Après avoir abandonné Stanford et obtenu une bourse d’études de 100 000 dollars de Peter Thiel, Austin Russell a travaillé sur le projet qui le passionnait, et maintenant, il est le plus jeune milliardaire autodidacte du monde.

 

Le fondateur et PDG de Luminar Technologies, Austin Russell, aujourd’hui âgé de 26 ans, a passé son adolescence à faire des recherches au Beckman Laser Institute de l’université de Californie à Irvine. Cet entrepreneur longiligne a abandonné ses études à Stanford en 2012 pour fonder la start-up de Lidars (acronyme de light, detection and ranging), Luminar Technologies, après avoir obtenu une bourse de 100 000 dollars de l’investisseur milliardaire Peter Thiel. Ses capteurs aident aujourd’hui les voitures autonomes de clients tels que Volvo, Toyota et Mobileye d’Intel à voir en 3D en faisant rebondir des faisceaux laser sur les objets proches et les alentours des véhicules.

La société a été cotée au Nasdaq via une fusion SPAC avec Gores Metropoulos en décembre 2020. Austin Russell, qui en possède environ un tiers, est devenu lui-même milliardaire. Il est le plus jeune milliardaire autodidacte du monde, à seulement 25 ans.

 

Interview d’Austin Russel pour Forbes

 

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans la création d’une entreprise ?

Austin Russell : La physique derrière tout ça, comment faire tout fonctionner. C’est vraiment, vraiment difficile. Et dans notre cas, bien sûr, ça a toujours été vérifié, toujours eu du sens, théoriquement. Et après des années de travail, c’est magique d’être en mesure de faire vivre le projet, de le faire fonctionner, et maintenant d’alimenter le futur de certaines des plus grandes entreprises dans le monde. L’industrie du transport est incroyablement inspirante pour moi, pour l’équipe, pour tout le monde.

 

Quel conseil donneriez-vous aux entrepreneurs en herbe ?

Austin Russell : Il faut se réserver du temps, chaque jour, pour pouvoir réfléchir. Cela peut sembler stupide, mais ça fait une grande différence si vous faites une pause. Prenez du recul, et réfléchissez vraiment non seulement aux problèmes tactiques du jour, mais aussi à la vision stratégique à plus long terme de ce que vous essayez de créer et assurez-vous que vous êtes toujours calibré dans cette direction. Parfois, quand je m’endors la nuit, je me réveille au milieu de la nuit et je note quelques idées.

 

Comment construire une « entreprise disruptive » ?

Austin Russell : Il y a plusieurs phases différentes dans le cycle de vie d’une entreprise. Et bien sûr, au début, il s’agit d’être capable de construire la bonne technologie. Comment construire un système révolutionnaire capable d’atteindre un nouveau niveau de capacité pour permettre à une industrie de fonctionner ? C’est ainsi que l’on peut créer de la valeur. C’est ce qui compte au départ, et c’est incroyablement excitant dans ce domaine, mais l’aspect commercial de l’équation est tout aussi important. D’être capable de construire une vraie entreprise autour de la technologie. Et il faut beaucoup plus qu’une grande technologie pour construire une grande entreprise. C’est donc là qu’il faut vraiment réfléchir à tous les détails de la mise en place réussie de cette entreprise, pour être en mesure de capitaliser sur les opportunités et tous les différents domaines qui entrent en jeu.

 

L’université est-elle le bon choix pour un futur entrepreneur ?

Austin Russell : Si vous voulez être capable de voir à travers une technologie, une vision, un produit, tout, l’université n’est pas le bon endroit pour pouvoir le faire. C’est bien pour beaucoup de choses, c’est bien pour beaucoup de gens. Mais quand vous avez ce désir fondamental d’être capable de construire, de créer, c’est très difficile de le faire dans un environnement universitaire. Souvent, l’incitation et la récompense consistent à obtenir la publication d’un article, plutôt que d’être capable de voir quelque chose de vraiment significatif dans le monde en général et d’avoir cette vision élargie. Et c’est vraiment ce qui m’a permis de faire toutes ces choses en consacrant mon temps à l’entreprise et en m’y investissant à fond, ce qui n’aurait jamais été possible si j’avais suivi la voie universitaire.

 

De quoi êtes-vous le plus fier ?

Austin Russell : Ce dont je suis le plus fier, c’est d’avoir pu montrer que nous avons réussi à aller jusqu’au bout, de bout en bout, et de montrer que l’on peut reproduire le scénario David contre Goliath dans de nombreuses dimensions différentes qui peuvent toutes être réunies. Tout est possible. 

 

Qu’avez-vous ressenti quand vous avez gagné votre premier million ?

Austin Russell : À l’époque, j’avais 16 ou 17 ans et mon but était de convaincre des investisseurs. J’avais ce type de discours : « J’ai cette vision de créer un nouveau type de système laser qui permettra aux voitures d’être autonomes. Et nous allons battre tous les grands constructeurs automobiles dans leurs efforts de développement qu’ils vont mettre en place dans ce domaine. Pouvez-vous investir un million de dollars ? ». Et, pour être totalement franc, l’ensemble de la communauté du capital-risque, même dans la Silicon Valley, n’était pas super réceptif à ce genre de discours. Il est facile d’investir, facile de comprendre les technologies logicielles. Par contre, il est très difficile de comprendre les implications de quelque chose d’aussi complexe. Bien sûr, de la même manière, les récompenses sont exponentiellement plus grandes si vous réussissez à le faire.

 

Comment décrivez-vous le défi de construire quelque chose à partir de zéro ? 

Austin Russell : Lorsque vous devez construire quelque chose en partant de zéro, tout est un défi. Et ce n’est pas un défi insignifiant. Vous devez être en mesure de vous assurer que vous équilibrez avec succès tous les différents aspects de l’entreprise, au-delà du développement de la technologie de base, et que vous l’exécutez avec succès, ce qui est quelque chose que vous devez encore construire au moment où le projet décolle. Et bien sûr, vous savez que si vous n’arrivez pas à faire fonctionner la technologie, si vous ne pouvez pas résoudre ce risque et ce problème, alors vous êtes fini. Ça ne marche pas. Mais à la fin de la journée, c’est aussi un moteur de motivation pour s’assurer que vous mettez toutes les chances de votre côté pour vous assurer que tout se passe au mieux. 

 

Pourquoi n’êtes-vous pas présent sur les réseaux sociaux ?

Austin Russell : Pourquoi ne suis-je pas présent sur les réseaux sociaux ? Je ne peux pas vraiment répondre, je ne sais pas, certaines personnes ont spéculé que c’était une sorte de protestation silencieuse contre les méfaits des réseaux sociaux dans notre génération. Mais ce n’est pas vraiment le cas, franchement, je n’ai tout simplement pas le temps. J’ai été super concentré sur l’entreprise et la vision, et sur la capacité à l’exécuter et à la mener à bien, et il ne me reste vraiment aucune minute, aucune heure dans une journée pour pouvoir le faire. Mais, vous savez, qui sait, peut-être qu’un jour je créerai un compte twitter ou autre. On verra bien.

 

Article retranscrit et traduit de Forbes US – Auteur : Alan Ohnsman

 

<<< À lire également : Classement Forbes 2021 : qui sont les dix plus jeunes milliardaires au monde ? >>>