent observer une période de quarantaine dans un hôtel et à leurs frais

Les voyages et le tourisme à destination et à l’intérieur du Royaume-Uni ne sont actuellement pas autorisés. En outre, à partir du 15 février, tous les voyageurs en provenance des 30 pays à haut risque devront être mis en quarantaine pendant dix jours dans des hôtels désignés par le gouvernement (il s’agit essentiellement de citoyens britanniques qui sont probablement partis avant le début de la quarantaine) et à leurs frais.

Tous les voyageurs doivent remplir un formulaire de localisation de voyage. Le Pays de Galles et l’Écosse ont mis en place des règles similaires. Toute personne arrivant maintenant au Royaume-Uni devra également présenter un test négatif à la covid-19 de moins de 72 heures.

 

  • Slovaquie : mise en place d’un passeport vaccinal

La Slovaquie souhaite mettre en place un passeport vaccinal pour permettre de réduire les mesures de restriction actuelles.

Les voyageurs en provenance de pays à faible risque (Australie, Chine, Corée du Sud, Finlande, Irlande, Islande, Japon, Nouvelle-Zélande, Singapour et Taiwan) peuvent entrer sur le territoire sans restrictions. Pour les voyageurs en provenance d’un pays membre de l’UE, un test PCR négatif est nécessaire, mais aucune période de quarantaine n’est mise en place. Pour les autres voyageurs, y compris en provenance du Royaume-Uni, un test PCR et une période de quarantaine sont obligatoires.

La Slovaquie a prolongé l’état d’urgence jusqu’au 9 mars. Les entreprises peuvent reprendre leurs activités, mais des restrictions sont mises en œuvre. Par ailleurs, les restaurants ne peuvent faire que de la vente à emporter, les établissements accueillant du public sont fermés et les magasins ont mis en place des horaires d’ouverture spécifiques pour les plus de 65 ans. Un couvre-feu national est également en vigueur de 1 h à 5 h.

 

  • Slovénie : la majorité des pays de l’UE sur liste rouge

De nombreux pays à travers le monde, y compris de l’UE, sont désormais sur la liste rouge de la Slovénie. Tous les voyageurs doivent présenter un test PCR négatif à la covid-19 ou observer une période de quarantaine de dix jours. Pour les voyageurs en provenance de pays ne figurant pas sur cette liste, aucune restriction n’est en vigueur.

Les déplacements sont limités dans le pays. Par ailleurs, le gouvernement a mis en place un couvre-feu de 21 h à 6 h et les rassemblements de plus de dix personnes sont interdits.

 

  • Suède : le gouvernement se prépare à un renforcement des mesures sanitaires

La ministre de la Santé et des Affaires sociales, Lena Hallengren, a annoncé que la Suède lancerait un passeport d’immunité d’ici l’été, ajoutant que « pour que ce passeport fonctionne au niveau international, il doit être reconnu par les pays du monde entier. »

Tous les voyages non essentiels en dehors de la zone UE/EEE sont actuellement interdits jusqu’au 31 mars et tout voyageur arrivant sur le territoire suédois doit présenter un test négatif à la covid-19 de moins de 48 h.

La Suède se prépare également à un renforcement des mesures sanitaires pour éviter de fermer les commerces, les salles de sport, les centres de loisirs, les restaurants et les lieux de rassemblements. Ces nouvelles mesures devraient être annoncées d’ici le 11 mars 2021.

 

  • Suisse : une quarantaine même avec un test négatif

La plupart des cantons suisses ont mis en place des mesures de restrictions pour limiter les rassemblements. Le port du masque dans les espaces publics clos est obligatoire.

Toute personne arrivant d’un pays à haut risque doit observer une période de quarantaine, sous peine d’amende. Un test négatif à la covid-19 n’empêche pas d’observer une période de quarantaine. Tous les voyageurs doivent remplir formulaire d’entrée électronique.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Alex Ledsom

<<< À lire également : Covid-19 : la mortalité en baisse de 20 % selon l’OMS >>>

Catégories : Business

Lire les commentaires (0)