A l’occasion de la Fintech R:Evolution qui a eu lieu mardi 9 avril à Station F, le gigantesque incubateur parisien fondé par Xavier Niel, Forbes France s’est entretenu avec Jean-Cyrille Girardin, directeur France des partenariats d’Alipay, et responsable du déploiement du leader mondial des portefeuilles électroniques dans l’Hexagone.

Alipay : c’est un nom qui ne vous dit sans doute rien. Mais vous connaissez sûrement Alibaba, le géant de la vente en ligne chinoise. Eh bien Alipay est la solution de paiement en ligne développée par la firme de Jack Ma. Elle est ni plus ni moins que le leader mondial des portefeuilles électroniques. Alipay a plus d’un milliard d’utilisateurs dans le monde avec ses partenaires locaux de portefeuilles électroniques. Elle permet de réaliser des transactions financières totalement sécurisées à partir d’un QR code installé sur son smartphone. En 2018, Ant Financial, la filiale financière d’Alibaba Group a réalisé la plus grande levée de fonds de l’histoire avec 14 milliards d’euros. Rencontre avec celui qui organise le déploiement d’Alipay en France, afin de permettre aux deux millions de touristes chinois de payer en France comme ils le font chez eux. 

Forbes France : Quels sont les grands axes du déploiement d’Alipay en France ? 

Jean-Cyrille Girardin : Pour la France, nous sommes une petite équipe et nous avons deux missions. La première, c’est le développement commercial, tisser des partenariats stratégiques avec de grands acteurs bancaires et financiers en France et en Europe afin qu’ils distribuent Alipay auprès des commerçants. La seconde mission est de développer le marketing afin de permettre aux commerçants d’attirer la clientèle chinoise dans leurs magasins. L’idée est d’accompagner l’internationalisation d’Alipay, afin de pouvoir offrir à un citoyen chinois le même écosystème de paiement que celui dont il bénéficie en Chine, mais dans le monde entier. C’est un énorme travail parce que le paiement par QR code en Europe est très peu connu. Il y a un vrai travail d’éducation des commerçants, des banques et des partenaires financiers qui proposent des solutions de paiement.

Quel genre de commerces ciblez-vous en particulier ? 

Au départ, on s’est concentré là où il y a le plus de touristes chinois, c’est-à-dire les grandes zones touristiques à Paris et dans les grandes villes de province, notamment auprès des chaines de grands magasins. Aujourd’hui, cette étape-là est bien avancée. Nous sommes en train d’essayer de déployer le réseau le plus large possible afin qu’un touriste chinois, quand il arrive en France, puisse utiliser Alipay à peu près partout, comme il le fait chez lui. En Chine, quand vous allez au marché, vous avez l’exposant qui a son petit QR code sur son étalage. On ne se ballade plus avec du liquide pour faire ses courses. Il y a en Chine 40 millions de points d’encaissement qui utilisent Alipay. Les Chinois ne savent presque plus ce qu’est du cash. 

Cherchez-vous à attirer une clientèle française ?

Non. En fait, Alipay n’est disponible que pour les Chinois.

En quoi consiste votre démarchage auprès des banques ? 

En fait ce sont les banques qui vont distribuer Alipay. Ce sont elles qui vont proposer notre solution au commerçant. Si vous voulez lancer votre affaire, votre banquier va vous proposer différents moyens pour faire payer vos clients, comme par exemple un terminal de carte bancaire. Nous nous allons faire en sorte qu’il propose aussi que vous utilisiez Alipay afin que vous puissiez attirer plus facilement des touristes chinois. 

Quel est le positionnement, la différenciation d’Alipay par rapport aux autres acteurs du marché des portefeuilles électroniques ? 

Contrairement aux acteurs français par exemple, qui ont des activités très fragmentées, nous, nous proposons une solution très complète autour de quatre piliers. Le premier est financier avec, par exemple, des offres de prêt et d’assurance. Le second est social : on va permettre à nos membres de communiquer entre eux, d’envoyer de l’argent, des étrennes.  Le troisième est un pilier « lifestyle » : on va proposer toutes sortes de services comme prendre rendez-vous chez le médecin, réserver une table au restaurant, choisir son menu et partager directement la note entre les convives. Le dernier pilier, ce sont ces 40 millions de commerçants que l’on va connecter aux utilisateurs. Ce sera l’occasion pour les commerçants de communiquer directement vers les utilisateurs en leur envoyant par exemple des notifications promotionnelles lorsqu’ils vont passer à proximité de leur boutique. Cela va bien au-delà de la simple transaction. C’est une véritable plateforme de marketing digital.