Dans quoi serait-t-il préférable d’investir l’année prochaine ? Quels produits ou classes d’actifs privilégier et dans quoi faudrait t’il mieux éviter de mettre les pieds ? Karl Toussaint du Wast, cofondateur du site netinvestissement.fr, décrypte dans ce guide pratique quelles sont les pratiques à suivre ou à éviter en matière d’investissements pour 2022.


 

Les solutions à privilégier :

  1. En 2022, privilégiez l’immobilier dit « résilient » tel que les SCPI (la pierre papier) qui investissent dans ces secteurs essentiels : santé, alimentation, habitation notamment. Ces SCPI ont su parfaitement montrer leur stabilité et leur capacité à traverser des cycles uniques tels que celui que nous avons connu au cours de ces deux dernières années car ils répondent à des besoins essentiels de la vie.
  2. Empruntez. Créer du capital pour « plus tard ». Si vous avez encore une capacité d’emprunt, utilisez la dès à présent. L’investissement à crédit (notamment immobilier) est un formidable moyen de se créer du capital avec « l’argent de la banque ». Profitez des taux d’emprunt encore bas pour emprunter et vous créer du capital pour « plus tard » car avec l’inflation grandissante, il est probable qu’ils remontent l’année prochaine.
  3. Anticipez et préparez en douceur vos deux retraites. Un bon PER pour votre première retraite (de 65 à 75/80 ans) et une deuxième stratégie qui se débloquera plus tard pour la deuxième retraite. En effet, vous aurez très probablement deux retraites : une retraite « jeune » ou vous profiterez de la vie, ou vous voyagerez et ou vous souhaiterez certainement avoir un complément de revenus car votre retraite « classique » ne suffira pas. Le PER (pan d’épargne retraite) est un excellent outil pour répondre à cette échéance. Un démembrement immobilier calibré dans le temps en fonction de votre besoin à terme est un excellent outil pour s’assurer un actif à multifonctions (dont les revenus complémentaires évidemment) à l’échéance précise que vous aurez déterminée.
  4. Le private equity dans l’assurance-vie. Si le private equity était un véhicule d’investissement déjà connu et pratiqué par les professionnels de la gestion de patrimoine, la possibilité d’y investir directement via son assurance-vie comme une unité de comptes est très nouveau et apporte le meilleur des deux mondes.
  5. Les fonds innovants : tourisme spatial, intelligence artificielle, sécurité informatique, réalité virtuelle; nous assistons actuellement à un foisonnement d’innovation et de progrès technologique.
  6. Remarque sur les fonds responsables : Plus largement la quête de sens dans ses investissements est véritablement devenue un élément central et déterminant pour les épargnants. Gagner de l’argent, générer du rendement oui, mais pas n’importe comment et à n’importe quel prix. Les fonds labellisés ISR (investissement socialement responsable) n’attirent plus uniquement les puristes et les investisseurs « engagés » et nous constations une prise de conscience vis-à-vis de ces fonds, réelle et durable, chez les français qui veulent mettre leur épargne au service de causes et de projets justes, éthiques et moraux. Participer et devenir acteur de l’économie réelle prend tout son sens si l’on croit dans ce que l’on fait et si l’on est sincèrement en phase avec ce dans quoi l’on investit. Soutenir et s’impliquer en investissant dans des sociétés qui respectent vraiment le droit des salariés partout dans le monde, qui respectent réellement la planète, qui cherchent à réunir profit, croissance et éthique font également de plus en plus partie des attentes et des aspirations des investisseurs. Les sociétés de gestion en ont pris conscience et ont rapidement su s’adapter et actualiser leurs stratégies pour épouser les attentes du marché tout en donnant davantage de sens à leurs investissements. Un véritable partenariat « win-win » entre les investisseurs et les gérants.

 

Les solutions à éviter :

  1. Tout ce qui est garanti ou présenté comme tel. Nous ne le répèterons jamais assez. Tout investissement comporte un risque qu’il faut connaître et mesurer avant d’agir. Mais mis à part le livret A, le LDD et le fonds euro de votre assurance-vie, rien n’est garanti. Ni le capital, ni le rendement. Soyons donc toujours très prudents et renseignez vous soigneusement avant.
  2. L’immobilier à l’étranger si vous ne connaissez pas. Vous avez peut être déjà été sollicité pour investir dans l’immobilier à l’étranger. Si vous ne connaissez pas parfaitement le marché, la fiscalité, la loi locale sur la propriété, je vous le déconseille.
  3. Un marché, un titre ou un secteur quand celui-ci est déjà au plus haut. Evitez de rentrer sur un marché boursier ou sur une valeur si celle-ci est déjà très élevée. Faites preuve de patience et attendez une correction pour rentrer.
  4. Les parkings en Europe. Une escroquerie bien connue des professionnels de la gestion de patrimoine circule sur internet depuis quelques temps vous faisant habilement miroiter un rendement très attractif (je vous renvoie au 1er point). Il s’agit d’un arnaque. Ne vous faites pas prendre.
  5. Ce que vous ne comprenez pas. De manière générale, n’investissez que dans ce que vous comprenez. Si vous ne comprenez pas clairement comment la valeur est créée, quel est le modèle économique clair de la solution ou du produit présenté alors n’y allez pas.

 

<<< À lire également : Tether et turbulences : le squelette dans le placard des cryptomonnaies (Bitcoin, Ethereum, Solona) >>>