La notion de maison connectée serait-elle réductrice ? Pour Solinnov, les termes de maison bienveillante, augmentée ou aidante sont plus appropriés car la technologie est un atout de taille mais elle ne peut se substituer à l’humain. A l’heure où le maintien à domicile et l’autonomie des personnes fragilisées et de nos anciens devient un débat de société majeur, le système déployé par Solinnov prend tout son sens. Tour d’horizon avec Jean-Louis Patat, président, et Nicolas Deveaux,  Directeur scientifique  et directeur R&D.

 


On parle de plus en plus de « maison connectée ». Où en est son développement et de quoi s’agit-il ?

A ce jour, on peut regrouper sous le terme de maison connectée tout habitat qui agrège divers objets connectés en les intégrant à une application sur un smartphone, une tablette ou autre. Connectée oui mais à quoi et pour quoi ? Chez Solinnov, nous préférons le terme de Maison bienveillante™, terme que nous avons d’ailleurs déposé et qui est devenu une marque à part entière. Avec le système Solinnov, la maison devient bienveillante, aidante et apprend à connaître les habitudes de vie de chacun. Prévoir, protéger et prévenir sont les trois grands axes de notre démarche. Prévoir car la maison s’adapte aux évolutions des besoins du ou des habitants, à chaque étape de la vie, à tous les âges et en fonction de leur état de santé et de forme. Une fois installé, le système Solinnov est réversible sans travaux ni coût. Protéger car la maison agit pour éviter que les situations à risque ne dégénèrent. Un ensemble d’équipements et de capteurs vise à prévenir les accidents et incidents domestiques et à contribuer à la sécurité des personnes et des biens. Prévenir car la maison alerte l’habitant et communique vers l’extérieur si nécessaire. Elle détecte les situations anormales et agit automatiquement en conséquence. Elle donne l’alerte en cas de besoin d’assistance même si l’habitant ne peut appeler lui-même.

Nous préférons utiliser le terme de logement augmenté ou bienveillant plutôt que celui de logement connecté car, comme nous venons de le voir, nous allons bien au-delà de la technologie.

 

Pourriez-vous nous parler du système Solinnov ? En quoi est-il singulier et innovant ?

Agréée Jeune Entreprise Innovante par le Ministère de la Recherche, Solinnov développe une solution matérielle et logicielle qui rend le logement intelligent et actif afin de répondre aux besoins et aux attentes des personnes et de leurs proches. La maison devient ainsi bienveillante afin de faciliter et sécuriser la vie à domicile et d’accompagner au mieux les habitants y compris ceux qui présentent un handicap ou une perte d’autonomie

Solinnov emploie 9 personnes et son département R&D compte 6 personnes, nous mettons donc l’accent sur la R&D afin de toujours faire évoluer le système Solinnov basé sur l’interactivité entre habitat et habitant.

Même si nous pouvons paraître à contre-courant à l’ère du tout wireless, ou sans fil, nous avons toujours privilégié et privilégions encore à ce jour le filaire classique : câble électrique, câble d’alarme, câble de réseau ethernet… Les commandes des équipements et des capteurs « aidants » sont indépendants et ajoutés à l’installation existante sans nécessiter de changer d’installation. Ainsi, nous pouvons intervenir dans le logement neuf ou dans l’habitat rénové. Les logements neufs peuvent être équipés du système Solinnov lors de la construction. Les logements déjà construits, anciens ou récents, même habités, peuvent en être dotés grâce à une version adaptable. 

Avec le filaire, nous privilégions la notion de circuit court. Tout se passe dans le logement et via l’utilisateur. Le filaire est frugal d’un point de vue énergétique alors que les infrastructures de réseau internet sont énergivores et ne vont pas dans le sens de la transition énergétique et écologique.

Déployé depuis 2017, le système Solinnov montre son efficacité, l’adhésion comme la participation des utilisateurs et des familles, la mobilisation des acteurs des domaines concernés et l’intégration à l’écosystème local. Une cinquantaine de logements actifs sont portés par des bailleurs sociaux à Reims comme Châlons en Champagne et d’autres sont en cours de réalisation dans le Maine et Loire.

Vous décrivez un logement augmenté, aidant et bienveillant. Certains y voient une intrusion dans leur vie privée. Que leur répondez-vous ?

Nous sommes arrivés avec Solinnov à un habitat augmenté, bienveillant et au plus proche de l’humain. Les technologies apportent beaucoup mais elles ne peuvent remplacer l’humain. La Maison bienveillante®  est un logement qui devient un véritable allié pour l’habitant. Un logement qui veille sans intrusion dans la vie privée, un logement qui protège sans isoler, un logement qui assiste sans imposer, un logement qui prévient et agit au moment opportun notamment lorsque la personne est seule. Le logement s’adapte à la façon de vivre de ses habitants : gestion du chauffage, de la consommation d’eau… Par exemple, si le taux d’hygrométrie est en hausse dans la salle de bain, le système va suggérer d’aérer.

Aucune connaissance particulière n’est requise pour que le système d’aide et d’assistance fonctionne. On ne peut pas parler d’intrusion dans la vie privée. Les données sont locales et le restent. Il s’agit juste de réagir au moment opportun et de manière adéquate en cas de notifications qui vont permettre d’intervenir à l’occasion d’une chute ou si l’on constate que l’habitant dort moins bien par exemple. Une néo-plateforme est proposée 24h sur 24. Elle fait le lien avec des personnes définies en amont – membre de la famille, ami, accompagnant… – qui pourront intervenir le cas échéant.

Vivre à domicile est le vœu de la majorité des personnes en perte d’autonomie ou dépendantes. Les études sociales et économiques soulignent le bien fondé d’accompagner au mieux à domicile. Cet enjeu sociétal nécessite d’apporter des réponses d’aide complémentaire, ménageant les aidants et contrôlant les dépenses.

 

La crise sanitaire de la COVID-19 et le récent confinement ont montré que l’isolement et l’autonomie constituaient deux problématiques clés pour l’avenir de nos sociétés. Quels enseignements retirez-vous de ce contexte ?

L’isolement et l’autonomie sont au cœur de la philosophie et de l’activité de Solinnov. L’isolement influe sur la santé mentale et physique pouvant aller jusqu’à une perte d’autonomie. Le fait que le logement soit en lien avec l’extérieur est rassurant. C’est encore plus vrai depuis le début de la crise sanitaire liée à la Covid-19.  Des communes, des bailleurs se sont mobilisés lors du confinement. Nous avons pu faire acheminer des masques à certains utilisateurs de Solinnov qui paniquaient à l’idée de ne pas pouvoir s’en procurer. Ce contexte inédit a montré à quel point il est important et précieux de pouvoir vivre chez soi. Il a également montré qu’un système d’accompagnement comme Solinnov peut être utile, voire indispensable. Des financements du système Solinnov sont possibles via les conseils départementaux, les mutuelles, les caisses de retraite…  À la clé, un enjeu de taille : le maintien à domicile le plus longtemps possible des personnes dépendantes ou en perte d’autonomie dans des conditions optimales de confort et de sécurité.

 

Propos recueillis par Laurent Jacotey