COVID-19 | Mercredi 29 septembre, les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC, Centers for Diseases Control and Prevention) ont émis un avis sanitaire urgent invitant les personnes enceintes, ou tentant d’avoir un enfant, à se faire vacciner contre le covid-19. En effet, de nouvelles données suggèrent que le virus est potentiellement plus dangereux pour la personne enceinte et le bébé.

 

De janvier 2020 au 27 septembre 2021, plus de 125 000 personnes enceintes ont déclaré avoir contracté le covid-19. Parmi ces cas, 22 000 ont été hospitalisés et 161 sont décédés. Les CDC ont indiqué que le mois d’août a été le plus meurtrier depuis le début de la pandémie pour les personnes ayant contracté le covid-19 durant leur grossesse (22 décès signalés).

Les personnes enceintes présentant des symptômes ont un risque « deux fois plus élevé » d’être admises en soins intensifs et d’avoir besoin d’un respirateur artificiel. Par rapport aux personnes enceintes non contaminées au covid-19, le risque de décès dépasse les 70 %.

Les CDC ont également indiqué que les personnes enceintes qui contractent le covid-19 sont plus susceptibles de développer des complications de grossesse et sont plus exposées aux risques de mortinaissance et de naissance prématurée. Par ailleurs, une infection au covid-19 augmente le risque que le nouveau-né soit admis dans une unité de soins intensifs.

Le taux de vaccination des personnes enceintes reste très faible aux États-Unis, puisque seulement 31 % de la population enceinte déclare être entièrement vaccinée. Selon les CDC, 97 % des personnes enceintes hospitalisées à cause du covid-19 n’étaient pas vaccinées.

Selon les CDC, bien que ça soit rare, le covid-19 peut se transmettre au bébé. Environ 1 à 4 % des bébés nés de personnes ayant été contaminées par le covid-19 durant leur grossesse ont également été testés positifs au virus.

Le mois dernier, les CDC ont recommandé aux personnes enceintes de se faire vacciner, affirmant que les vaccins covid-19 ne présentent aucun risque pour la grossesse et n’augmentent pas le risque de fausse couche. Néanmoins, il a été difficile pour les CDC d’augmenter le taux de vaccination chez les personnes tentant de concevoir un enfant ou déjà enceintes. Cela s’explique en partie par les craintes que le vaccin puisse affecter la fertilité. Pourtant, les CDC ont déclaré que rien ne prouve que les vaccins engendrent des problèmes de fertilité chez les hommes ou les femmes. Les CDC ont analysé les effets du covid-19 sur les personnes enceintes et leurs nourrissons grâce au réseau de surveillance des menaces émergentes pour les parents et les bébés. Ce réseau recueille des données auprès d’un certain nombre d’hôpitaux à travers les États-Unis.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Kimberlee Speakman

<<< À lire également : Un trouble nerveux répertorié comme un effet secondaire « très rare » du vaccin Covid-19 d’AstraZeneca >>>