Selon le Wall Street Journal, Amazon s’apprêterait à franchir une étape cruciale dans le monde des véhicules autonomes. En effet, le géant du e-commerce aurait engagé des discussions pour acquérir Zoox, une société qui développe des taxis autonomes. D’autres groupes autres qu’Amazon seraient également intéressés par cette acquisition.

À ce jour, les termes de l’acquisition conféreraient à Zoox une valeur inférieure à sa valeur marchande, estimée à 3,2 milliards de dollars. Une source proche du sujet a déclaré à Forbes qu’aucun accord définitif n’avait encore été signé, et que la temporalité de l’acquisition restait encore floue. Selon cette même source, certains investisseurs de Zoox espèrent que l’entreprise, qui cherche à mettre au point à la fois sa propre flotte de robotaxis, mais aussi la technologie qui les exploite, pourra rester indépendante.


La société basée à Foster City, en Californie, a déclaré : « Par principe, Zoox ne commente pas les rumeurs ou les spéculations ». Amazon a également refusé de faire tout commentaire. De son côté, Asad Hussain, analyste spécialisé dans l’évaluation de start-ups chez Pitchbook, estime : « Nous pensons que 1,1 milliard de dollars serait un prix équitable pour l’entreprise, ce qui représente une réduction de 65,6 % par rapport à sa précédente évaluation post-money de 3,2 milliards de dollars ».

La société Zoox, cofondée par l’artiste et designer australien Tim Kentley-Klay et l’informaticien de Stanford Jesse Levinson en 2014, cherche à développer une activité de robotaxis et de véhicules de livraison à la demande. Pour cela, elle souhaite associer les aspects les plus avancés de la conduite autonome avec des groupes motopropulseurs électriques de pointe, afin de répondre aux attentes des clients en milieux urbains denses. Le véhicule spécialement conçu par Zoox est destiné à des marques, et non pas à des particuliers, et devrait entrer en service à la fin de l’année.

En 2018, Tim Kentley-Klay avait été licencié peu après l’annonce d’un financement de 500 millions de dollars par l’entreprise, et a été remplacé par Aicha Evans, ancien cadre d’Intel INTC, aujourd’hui PDG de Zoox.

Bien que Zoox ait levé près d’un milliard de dollars depuis sa création, ses projets coûteux nécessitent bien plus de fonds, notamment pour le développement et la production de véhicules. Mais son incapacité à obtenir des financements supplémentaires pousse désormais la société à envisager un rachat. Asad Hussain poursuit : « Zoox était susceptible d’être rachetée par une grande entreprise technologique, et de subir une revalorisation, étant donnée sa position financière précaire, liée à son activité qui exige un capital important. L’acquisition de Zoox devrait permettre à Amazon d’étendre ses capacités logistiques autonomes ».

Bien qu’Amazon ait déjà investi de gros montants dans le constructeur de véhicules électriques Rivian, avec 440 millions de dollars de financement et une promesse d’achat de 100 000 véhicules de livraison, le groupe fait preuve de plus de précaution en ce qui concerne les véhicules autonomes. Amazon a par ailleurs participé à une phase de financement de 530 millions de dollars dans Aurora Innovation, une autre start-up de technologie autonome créée par des figures de chez Google, Tesla et Uber, mais n’a pas annoncé quand la technologie Aurora serait déployée.

Si Amazon et Zoox se mettaient d’accord sur un montant de 1 milliard de dollars, cela permettrait à la start-up d’atteindre « une valorisation similaire à celle des plus grandes entreprises indépendantes de véhicules autonomes, une comparaison logique étant donné l’accent mis par Amazon sur la logistique », explique Asad Hussain.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Alan Ohnsman

 

<<< À lire également : Amazon : Pourquoi Ses Cadres Se Retournent Contre L’Entreprise >>>