OPINION// Après plus d’un an d’expérience de visio-conférences, pouvons-nous nous targuer d’une nouvelle compétence professionnelle ? Pouvons-nous ajouter sur notre CV à côté de « Suite Microsoft » ou « Illustrator » la liste des outils de communication que nous maîtrisons en télétravail ?

En tant qu’humoriste je suis structurellement observatrice et ai pu constater que de ce point de vue nous ne sommes pas tous égaux devant l’écran. Certains sont à l’aise, savent d’emblée éteindre leur micro… et régler l’affichage des intervenants et participants, les plus experts ont même un fond d’écran virtuel personnalisé ! D’autres galèrent à chaque connexion, se nomment durablement « I Phone de Patrice » sont placés à contre-jour, sont cadrés de travers, à moitié coupés et bien sûr prennent la parole micro éteint – oui c’est vrai ça nous arrive à tous, on ne compte plus le nombre de «t’es en mute» «allumez votre micro on ne vous entend pas Corinne».
Cette différence de comportement est-elle liée à une aptitude spécifique, une expertise innée ? doit-on se former ou peut-on simplement progresser ? Les managers sont en première ligne et la loi de DARWIN a sans doute laissé quelques spécimens allergiques à la visio sur le bord de la route.

 

Voici quelques pistes pour rendre vos visio-conférences des moments efficaces et inoubliables :

1. La forme et la forme en visio :

a. La première forme de forme est celle d’être en forme pour commencer une réunion en visio. Las de la pandémie, du manque de relations sociales et des journées passées devant l’écran, comment se motiver pour animer ou participer à une visio conférence avec ENTRAIN ? Dans la vie d’avant on trainait plus ou moins les pieds pour aller en réunion, c’est pareil en distanciel : la méthode COUÉ est le meilleur reflexe pour optimiser notre motivation ; se répéter à l’envi qu’on n’a pas de temps de transport pour aller en réunion, ni à supporter le parfum hyper sucré de Noémie ou l’haleine de Nestor ! Mais attention ! On voit immédiatement à l’écran dans quel état de motivation vous vous trouvez ; j’ai la chance de participer des sessions d’improvisation théâtrale internationales et je peux vous affirmer que tout le monde a la « banane » dès le début des réunions ! sourire bien accroché, envie de bouger, de rire, de s’exprimer ! Pourquoi une telle différence avec les webinaires pro auxquels j’assiste? Dans les pires cas les caméras sont éteintes, des têtes penchées sur leur smartphone, voire en conversation téléphonique simultanément. Pourquoi rendre sinistre un moment qui est somme toute juste une tranche de travail ? Je vous donne un truc pour démarrer vos réunions en injectant la bonne humeur au démarrage : lancer une musique entrainante le temps de réunir tout le monde, et lancer un sondage sur l’état d’esprit des participants ; ces quelques minutes d’ »energizers » (activité énergisante) ont une influence gigantesque sur la concentration et la présence de vos participants. Essayez ! Bénéfice induit non négligeable, vos participants seront ponctuels aux prochaines réunions, car ils savent qu’ils vont passer un moment entrainant, fun !

b. La deuxième forme est celle que j’appelle la « charte » de la visio : On annonce les règles, les conventions : caméra allumée, tutoiement, bienveillance, liberté de parole et respect du temps de parole des autres etc… Vous devez établir en amont les critères de réussite de votre réunion : quel est l’objectif, quels sont les éléments qui me feront dire : « ha je n’ai pas perdu mon temps, cette visio était fructueuse et on a bien avancé » ? Vous en profitez pour glisser un rappel de certaines manipulations techniques qui seront bien utiles aux néophytes, aux craintifs de la souris. Tiens je vous donne une astuce : mettez un peu d’humour dans l’annonce, faites-là à la manière d’une annonce des règles de sécurité avant décollage dans l’avion ; Votre auditoire sera captif et curieux de vivre la suite du voyage ! Le cadre est fixé et tout le monde est embarqué.

2. Le fond et le fond

a. Co-construire le contenu : si la crise sanitaire nous a bel et bien appris quelque chose, c’est qu’il faut s’adapter ! Il y a même un nouveau certificat de softskills qui est né : le Quotient d’adaptabilité ! Nous nous sommes déjà très vite adaptés aux transformations numériques de nos activités durant les dix dernières années. Mais depuis un an, on a changé de braquet : on parle de se « réinventer », et en effet les visio réunions doivent apporter un contenu différent ; je ne vous étonnerai pas en bannissant tout de go les présentations Powerpoint qui, on le sait, outre leur grand pouvoir soporifique, tuent l’interaction, primordiale en distanciel. La mode de l’intelligence collective prend ici tout son sens : chacun peut et doit contribuer à l’avancement du projet, à la décision attendue, à la mise en place de l’organisation nouvelle. Donc arrêtons l’approche « Top down » du sachant vers l’apprenant ! il est temps d’appliquer la maxime de Nietsche : « On paie mal un maître en ne restant toujours que l’élève ».
Cela suppose de transcrire les parcours pédagogiques et la gestion de projet en format « résolution de cas pratique ». Se placer à un nouvel angle d’attaque et mettre à contribution les participants. L’abondance des outils technologiques des plateformes de visio-conférences est une aubaine ! travailler en sous-groupes (dans la vie réelle vous vous voyez gérer une réunion multisalles dans votre immeuble de bureau … pour un exercice de 15 minutes?) Les tableaux blancs collectifs, les outils de dessins, les QCM, les nuages de mots… tant d’opportunités de construire ensemble les solutions.
Les engager à contribuer au livrable, en injectant leurs expertises, à chacun selon son degré. On découvre ainsi des viviers de ressources qui ne demandaient qu’à être mises au service du bien commun. On peut il est vrai à cette occasion identifier des brebis galeuses, des loups agressifs mais aussi des moutons à cinq pattes forts utiles.

b. Le FUN et le jeu sont devenus des ingrédients fondamentaux du succès du travail en distanciel – et je suis très sérieuse en écrivant ça !!! : l’interactivité créée par les activités ludiques et l’angle décalé de prise en charge d’un sujet sont de puissants moteurs de créativité, de concentration, de cohésion ; or ces trois éléments permettent l’innovation, l’adaptation et la performance. What else ? comme dirait le beau gosse… Il paraît qu’on recrute de plus en plus de « gamers » pour leurs qualités tactiques et d’analyse des situations complexes ! Avant de se ruer sur le « Gaming » commençons par mettre un peu de légèreté dans les tâches ; la pandémie nous appris l’humilité et la prise de distance. Mettons ces atouts à profit pour développer notre sens de l’humour. Mon astuce ? L’impro appliquée ! Les techniques d’improvisation théâtrales sont construites sur 4 piliers : l’écoute, l’acceptation, le partage et la co-construction (le « oui ET »)
Et oui, comme par hasard… les valeurs phares du management d’aujourd’hui ! Accepter la faille, jouer avec l’imprévu, rebondir en apportant du peps, oser de tout son être et en rire ! Garder notre âme d’enfant ! Oui nous pouvons acquérir ces nouvelles compétences, en expérimentant des sessions, la meilleure des formations ; commencez avec un cercle restreint mais exigeant de collègues, puis élargissez à vos collaborateurs, puis vos clients. Vous savez, le fameux « test and learn ». N’hésitez pas à demander du feedback, posez la fameuse question en fin de session : « qu’est ce qui a fait de cette réunion un moment efficace, plaisant, curieux, et qu’est-ce qui aurait pu en faire un moment exceptionnel ? » Oui nous pouvons trouver notre propre style d’animation ; certains se sentiront plus la verve de facilitateur, voire d’ambianceur, d’autres simples présentateurs, mais tous seront actifs. Et ça, c’est une sacrée avancée !

FUN is never a waste of time est mon credo, et le restera longtemps. 

 

Par Michele Côme, Fondatrice de COMEINC Humour Incorporated 

 

<<< À lire également : Management, télétravail et gouvernance : 5 ouvrages sur l’après-crise de la covid-19 >>>