Les touristes sont de retour en France, notamment dans la capitale. Après avoir boudé la France après les attentats de 2015 et 2016, les touristes étrangers sont de retour. Cet été, le trafic aérien a également fortement progressé dans toute l’Europe provoquant des files d’attentes interminables au moment de l’embarquement.

Appareil photo en bandoulière, lunettes de soleil – et k-way – glaces et selfie, pas de doute, les touristes sont de retour en France, et notamment dans la capitale. Ils le sont même à un niveau comparable à celui de 2015, avant les attentats de Paris et de Nice. Selon l’Institut National de la Statistique (INSEE), au deuxième trimestre 2017, le nombre de nuitées dans l’hôtellerie grimpe à 56,6 millions, enregistrant une augmentation trois trimestres consécutifs. Et la hausse s’accélère : elle était de +2,4% au premier trimestre et 6,3% au deuxième.

L’INSEE note le retour de la clientèle étrangère, +10%, en particulier à Paris où les nuitées ont augmenté de 16,5%, et sur le littoral, +7%. Au total, la fréquentation des hébergements collectifs touristiques exprimée en nombre de nuitées augmente de 10,2% au deuxième trimestre, par rapport à 2016. Le nombre de nuitées s’établi ainsi à 107,1 millions, soit +4% par rapport au deuxième trimestre de 2015. Sur un an, cette hausse se traduit par un taux d’occupation des hôtels de 63,5%, soit +2,4 points.

Il n’y a pas que les hôtels et la capitale, les touristes apprécient aussi les campings et le tourisme rural. Selon l’INSEE, la fréquentation des campings a augmenté de son côté de 18,7% en un an, notamment grâce à la clientèle française (+22,5%), mais aussi aux touristes étrangers (+11,3%).

Croissance du trafic aérien

Pour venir en France, les touristes semblent emprunter largement l’avion. Les heures d’attentes dans les aéroports européens sont un signe du boom du trafic. Selon l’Association des aéroports européens (ACI), le nombre de passagers au premier semestre a augmenté en moyenne de 9% sur un an. Cela représente quelques 90 millions de passagers supplémentaires, sur la base de 2 milliards de voyageurs ayant transité par les aéroports européens en 2016. En juin, cette croissance atteint même 10,1%. Une progression qui n’avait pas été vue « depuis au moins dix ans », a indiqué aux Echos Olivier Jankovec, directeur général de l’ACI.

Les pays qui en profitent le plus sont les destinations d’Europe de l’est telles que la Pologne, la Hongrie, la Roumanie et la Croatie (+15 à 20% au premier trismestre). Tandis que les pays d’Europe de l’Ouest et du sud se contentent d’un taux de croissance de 4,0 à 9%. 

Le boom du trafic aérien peut s’expliquer par trois phénomènes concomitants : la reprise du tourisme en Europe après un coup d’arrêt causé par les attentats ; la reprise économique dans la zone euro ; la faiblesse du cours du pétrole qui se reporte sur le prix des billets d’avion. Si vous n’êtes pas encore partis cet été, vous savez ce qu’il vous reste à faire.